Voici Doriane qui est guidĂ©e aujourd’hui par Pollie, mais qui a eu l’occasion de garder sa FĂ©nice maintenant retraitĂ©e, toutes les deux de l’Ă©cole des chiens guides de Paris. Doriane comprend dès sa première remise de chien guide avec FĂ©nice il y a des annĂ©es maintenant qu’il sera dur pour elle de se sĂ©parer de cet amour de chien qui lui a donnĂ© une nouvelle naissance en guidant ses pas. Alors quand arrive l’âge de la retraite, Doriane ne voit pas d’autre choix que de la garder auprès d’elle, sans pour autant renoncer Ă  son autonomie via l’accueil d’un nouveau chien guide. Mais comment s’organiser au quotidien avec ses deux chiennes guides, l’une retraitĂ©e, l’autre en activitĂ© ? De ses premiers pas avec FĂ©nice Ă  sa vie avec Pollie aujourd’hui, Doriane revient sur cette pĂ©riode de transition oĂą il a fallu penser Ă  la retraite de FĂ©nice tout en envisageant l’accueil de son futur chien guide. A peine un an après l’arrivĂ©e de Pollie, Doriane ne regrette rien !

Retrouvez la transcription intégrale en fin de page.

Transcription intégrale

 

E.

Bonjour et bienvenue sur le podcast Futur Chien Guide, le seul podcast sur l’univers des chiens guides d’aveugles, soutenu depuis cette annĂ©e par la FFAC et et l’ANM Chiens Guides. Je m’appelle Estelle, je suis passionnĂ©e par les chiens guides d’aveugles et bĂ©nĂ©vole pour cette cause Ă  Paris. Je suis d’ailleurs persuadĂ©e que l’univers des chiens guides d’aveugles mĂ©rite d’ĂŞtre mieux connu en tant qu’amoureux des chiens. Futurs bĂ©nĂ©ficiaires ou autres curieux comme moi ? Vous croisez parfois des chiens guides d’aveugles et leur maĂ®tre en vous demandant « Mais comment font-ils pour se dĂ©placer dans nos rues toujours plus agitĂ©es ? » Ce podcast est le seul qui vous propose, au fil de rencontres enrichissantes, de dĂ©crypter l’univers des chiens guides d’aveugles pour comprendre par qui et comment ils sont Ă©duquĂ©s, mais aussi de dĂ©couvrir leur rĂ´le dans le quotidien de leur maĂ®tre et les bouleversements Ă  leur arrivĂ©e. Ou encore comment agir quand vous croisez un tel binĂ´me ? Mon invitĂ©e du jour n’a pas un, mais deux chiens guides Ă  ses cĂ´tĂ©s. Je vous prĂ©sente en effet Doriane qui est guidĂ©e aujourd’hui par Pollie, mais qui a eu l’occasion de garder sa FĂ©nice, maintenant retraitĂ©e.

E.

Toutes les deux de l’École des Chiens Guides de Paris, Doriane comprend dès sa première remise de Chien guide avec FĂ©nice il y a des annĂ©es maintenant, qu’il sera dur pour elle de se sĂ©parer de cet amour de chien qui lui a donnĂ© une nouvelle naissance en guidant ses pas. Alors, quand arrive l’âge Ă  la retraite, Doriane ne voit pas d’autre choix que de la garder auprès d’elle, sans pour autant renoncer Ă  son autonomie et Ă  la quĂŞte d’un nouveau chien guide. Mais comment s’organiser au quotidien avec ses deux chien guide, l’une retraitĂ©e et l’autre en activitĂ© ? De ses premiers pas avec FĂ©nice Ă  sa vie avec Pollie, aujourd’hui, Doriane revient sur cette pĂ©riode de transition ou il a fallu penser Ă  la retraite de FĂ©nice tout en envisageant l’accueil de son futur Chien guide. Ă€ peine un an après l’arrivĂ©e de Pollie, Doriane ne regrette rien. Et puis, vous m’excuserez pour le son, il n’est pas au rendez vous aujourd’hui. Mais l’histoire de Doriane et sa spontanĂ©itĂ© vaut tellement le coup. Alors maintenant, place Ă  l’Ă©pisode.

E.

Bonjour Doriane.

D.

Bonjour Estelle.

E.

Merci beaucoup d’avoir pris le temps, d’autant plus Ă©tant très chargĂ©e comme on va s’en rendre compte, pour Ă©changer avec moi sur la thĂ©matique des chiens guides pour le podcast futur Chien guide. Mais est ce qu’avant tout tu pourrais te prĂ©senter rapidement stp ?

D.

Oui, je m’appelle Doriane, j’ai 56 ans et j’ai la chance d’avoir mes deux chiens guides Ă  cĂ´tĂ© de moi. Donc FĂ©nice qui est en retraite depuis un an et ma Pollie qui est arrivĂ©e dans ma vie maintenant depuis un an.

E.

Comment ça s’est passĂ© pour toi du cĂ´tĂ© des Chiens guides ? Est ce que tu connais les Chiens guides depuis toujours ou est ce que c’est quelque chose que tu as connu sur le tard?

D.

 J’ai connu les chiens guides par des amis qui avaient dĂ©jĂ  des chiens guides.

E.

D’accord!

D.

Ă€ l’Ă©poque j’Ă©tais pas intĂ©ressĂ© par les chiens guides parce que pour moi j’en avais pas l’utilitĂ©. Par contre, j’ai toujours Ă©tĂ© très chien moi, je suis une passionnĂ©e des chiens. J’avais d’autres chiens, des chiens lambda. Et quand j’ai voulu faire ma demande de mon premier chien guide aux journĂ©es portes ouvertes, j’avais rencontrĂ© M. Romero Ă  l’Ă©poque et j’avais dit « Est ce que je pourrais avoir un chien guide en ayant des chiens lambda? »

E.

Des chiens de compagnie quoi!

D.

Comme le chien de mon mari qui est maĂ®tre chien, et j’avais une petite chienne donc il m’avait dit qu’il n’y aurait pas de soucis, que je pouvais faire ma demande de chien guide. C’Ă©tait avant d’avoir FĂ©nice. J’ai eu FĂ©nice en 2012.

E.

Avant d’avoir FĂ©nice comment ça se passait dans ton quotidien ? Tu te dirigeais Ă  la canne ou pas du tout?

D.

Je dirigeais sans canne, ma vision a avancĂ©e avec le temps. Il fallait que je prenne la canne et ça a Ă©tĂ© très dur pour moi d’accepter de prendre la canne. Et Ă  un moment, j’ai Ă©tĂ© obligĂ©e parce que je ne voulais pas prendre la canne et un moment, je n’en pouvais plus. Je me cognais partout. Et puis les gens surtout, qui ne comprenaient pas parce qu’ils croyaient que je leur rentrais dedans, que je faisais exprès. Donc il a fallu que je prenne la canne et ça a Ă©tĂ© très dur de prendre la canne pour moi. J’y arrivais pas! Prendre la canne, ça me mettait mon handicap en plein visage. Comme j’aime les chiens avant tout, j’ai dit pourquoi pas demander un chien guide. C’est pour ça que j’ai fait ma demande de Chien guide avant d’avoir ma FĂ©nice et quand j’ai eu ma FĂ©nice, alors lĂ , ça a Ă©tĂ© un dĂ©clic, une grande histoire d’amour avec FĂ©nice. Je connaissais pas du tout la race du Flat-Coated.

E.

C’est ce que j’allais te demander. FĂ©nice est une belle Flat-Coated retriever noir.

D.

Du coup voilĂ  et ça a Ă©tĂ© un coup de foudre avec cette chhienne. C’est vraiment un coup de foudre. J’avais essayĂ© d’autres chiens, mais FĂ©nice, c’Ă©tait un coup de foudre, que ce soit elle ou moi. On a eu une fusion tout de suite, vraiment un coup de foudre et ça a marchĂ© tout de suite. Et c’est vrai que FĂ©nice m’a beaucoup apportĂ© et elle a effacĂ© mon handicap comme je l’ai dit et m’a redonnĂ© une deuxième naissance. On a tellement fait de choses ensemble et vĂ©cu tellement de choses que je me suis toujours dit le jour oĂą elle va  ĂŞtre en retraite, ça va ĂŞtre très dur pour moi moralement.

E.

Tu le savais dès le dĂ©part que l’aventure allait ĂŞtre folle et très fusionnelle. Et de fait, ça s’annonçait dĂ©jĂ  compliquĂ© pour la fin. Donc c’est quelque chose que tu avais dĂ©jĂ  anticipĂ©, en fait ?

D.

Ah oui, parce que je voyais les annĂ©es passer et j’avais dĂ©jĂ  demandĂ© aux huit ans du chien on passe la fameuse sĂ©ance gĂ©riatrique. On prĂ©pare la retraite de ton chien Ă  huit ans pour te prĂ©parer dĂ©jĂ  psychologiquement. Et moi, j’avais dit Ă  l’Ă©cole je ferai tout pour garder ma chienne Ă  la retraite. C’est possible parce que c’est l’Ă©cole qui dĂ©cide de la retraite du chien et j’avais demandĂ© d’avoir un autre Flat-Coated parce que dans le comportement du Flat avec son maĂ®tre, c’est tellement fusionnel. Je ne savais pas quel chien j’allais avoir, donc j’ai demandĂ© et après le temps a passĂ© puisque c’Ă©tait en 2018. J’ai renouvelĂ© ma demande pour un nouveau chien guide parce que j’Ă©tais dans l’aventure avec un chien  guide, c’est tellement merveilleux. L’âge approchait, les annĂ©es approchaient, je me suis dit que quand mĂŞme, j’essaye de me prĂ©parer Ă  sa retraite et je n’y arrivais pas. Je me disais elle va me guider jusqu’Ă  la fin, mais Ă  un moment, je sentais qu’elle fatiguait et je poussais un peu l’Ă©cole pour la mettre en retraite.

D.

Elle a été mise en retraite le 19 mars 2021, mais elle ne refusait pas de travailler mais elle fatiguait.

E.

Tu le voyais?

D.

Elle ne m’a jamais fait tomber, ça, c’est sĂ»r. Elle travaillait toujours et ne refusait pas. Mais je sentais qu’elle fatiguait, qu’elle avait besoin de se reposer.

E.

Après toutes ces belles annĂ©es avec FĂ©nice, tu vois que c’est un peu la fin pour le guidage. En tout cas que c’Ă©tait compliquĂ© pour elle de te suivre parce qu’elle t’a quand mĂŞme, comme tu disais, donnĂ© une deuxième naissance. Donc grâce Ă  FĂ©nice, ta vie s’est Ă  nouveau remplie de plein d’occupations.

D.

Plein d’occupations. J’ai fait tellement de sensibilisation pour l’Ă©cole et pour la MCGA, mais maintenant c’est l’ANM’ Chiens Guides. Moi, j’ai fait beaucoup de choses avec elle, elle m’a donnĂ© beaucoup de joie et on a vĂ©cu tellement de choses ensemble, des bons moments comme des durs moments parce que je suis tombĂ©e gravement malade. Donc il y a une coupure, j’ai Ă©tĂ© hospitalisĂ©e dans le coma et tout et lĂ , elle est restĂ©e avec mon mari. Il y a eu une coupure avec cette chienne et quand je suis revenue Ă  la maison, le lien s’est encore renforcĂ© parce qu’elle a tellement eu peur, parce qu’elle n’a rien compris. MĂŞme moi, j’ai rien compris. J’Ă©tais dans le coma et je me suis rĂ©veillĂ©e au bout de trois ou quatre jours et je ne savais pas ou j’Ă©tais. J’ai rien vu venir, donc c’est ça qui a Ă©tĂ© dur. Et après, il a fallu que je rĂ©apprenne Ă  parler, Ă  marcher, beaucoup de choses. Donc elle Ă©tait toujours lĂ , Ă  cĂ´tĂ© de moi.

E.

Elle a été un peu ta référence avec tes proches, de cette vie qui continue, de cette vie qui doit aussi se remobiliser, se retrouver, quoi ?

D.

Elle Ă©tait toujours près de moi,  mĂŞme qu’elle ne comprenait pas pourquoi je marchais plus. Je voulais revivre comme avant et j’avais tellement peur parce qu’Ă  l’Ă©poque, c’Ă©tait en 2014. Donc elle est encore jeune. J’ai dit si je ne peux plus marcher, l’Ă©cole va me la reprendre, c’est sĂ»r. Et comme je ne voulais pas qu’on me l’a reprenne, je me suis battue pour remarcher. Et avec elle Ă  cĂ´tĂ©, mon mari ne le sait pas, mais des fois je tombais dans la rue avec elle et elle s’assoyait Ă  cĂ´tĂ© de moi et me lĂ©chait l’air de dire « Vas y, continue, tu vas y arriver ». C’est pour ça que c’Ă©tait très dur. On a eu un passage très dur toutes les deux.

E.

Mais vous avez Ă©tĂ© la force mutuelle l’une de l’autre. Elle, elle n’Ă©tait lĂ  que pour toi et et toi grâce Ă  sa prĂ©sence, du coup, ça t’as permis de remonter peut ĂŞtre plus rapidement la pente et de retrouver toute ta mobilitĂ© en tout cas.

D.

Oui, parce que les mĂ©decins m’avaient condamnĂ©e, donc je ne devais pas fĂŞter mes 50 ans et je les ai fĂŞtĂ©s.

E.

Avec FĂ©nice.

D.

Avec FĂ©nice voilĂ .

E.

Quand tu as vu que FĂ©nice fatiguait un peu, donc tu as fait cette nouvelle demande de chien guide Ă  l’Ă©cole de Paris.

D.

Et en disant qu’il fallait la mettre en retraite parce que je sentais qu’elle fatiguait. Donc ils ont acceptĂ© de la mettre en retraite en dĂ©cembre 2020 ou lĂ  je pouvais m’en servir qu’autour de chez moi au harnais. Le 19 mars 2021, c’Ă©tait sa retraite dĂ©finitive et lĂ  j’Ă©tais rassurĂ©e parce que j’ai signĂ© avec l’Ă©cole, comme quoi je pouvais la garder Ă  mes cĂ´tĂ©s.

E.

D’accord!

D.

Tant que je n’avais pas signĂ© avec l’Ă©cole, j’Ă©tais inquiète parce que s’ils la reprenaient, ça aurait Ă©tĂ© trop dur pour moi moralement. Et quand j’ai signĂ© un contrat avec StĂ©phane, alors lĂ , j’ai dis c’est bo,. Ils ne vont plus me la reprendre, elle est Ă  moi jusqu’Ă  la fin.

E.

Parce qu’il y a toujours cette petite incertitude, mais qu’il faut bien voir avec l’Ă©cole. C’est l’Ă©cole de Chien guide, auprès de qui vous dĂ©pendez, qui permet de clarifier tout ça, puisque le chien, comme on le dit souvent, est en effet la propriĂ©tĂ© de l’Ă©cole de A Ă  Z. Alors dans certaines Ă©coles, la propriĂ©tĂ© est cĂ©dĂ©e Ă  partir de la retraite. Ce n’est pas le cas Ă  Paris et il y a des pours et des contres dans chacune des situations. Et c’est vrai que lĂ  donc l’Ă©cole a acceptĂ© et a signĂ©. Alors tu as signĂ© un contrat par rapport Ă  cette mise Ă  la retraite qui fait de toi maintenant sa famille de retraite, un peu comme on en avait discutĂ© du coup avec la famille de retraite de Finelet qui Ă©tait auprès, du coup, de Fabienne pendant de longues annĂ©es, avec qui j’ai eu l’occasion de discuter il y a quasiment un an dans l’Ă©pisode quinze, et on avait enchaĂ®nĂ© l’Ă©pisode suivant avec justement la famille de retraite qu’avait trouvĂ© l’Ă©cole avec Fabienne, donc Christelle et David qui m’avaient parlĂ© de ce contrat aussi.

E.

Ben voilĂ , tu signes comme quoi tu es la famille de retraite et ce qui m’intĂ©ressait avec toi et ton aventure avec FĂ©nice et la miss qui vient après, c’est que du coup tu as choisi et tu as eu l’opportunitĂ©, je dirais mĂŞme. Parce que mĂŞme quand on essaye de choisir cette option, elle n’est pas forcĂ©ment compatible avec son mode de vie ou son rythme de vie ou son cadre de vie. De pouvoir garder ta chienne guide Ă  la retraite et d’en accueillir une autre.

D.

Il faut gĂ©rer bien deux chiens, parce que moi j’ai toujours eu plusieurs chiens. Quand j’ai eu FĂ©nice, j’avais deux chiens ça faisait trois chiens. Après, j’ai perdu mon malinois FĂ©nice elle s’est retrouvĂ©e toute seule. Donc maintenant j’ai deux chiens, donc c’est un avantage pour moi. Mais pour d’autres, c’est peut ĂŞtre un inconvĂ©nient parce qu’il faut quand mĂŞme s’occuper de deux chiens. Il ne faut surtout pas mettre FĂ©nice de cĂ´tĂ©. Il faut jouer avec nos chiens, il faut sortir avec deux chiens. C’est pour ça que le mardi, ça reste pour Pollie Ă  l’Ă©cole, la dĂ©tente, un collectif et FĂ©nice le samedi avec une amie qui me permet de sortir dans les bois FĂ©nice pour qu’elle ait sa petite dĂ©tente Ă  elle. Bon maintenant vu l’âge c’est des petites dĂ©tentes parce qu’elle va sur 12ans. Donc elle a pas mal de problèmes de santĂ© au niveau d’arthrose et puis elle est sous mĂ©dicaments parce qu’elle a une maladie qui s’appelle le syndrome de cushing qui est aussi un cout. Mais elle m’a tellement rendu de services qu’elle mĂ©rite que je la soigne jusqu’au bout.

E.

Du coup, cette mise Ă  la retraite est dĂ©cidĂ©e en mars 2021. Qu’est ce qui se passe de ton cĂ´tĂ© ? Donc, bien sĂ»r, tu gardes FĂ©nice. Mais il y a donc Pollie qui va rentrer dans ta vie. Comment ça s’est passĂ© ? Est ce que tu avais anticipĂ© avec FĂ©nice l’arrivĂ©e d’un nouveau chien ? Comment tu as gĂ©rĂ© ?

D.

Moi, je me suis demandĂ© FĂ©nice comment elle va accepter sa retraite. Parce que comme elle Ă©tait toujours fusionnelle avec moi, comment elle va accepter l’arrivĂ©e de Pollie puisque c’est Pollie. Quand je partirai avec Pollie au guidage, j’apprĂ©hendais et ça c’est bien passĂ©. Je pense que FĂ©nice, elle, a compris que la jeune avait pris sa place. Moi, c’est moi qui me rendait malade. Je me disais comment elle va ĂŞtre malheureuse et tout. Par contre, au dĂ©but, c’est vrai que je sors toujours un peu FĂ©nice avant de partir. Dès que je rentre, je m’occupe de FĂ©nice.

E.

Quand Pollie est arrivée, elle est aussi arrivée progressivement dans ta vie.

D.

Progressivement, alors l’Ă©cole avait dit pour l’arrivĂ©e de Paollie, il fallait que FĂ©nice ne soit pas prĂ©sente. J’ai dis « il ne faut pas qu’elle soit prĂ©sente? J’ai jamais quittĂ© FĂ©nice! » Mais j’ai trouvĂ© une dame qui est bĂ©nĂ©vole Ă  l’Ă©cole et qui a adoptĂ© Maya, une chienne guide qui a Ă©tĂ© rĂ©formĂ©e. Donc du coup, j’avais demandĂ© si elle pouvait me prendre FĂ©nice. Elle m’avait dit qu’il fallait qu’elle la prenne que cinq jours. Donc elle est venue chercher FĂ©nice. Alors moi j’en Ă©tais malade.

E.

En dehors de l’hospitalisation, on va dire c’Ă©tait la première fois ou tu n’Ă©tais pas avec elle.

D.

Elle n’Ă©tait pas loin, elle Ă©tait dans la ville d’Ă  cĂ´tĂ©. J’ai accompagnĂ© ma chienne jusqu’Ă  sa voiture. J’avais donnĂ© tous ses jouets, tout son lit. Tout cela s’est très bien passĂ©. Et Pollie est arrivĂ©e. StĂ©phane me l’a amenĂ©e le lendemain pour qu’elle s’habitue Ă  son environnement et pour crĂ©er un lien avec ma nouvelle chienne.

E.

Donc lĂ , en tant que chien de compagnie, pas encore au guidage, mais c’est la première Ă©tape de crĂ©ation du lien, exactement ce que tu viens de dire entre vous deux.

D.

Pollie c’est vrai que une petite labrador.

E.

Noire aussi.

D.

Noire aussi. Au dĂ©but elle Ă©tait… On n’avait pas l’impression d’avoir un chien. Elle ne bougeait pas de son panier. Ça me faisait drĂ´le parce que par rapport Ă  FĂ©nice qui Ă©tait… Le Flat c’est sur ressort.

E.

Ça a beaucoup d’Ă©nergie.

D.

J’avais pas l’impression d’avoir un chien. Et puis, avec le temps, le deuxième jour, elle a commencĂ© Ă  venir auprès de moi. Il y a le lien qui commençait Ă  se crĂ©er. Et après donc elle est repartie Ă  l’Ă©cole et le week end après, ils me l’ont amenĂ©e pour qu’elle s’entende avec FĂ©nice, FĂ©nice Ă©tait lĂ .

E.

Et alors ? Comment ça s’est passĂ© entre elles ?

D.

Alors au dĂ©but, bon FĂ©nice  faisait un peu la jalouse, c’est normal. Mais ça s’est très bien passĂ© parce que Pollie elle est très très calme. C’est une chienne hyper calme. Bon, maintenant, avec le temps, ça va faire un an qu’elle est avec moi, elle a pris de l’assurance. Mais au dĂ©but, elle Ă©tait très, très timide, très discrète. Elle est toujours très discrète, sauf quand elle court dans les bois. Mais elle est très discrète, ça s’est super bien passĂ© et après j’ai commencĂ© le stage Ă  l’Ă©cole.

E.

Et lĂ , c’est le stage de remise dont tu nous parles.

D.

Et j’ai fait ma remise aussi Ă  domicile.

E.

Donc beaucoup de choses sont faites Ă  domicile. Comment tu as gĂ©rĂ©,  justement ce fait d’avoir un chien qui n’est plus au guidage et d’en avoir un avec qui tu pars. FĂ©nice finalement, a bien compris tu nous le disais tout Ă  l’heure que c’Ă©tait la retraite pour elle. Mais pour autant, tu ne l’as pas forcĂ©ment dĂ©laissĂ©e. C’est ce que tu nous dis.

D.

 Oui, il faut prendre du temps. Faut pas dĂ©laisser le chien guide Ă  la retraite. Il faut prendre le temps de jouer avec elle et puis de la sortir aussi. Des fois, j’ai des temps que pour elle et moi, ça veut dire que Polly reste Ă  la maison et c’est FĂ©nice qui a un temps que avec moi. Je fais des petites balades avec elle dans le parc ou les deux ou toute seule des fois. Comme quand je vais Ă  la mer, Ă  mon mobil home, au bord de la mer, je fais de balades Ă  la mer. Je prends FĂ©nice toute seule, parce qu’elle ne peut pas faire toute la plage et je pars Ă  la canne avec FĂ©nice. Un petit tour Ă  elle et je rentre et je prends Pollie après. Donc je reste quand mĂŞme toujours un lien avec chacunes, bon des fois elles sont ensemble. Mais des fois j’essaye d’avoir que mon lien privilĂ©giĂ© avec FĂ©nice.

E.

Oui, du coup, au quotidien, tu dĂ©dies des temps Ă  chacune d’entre elles. On va dire, comme tu nous a dit, la dĂ©tente collective du mardi. Qui est organisĂ©e par l’Ă©cole. LĂ , c’est Pollie en tant que chien guide qui y participe. Et tu as l’occasion de pouvoir faire une dĂ©tente qu’avec FĂ©nice le samedi. Ce qui permet aussi d’avoir des rythmes de dĂ©tente diffĂ©rents parce que j’imagine qu’elles n’ont pas le mĂŞme âge, comme tu nous l’as dis, la balade est plus courte pour l’une que pour l’autre.

D.

Voilà, parce que Fénice, il faut que 30 minutes de détente à peu près, ça va vite. 30 minutes, ça va vite.

E.

Et du coup, si tu devais nous donner un petit peu les avantages et les inconvĂ©nients? Alors on a dĂ©jĂ  parlĂ© un petit peu des inconvĂ©nients, mais surtout des choses Ă  prendre en compte avant de se lancer dans l’aventure, d’avoir son nouveau chien guide en ayant aussi son ancien en retraite. Tu me disais qu’il y a des coĂ»ts qui sont inhĂ©rents Ă  un chien qui est vieillissant en fait, tout simplement.

D.

Oui, moi j’ai gardĂ© FĂ©nice sur l’assurance. Bon, je paye quand mĂŞme deux assurances, mais comme FĂ©nice va en vieillissant donc l’assurance un peu plus chère

E.

En effet.

D.

Ça me dĂ©range pas parce qu’ils me donnent tellement d’amour ces deux chiens.

E.

Donc oui, il y a ce cĂ´tĂ© un peu financier. Et puis on parle d’assurance, on parle de maladie, mais il y a les croquettes aussi.

D.

Le double de croquettes. Il y a le temps, parce qu’avec deux chiens il faut plus de temps pour la personne, parce qu’il faut s’occuper de deux chiens. Donc, comme ils n’ont pas le mĂŞme âge, c’est une dĂ©tente pour FĂ©nice, une dĂ©tente pour Pollie, une ballade pour FĂ©nice, une ballade pour Pollie et puis jouer. Puisqu’il faut jouer avec les deux. Donc c’est vrai que FĂ©nice je joue un peu avec elle et puis apreès c’est Polly. En gĂ©nĂ©ral, je joue avec les deux parce que dès que je prend les jouets, les deux jouent en mĂŞme temps. Donc il y en a une qui arrĂŞte avant l’autre. Et puis voilĂ .

E.

Oui, c’est ce que j’allais dire. Il y a quand mĂŞme un avantage, c’est qu’en fait elles jouent ensemble, pour le coup.

D.

Oui, mais il faut que je freine FĂ©nice parce qu’elle croit qu’elle est jeune. Quand Pollie commence Ă  courir, il faut que je freine FĂ©nice parce qu’elle voudrait la suivre, mais elle n’a plus l’âge.

E.

Oui, donc tu prends soin de chacun en fonction de ses besoins et ça, c’est très important. C’est pas juste faire deux fois les choses, c’est aussi s’adapter Ă  l’âge de chacun puisque dans la situation ou l’on garde son chien guide Ă  la retraite et l’on accueille le nouveau ensuite, avec son chien guide Ă  la retraite aussi, c’est qu’il y a certes deux chiens, mais qui n’ont pas du tout les mĂŞmes besoins parce qu’ils n’ont pas les mĂŞmes âges par dĂ©finition.

D.

Pas les mĂŞmes besoins, bon de l’amour toutes les deux elles en ont autant parce qu’il faut donner autant d’amour Ă  FĂ©nice que ce que je donne Ă  Pollie. Par contre ce qui est merveilleux, c’est le rĂ©veil. Le rĂ©veil de mes deux chiens, j’ai FĂ©nice qui arrive la première avec son chausson. Parce que ça c’est toujours le « mon chausson » qu’elle m’apporte dans la figure, puis il y a Pollie qui arrive. Alors des fois, elles doivent se parler entre elles parce que quand il est très tĂ´t et que je dis « non non, il n’est pas l’heure de se lever, allez vous coucher les filles » et puis hop il y en a une qui arrive et puis elle va se coucher et puis c’est l’autre qu’arrive. Alors au bout d’un moment, je suis obligĂ©e de me lever.

E.

Elles testent.

D.

Elles testent. Elle dit « vas y toi, c’est Ă  ton tour ». On dirait que’elles se parlent.

E.

Tu as fait une organisation spĂ©cifique, enfin mĂŞme si tu avais plusieurs chiens avant qui n’Ă©taient pas tous des chiens guides. Mais dans ta maison, j’imagine qu’elles ont chacune un panier?

D.

 Elles ont chacune leur panier. J’ai achetĂ© chacune leur panier, puis elles s’Ă©changent les paniers. Donc j’avais achetĂ© un panier pour Pollie, c’est FĂ©nice qui se l’ait accaparĂ©, puis Pollie a accaparé  l’autre, elles se dĂ©brouillent. Mais des fois, elles ont une grosse caisse en bas et elles dorment ensemble.

E.

J’en vois souvent des photos des deux filles, des deux miss. Mais en tout cas, c’est sĂ»r que c’est bien aussi. On voit le point positif, c’est quand mĂŞme tout cet amour dĂ©jĂ  FĂ©nice toute seule t’en donner Ă©normĂ©ment. Et je pense que lĂ , du coup, quand vous ĂŞtes Ă  la maison, en fait il n’y a plus de notion de guidage puisque c’est vraiment dans les dĂ©placements que FĂ©nice te guidait. Et Pollie a pris la suite, mais Ă  la maison, au final, elles sont un peu sur le mĂŞme pied d’Ă©galitĂ©.

D.

 Elles me donnent chacune leur amour différemment, mais leur amour différent.

E.

On entend des clochettes derrière toi?

D.

 C’est la Pollie justement, je lui mets une clochette parce que souvent je l’enferme dans les pièces, comme c’est une chienne qui n’abboie pas. J’ai pas entendu le son de sa voix depuis que je l’ai ça va faire un an.

E.

D’accord, donc tu lui mets une petite clochette ?

D.

Oui, parce que des fois je la cherche, parce que je l’enferme dans une pièce comme elle me suit partout , du coup je ne sais pas oĂą elle est. Des fois je la cherche et puis au bout d’un moment, je me dis « mais elle est oĂą? ». Et puis elle est enfermĂ©e dans une pièce, elle attend que je vienne lui ouvrir.

E.

Oh elle est toute mimi alors!

D.

Ouais ouais elle est mignonne. C’est vrai que j’avais demandĂ© un Flat Ă  l’Ă©cole, mais je ne regrette pas d’avoir un labrador, c’est diffĂ©rent. Euh, part par son comportement. Elle est très mignonne et j’en suis contente. Elle travaille bien et c’est ce que je lui demande. Donc c’est diffĂ©rent du travail de FĂ©nice parce qu’on ne compare pas. Et dans un sens, je me dis heureusement que je n’ai pas eu un Flat parce que j’aurais peut ĂŞtre trop comparĂ© mon nouveau chien guide avec FĂ©nice.

D.

Si c’Ă©tait un Flat aussi peut ĂŞtre qu’il aurait Ă©tĂ© diffĂ©rent de FĂ©nice en tant que Flat. Que lĂ , je pars sur une autre race. Il y a la Pollie qui me donne sa patte. Qu’est-ce que tu veux Pollie?

E.

Donc lĂ , c’est vrai que finalement, tu ne regrettes pas d’avoir pu t’ouvrir Ă  une autre race. C’est sĂ»r que du coup, ça Ă©vite la comparaison.

D.

Et puis, je voulais vraiment que FĂ©nice soit en retraite et je me suis dit si je refuse Pollie… De toutes façons j’ai eu Pollie, je n’ai pas eu le choix de choisir. J’ai dit reprendre la canne ça aurait ĂŞtre trop dur. J’ai eu la canne quelque temps puisque, pas beaucoup. Et j’avais dit « ho lĂ  là ». Aller rien qu’Ă  la pharmacie avec la canne, quand on est habituĂ©, et pourtant je connais mon quartier, mais quand on est habituĂ© Ă  un chien, j’ai mis trois plombes pour aller Ă  la pharmacie.  Et j’ai dis « tiens, il y avait des trucs lĂ ? Des obstacles? » Que moi, avec le chien, je ne savais pas. C’est pour ça que je me dis, bon, je ne suis pas restĂ© trop longtemps sans chien. Moi ça faisait quand mĂŞme neuf ans  que FĂ©nice me guidait. Reprendre la canne au bout de neuf ans, dĂ©jĂ  la canne je n’aimais pas! Mais dĂ©jĂ  je me suis dis reprendre la canne, je prĂ©fère rester chez moi que d’aller avec la canne. Mais bon, fallait bien que je sorte quand mĂŞme!

E.

Oui, c’est sĂ»r que lĂ , on voit un peu. On a parlĂ© des Ă©lĂ©ments Ă  prendre en compte avant de prendre un autre chien en ayant son chien guide retraitĂ©, c’est de s’assurer justement d’avoir un peu ce temps en plus.

D.

Ça prend du temps en plus. Bon moi c’est vrai, j’ai toujours, comme je t’ai dis, gĂ©rer plusieurs chiens parce que avant d’avoir FĂ©nice, j’avais des chiens. Quand FĂ©nice est arrivĂ©e, j’avais deux autres chiens, ça me faisait trois chiens Ă  gĂ©rer. Et puis, c’est vrai que moi plus je suis entourĂ©e de chiens, plus je suis heureuse.

E.

Mais c’est chouette en tout cas d’avoir l’opportunitĂ© et la possibilitĂ© de les garder.

D.

C’est vraiment sympa. Je me suis dit si jamais l’Ă©cole n’acceptait pas de laisser FĂ©nice Ă  la retraite, je me suis dit tant pis, je garde ma FĂ©nice jusqu’au bout. Et mĂŞme si je n’ai pas de chien, je garde ma FĂ©nice jusqu’au bout. Ça aurait Ă©tĂ© dur parce que je n’aurais plus eu beaucoup de sorties, mais je n’aurais pas pu m’en sĂ©parer. Ça aurait Ă©tĂ© trop un dĂ©chirement. Parce que bon, un chien, j’ai eu d’autres chiens hein mais les chiens guides, c’est diffĂ©rent le lien. Moi, j’ai toujours eu des chiens, j’ai eu des chiens lambda, j’ai aimĂ© mes chiens et les chiens faisaient partie de ma famille. Mais les chiens guides, c’est diffĂ©rent. Le lien est encore plus fort je trouve.

E.

Et je me demandais si dans toute l’aventure et l’histoire que tu as eu depuis le dĂ©but avec les Chiens guides, il y avait quelque chose que tu avais appris ou dĂ©couvert? Enfin vraiment quelque chose dont tu ne te doutais pas, quand tu as fait ta demande au tout dĂ©but pour avoir ce premier chien guide ?

D.

Je pensais pas qu’un chien pouvait faire tout ce que faisait un chien guide et pourtant je connaissais bien les chiens. Et surtout comment un chien peut apprendre tout ça au niveau du guidage, tout ce qui est obstacle en hauteur, tout quand il y a des dangers, comment ils arrivent Ă  gĂ©rer les situations d’un danger. Comment ils peuvent te dĂ©sobĂ©ir ? Ça m’est arrivĂ© avec FĂ©nice et avec Pollie sur un trajet. Une fois, j’avais demandĂ© Ă  FĂ©nice d’aller quelque part et elle refusait d’y aller. « Mais pourtant d’habitude tu passes » mais je ne comprenais pas ce qu’il y avait, il y avait quelque chose mais moi je n’arrivais pas Ă  comprendre la situation. C’Ă©tait les rĂ©troviseurs du camion qui Ă©tait garĂ©, elle elle pouvait passaer mais moi je me serais tapĂ© les rĂ©troviseurs dans le visage. Et lĂ  la personne ne comprenait pas, elle me dit « mais vous pouvez passer » Et après, avec le temps j’ai dis « vous avez des rĂ©troviseurs? » Il me dit « ben oui », donc j’ai dis « est ce que vous pouvez les rabattre? » Il les a rabattu et elle est passĂ©e, donc c’Ă©tait ça. Et Pollie une fois je m’en allais et bien Ă  l’Ă©cole, donc c’est mon trajet je le connais d’habitude puis qu’on le fait tout le temps. Donc elle fonçait, elle fonçait et Ă  un moment elle a stoppĂ©.

D.

J’ai dis « mais pourquoi tu t’arrĂŞte? » Et je la forçait. On passe d’habitude par lĂ  et lĂ  elle ne voulait pas passer, alors elle s’Ă©tait couchĂ©e. Je ne comprenais pas. Et il y a quelqu’un qui passe et qui me dit « vous avez un soucis? », j’ai dis « ma chienne elle ne veut pas passer lĂ  et a fait demi tour ». Et il me dit « mais elle a raison votre chienne. » Il y avait un gros trou et les ouvriers avaient oubliĂ© de mettre un panneau.

E.

Ils n’avaient rien mit du tout pour prĂ©venir.

D.

Non rien. VoilĂ  c’est les deux trucs qui m’ont marquĂ©e. Autrement, il y a tellement de choses. On pourrait en parler des heures.

D.

Des choses dans le guidage qui m’Ă©tonne toujours hein. MĂŞme FĂ©nice au bout de quelques annĂ©es. elle m’Ă©tonnait toujours.  Pollie, ça va faire qu’un an mais elle m’Ă©tonne quand mĂŞme.

E.

Et la transition entre FĂ©nice et Pollie n’a pas Ă©tĂ© trop rude pour toi?

D.

Si c’Ă©tait un peu diffĂ©rent, parce que Pollie ne travaille pas de la mĂŞme façon que FĂ©nice.

D.

FĂ©nice, quand je mettais le harnais, il n’y avait plus rien qui comptait. Elle Ă©tait Ă  fond dans son travail, c’est Ă  dire dès que je mettais le harnais, mĂŞme mon mari qui la connait bien, lui parlait et elle ne rĂ©agissait plus. Elle Ă©tait dans sa bulle, elle dit « Maintenant, je suis au boulot, plus personne ne me parle ». Que Pollie est un peu plus discrète, c’est Ă  dire qu’elle aime bien travailler parce que quand je lui montre le harnais, elle est la première dans le harnais. Par contre, au dĂ©but, elle est bĂ©bĂ©, elle Ă©tait curieuse, elle s’arrĂŞtait, il fallait la remotiver beaucoup plus que FĂ©nice. FĂ©nice j’avais juste Ă  dire on part.

E.

Mais oui, bien sûr, ça reste quand même deux chiennes très différentes.

 

Pollie des fois, même encore maintenant, mais moins, il faut beaucoup plus la motiver que Fénice. Mais quand elle travaille, elle travaille! Ça roule tout seul parce que moi je donne toute ma confiance aux chiens.

E.

Oui, mais ça, c’est nĂ©cessaire.

D.

Et le chien le ressent, c’est ce que des fois j’explique aux gens, quand j’ai une sensibilisation. Il faut donner la confiance au chien. Et c’est vrai que le chien plus tu lui fais confiance, plus tu lui donnes toute ta confiance, il travaille bien. S’il voit que tu n’as pas confiance, il se dit « esct-ce que je travaille bien? Est-ce que j’ai fait une erreur ou quoi?  » Mais ce n’est pas Ă©vident de donner confiance au chien. La première fois qu’on vous, dit quand j’ai une FĂ©nice, qu’il faut donner la confiance au chien, j’ai dis « on met quand mĂŞme notre vie entre les pattes d’un chien ».

E.

Exactement.

D.

Et si on se rend compte qu’il nous fait traverser n’importe oĂą? Dès que je mets le harnais, j’ai totalement confiance au chien. Il est vrai que ça m’est arrivĂ© une fois de dire Ă  FĂ©nice: « mais qu’est ce que tu fais ? » Ou mĂŞme Ă  Pollie: « qu’est ce que tu fais? Je ne suis pas au mĂŞme endroit que d’habitude? » Mais en fait, ils ont raison. Donc maintenant, je dis rien, je leur fais confiance. Si je fais un dĂ©tour pour rentrer Ă  la maison, c’est qu’elle avait ses raisons. Il y a une logique, soit il y a des travaux. Ă€ partir du moment ou je lui dis qu’on va Ă  la maison et qu’elle m’amène Ă  la maison, donc csi elle prend un autre chemin, c’est qu’il y a des travaux ou des choses comme ça.

E.

Je me demandais justement, tu nous parles de toutes ces situations ou elles se sont adaptĂ©es vraiment Ă  l’Ă©volution du quartier, etc. Est ce qu’il y a un moment plus particulièrement ou elles, que ce soit FĂ©nice ou Pollie, elles t’ont vraiment bluffĂ©e?

D.

De mĂ©moire peut ĂŞtre, mais je ne m’en souviens plus. FĂ©nice sĂ»rement, Pollie je pense aussi. Oui, sur certains parcours peut ĂŞtre, mais de lĂ  lesquels ? Je ne m’en souviens plus. De toute façon elles me bluffent tous les jours, il y a des choses nouvelles avec Pollie comme avec FĂ©nice. FDe toute façon, je les trouve tellement merveilleuses ces deux chiennes que je vois pas vraiment ce qu’il pourrait y avoir  de plus. Franchement je ne pourrais pas dire parce que je suis tellement fusionnelle avec les deux. Quand je sors avec mon chien ou ne forme qu’une seule personne si tu veux, quand je suis avec FĂ©nice, on n’est qu’une personne et quand je suis avec Pollie, on n’est qu’une personne. Donc je ne fais plus attention vraiment Ă  tout, donc…

E.

En tout cas je confirme, quand on s’est croisĂ©es. Alors je ne t’ai pas encore recroisĂ©e depuis que Pollie est arrivĂ© dans ta vie. Mais quand on s’Ă©tait croisĂ©es plusieurs fois avec FĂ©nice, c’est vrai qu’il n’y avait pas de doute, c’Ă©tait le binĂ´me Doriane et FĂ©nice. Et puis tu lui Ă©cris de si beaux textes. En plus, tu prends ta plume rĂ©gulièrement et Pollie aussi, bien sĂ»r, n’est pas en reste.

D.

C’est vrai que je n’ai plus trop le temps de prendre la plume puisque je me suis lancĂ©e dans le théâtre avec Pollie. Elle va faire une pièce avec moi au mois de juin. Elle va ĂŞtre sur scène.

E.

GĂ©nial !

D.

Donc non. C’est vrai qu’elles sont tellement… Je pourrais parler des heures de toutes les deux. Bon, c’est vrai, FĂ©nice a Ă©tĂ© ma première, donc il y a toujours un petit truc par rapport Ă  Pollie mais Pollie elle a d’autres choses que FĂ©nice n’a pas. Donc en fait elles sont complĂ©mentaires.

E.

Et tu nous parlais des sensibilisations que tu fais, de tes activitĂ©s de théâtre etc. Je me demandais s’il y avait une ou plusieurs rencontres que tu avais fait grâce aux chiens guides? Peut ĂŞtre dans le cadre de sensibilisation.

D.

Alors avec FĂ©nice, parce qu’avec Pollie je n’en ai pas fait beaucoup avec le virus qui empĂŞchait d’avoir des sensibilisations pendant longtemps. Avec FĂ©nice, qui est ce que j’ai rencontrĂ© ? Beaucoup de gens formidables dans des entreprises ou pendant les sensibilisations. Bon les familles d’accueil parce que je connais beaucoup de familles d’accueil. PUne fois j’ai, j’ai eu la chance de rencontrer Ă  un repas oĂą on avait Ă©tĂ©, c’Ă©tait pas une sensibilisation. Mais Daniel Gilbert, que j’ai demandĂ© Ă  avoir une photo avec elle. J’ai rencontrĂ©, comment il s’appelle? Celui qui fait le sport. Manfort, Monfort?

E.

Nelson?

D.

Nelson , voilĂ ! J’y ai Ă©tĂ© au culot. J’avais entendu sa voix. J’ai dis aller on va aller  leur parler pour savoir si… J’avais donnĂ© mĂŞme la carte de l’Ă©cole.  J’ai tellement rencontrĂ© de gens que je ne me rappelle plus. J’ai rencontrĂ© beaucoup de personnes, et puis bon c’est vrai que ma mĂ©moire avec ma maladie m’a jouĂ© beaucoup de choses. Donc je ne me souvient pas de tout.

E.

C’est sĂ»r que ça fait beaucoup de rencontres.

D.

J’ai rencontrĂ© des gens formidables et puis des enfants, les enfants, les enfants dans les Ă©coles. C’est merveilleux les enfants dans les Ă©coles. Quand je fais de sensibilisations pour des classes d’enfants, ils sont tous les adultes de demain. Mais ils ont des questions plutĂ´t rigolotes sur le chien guide. Quand on leur dit que c’est des chiens qui vont Ă  l’Ă©cole, ils posent des questions. Il y a des enfants qui m’ont dit:  » mais FĂ©nice, c’est elle qui vous choisit vos vĂŞtements ? » Tu sais ils ont des interrogations, c’est rigolo.

E.

Ils te posent des questions un peu originales comme ça?

D.

Oui, les enfants oui.

E.

J’avais jamais eu la question « est ce que c’est elle qui choisit tes vĂŞtements ? ».

D.

Oui, parce que comme ils disent que je fais tout avec FĂ©nice, il y a un moment il m’a dit: « je peux poser une question? C’est elle qui vous choisit vos vĂŞtements? » Alors je lui ai dis « non, on n’a pas les mĂŞmes goĂ»ts. » Alors il a rigolĂ©. Alors je lui ai dis « elle me les amène » parce que bon quand on dit qu’un chien guide ils vous aide sur tout, alors bon, les enfants ils se disent s’il aide sur tout alors dans les magasins, c’est elle qui choisit les vĂŞtements.

E.

Mais c’est rigolo ces mots d’enfants en tout cas, ils sont pleins d’imagination. Mais je me demandais si tu avais eu un pire et un meilleur moment Ă  nous confier que tu as eu avec FĂ©nice ou avec Pollie, mĂŞme si c’est plus rĂ©cent?

D.

Alors avec FĂ©nice… FĂ©nice non je ne m’en rappelle pas. En tout cas, Pollie, le jour de NoĂ«l, le 25 dĂ©cembre. Comme je t’ai dis qu’elle n’abboie pas quand elle est enfermĂ©e dans une pièce, mon mari avait prĂ©parĂ© le foie gras sur une assiette pour les inviter au 25. Donc il y avait 7 tranches de foie gras et Pollie on ne savait pas oĂą elle Ă©tait. Et comme elle me suit partout, elle avait Ă©tĂ© dans le garage au frais. Et Ă  un moment, j’ai dis « mais il me manque un chien lĂ . Il n’y a que FĂ©nice et Pollie elle est oĂą? » Pollie elle Ă©tait dans le garage, mais comme elle disait rien, et bien elle s’est tapĂ©e tout le foie gras.

E.

J’en connais une qui me racontait la mĂŞme chose, Laurianne de l’Ă©pisode 37 le mois dernier. Elle m’a dit, d’ailleurs c’est un audio puisque c’Ă©tait un Ă©pisode en immersion avec les petits audios que j’ai ajoutĂ©. Elle nous a racontĂ© la mĂŞme chose que la miss Persia Ă  NoĂ«l, elle s’Ă©tait fait quelques tranches de foie gras Ă  portĂ©e de museau.

D.

Toutes les tranches de foie gras. Et puis les invitĂ©s Ă©taient lĂ  mais on n’avait plus de foie gras et donc c’est rigolo. Mais bon, j’avais peur qu’elle soit malade plutĂ´t.

E.

Ouais, c’est ce que j’allais dire. Elle n’a pas trop Ă©tĂ© malade après?

D.

Même pas une diarrhée, rien du tout.

E.

Bon. Tant mieux. En tout cas. Et les meilleurs moments? J’imagine qu’il y en a plein.

D.

Il y en a plein. Tous les jours, c’est des meilleurs moments avec eux. Moi comme je te dis, je suis tellement heureuse de les avoir toutes les deux, les câlins, l’amour qu’elles me donnent, et puis l’aide. Parce que mĂŞme FĂ©nice si elle ne travaille plus, elle est toujours lĂ . Et mĂŞme quand je la sors en laisse, elle a toujours l’instinct de faire attention Ă  moi. Et oui, parce qu’elle n’a pas oubliĂ© quand mĂŞme. Bon elle a oubliĂ© l’obĂ©issance, c’est sĂ»r que maintenant… DĂ©jĂ  rien que pour faire les photos, le mot assis elle ne savait plus ce que c’Ă©tait.

E.

Il y a des choses qui sont… Mais du coup, elle ne les applique plus quoi ?

D.

Elle ne les applique plus! Pour les gamelles, quand je prĂ©pare les gamelles, elles ont chacune leur place pour les gamelles. Euh, Pollie, elle attend sagement sur son tapis. Quand je prĂ©pare les gamelles, elle est la première pour la gamelle, dès que c’est l’heure. Elle attend dĂ©jĂ  sur le tapis Ă  sa place, que je prĂ©pare les gamelles. Mais la FĂ©nice, la FĂ©nice elle est Ă  la porte de la cuisine et elle danse et  elle saute. Et puis elle arrive, je lui dis « à ta place sur le tapis », mais elle est arrivĂ©e Ă  la gamelle avant que je lui dise. Je la laisse un peu parce que je me dis  elle a tellement travaillĂ© cette chienne. Mais Pollie elle attend sagement.

E.

En fait c’est rigolo, elle revient un petit peu, comme quoi la vie est un cycle puisqu’elle revient un petit peu aux apprentissages qu’elle perd au fur et Ă  mesure. Alors je dirais pas qu’elle les perd parce que je pense qu’elle le fait un peu sciemment.

D.

Et c’est qu’elle se dit « attends moi je suis en retraite, tu me laisses. »

E.

Je fais ce que je veux, j’ai bien donnĂ© et je vis ma vie.

D.

Alors elle fait chien de garde maintenant. Ah ouais, elle fait chien de garde, elle aboie beaucoup. Quand ça sonne, c’est elle qui fait le chien de garde avec son poil hĂ©rissĂ©. Mon mari me dit: « On dirait un lion ».  Comme elle a le poil long et la collerette, ça fait comme un lion. Mais bon autrement elle est adorable. Mais bon, c’est vrai… Et puis bon maintenant je la laisse, c’est sa retraite. J’insiste pas trop pour qu’elle obĂ©isse. Enfin si,je veux quand mĂŞme qu’elle obĂ©isse mais bon je passe un peu plus sur ça, je me dis elle a donnĂ© donc voilĂ .

E.

Oui, elle a un rĂ´le diffĂ©rent auprès de toi que ce qu’elle n’a eu pendant des annĂ©es.

D.

VoilĂ , elle a le rĂ´le de chien de la maison voilĂ  un peu. Par contre, bon des fois quand elle a dĂ©cidĂ© de jouer, elle a ses heures pour jouer, des fois c’est 8 h et demie. Elle m’amène ses jouets  et lĂ , il faut que je joue et si je ne joue pas, elle  va aboyer jusqu’Ă  ce que je joue avec elle et je joue pendant un quart d’heure. Et puis après, tout le monde va se coucher.

E.

Et sur ces mots en tout cas, on voit que FĂ©nice n’a pas perdu une miette de sa place Ă  la maison.

D.

Ah non non non, elle sera toujours… Elles seront toujours lĂ  jusqu’au bout et pis, je l’assume jusqu’au bout. C’est vrai que bon, c’est un truc qui me fait peur. Mais les annĂ©es passent. C’est vrai que les chiens ne vivent pas assez longtemps pour moi. Ils devraient vivre des annĂ©es. Et puis, il y a des chiens qui marquent plus que d’autres. Dans ma vie, j’en ai eu beaucoup de chien. Et c’est vrai que j’ai perdu mon malinois avant le confinement, le premier confinement. Il est mort dans mes bras. Tu vois mĂŞme, ça va faire deux ans, et je n’arrive pas Ă  m’en remettre de sa disparition. Et tu vois un truc qui est bizarre dans les chiens, c’est que FĂ©nice elle Ă©tait habituĂ©e avec mon malinois, puisque quand elle est arrivĂ©e le malinois Ă©tait lĂ , et elle a appris toutes les mimiques qu’avait mon malinois en vieillissant. Ça veut dire, tout ce que faisait mon malinois… Et des fois, je me dis « mais Kaiser, tu es rentrĂ© dans ce corps? » Tout ce que faisait Kaiser, maintenant elle le fait.

E.

Comme si elle avait pris la tĂŞte. L’aĂ®nĂ©e, en tant que chien ainĂ© de la famille, entre guillemets, qu’elle avait pris ses rĂ©flexes.

D.

Elle a pris ses rĂ©flexes. Elle s’est dit: « il n’est plus lĂ  il faut que je prennes ses rĂ©flexes ». Et puis bon, ça me fait impression que Kaiser est encore lĂ  dans FĂ©nice. Donc… Et lui ça a Ă©tĂ© très dur mon malinois aussi parce que je l’ai Ă©levĂ© au biberon et c’est vrai que c’est très dur. Il y a des chiens qui marquent plus que d’autres parce que je n’ai pas eu qu’un chien. Mais c’est vrai que d’ailleurs, c’Ă©tait le chien de mon mari, mais c’est avant tout le mien, parce que les chiens, je ne sais pas pourquoi, tous les chiens qu’on a eus, ils Ă©taient toujours vers moi.

E.

Bon, mais Ă©coute, on vous souhaite quand mĂŞme Ă  Pollie, FĂ©nice et toi une très bonne continuation parce que maintenant que Pollie a bien pris sa place, FĂ©nice n’est pas en reste. On a bien compris que les prĂ©requis, c’Ă©tait d’avoir du temps pour chacune d’entre elles, pour jouer avec elles.

D.

Il faut avoir du temps, pour assumer deux chiens. Parce que c’est vrai que je comprends que pour les dĂ©ficients visuels, ça doit ĂŞtre dur de ne pas pouvoir garder son chien Ă  la retraite. Mais…

E.

Mais c’est une situation, chacun fait au mieux. En tout cas.

D.

Bon dĂ©jĂ  il faut ĂŞtre en pavillon, c’est mon cas, donc aussi ça Ă  jouer. Et il y a aussi le fait que mon mari travaille la nuit. Ça veut dire que mĂŞme si la journĂ©e, je ne suis pas lĂ  FĂ©nice elle n’est pas toute seule, elle a quand mĂŞme quelqu’un.

E.

Oui, il y a ça aussi. La prĂ©sence, c’est quelque chose de très important, on ne l’a pas soulignĂ©, mais c’est bien que tu le soulignes maintenant. Ce n’est pas non plus des chiens qui, du jour au lendemain vont passer de toute la journĂ©e avec un humain Ă  zĂ©ro heure de la journĂ©e. Enfin de la journĂ©e, je parle de la journĂ©e ouvrĂ©e, travaillĂ©e.

D.

Et c’est ça qui a jouĂ© aussi, qu’ils me l’ont laissĂ©e. Et puis bon aussi le fait que j’arrive…J’ai toujours gĂ©rĂ© plusieurs chiens. J’ai toujours eu pas qu’un chien, entre les chiens que je gardais, pas des chiens guides, mais des chiens de personnes que j’ai gardĂ©. Donc pendant des mois, j’ai gardĂ© un malinois pendant huit mois. J’ai gardĂ© un autre malinois. C’est vrai beaucoup de malinois que j’ai gardĂ©.

E.

Mais en tout cas, on voit que vous avez bien trouvĂ© votre Ă©quilibre avec FĂ©nice et Pollie toutes les trois. Et la photo que tu m’as envoyĂ©e pour illustrer cet Ă©pisode est tellement magnifique et on voit bien votre complicitĂ©, le rĂ´le de chacune. Et lĂ  il me reste qu’Ă  te souhaiter en tout cas, que le meilleur. Que la vie de FĂ©nice soit encore longue et pleine de bonheur. C’est vraiment ce que je te souhaite. Que sa retraite soit douce et que la miss Pollie soit aussi Ă  tes cĂ´tĂ©s longtemps parce que c’est vraiment… Je crois que vous vous ĂŞtes trouvĂ©es aussi avec Pollie.

D.

Oui oui avec Pollie, c’est vrai que je me suis trouvĂ©e et c’est vrai que je ne regrette pas d’avoir eu Pollie parce qu’elle est merveilleuse aussi. Elle est diffĂ©rente mais elle est merveilleuse. Et heureusement en fait que je n’ai pas eu de Flat parce que je me suis dit mais bon…

E.

Et écoute Doriane je te fais de gros bisous. On essaye de se voir très bientôt. Avec le printemps qui arrive, ce serait très chouette de se croiser.

D.

De toute façon lĂ  je vais recommencer un peu les sensibilisations pour l’Ă©cole aussi. Avec Pollie, peut ĂŞtre moins que j’en ai fais avec FĂ©nice, puisque bon FĂ©nice elle Ă©tait parfaite. Bon Pollie, elle en fait mais Pollie se fatigue vite. Elle aime bien son panier. Pollie c’est une grosse dormeuse.

E.

En tout cas. Bonne continuation et puis à très vite.

D.

à très vite, merci.

E.

Salut!

D.

Salut!

E.

Et voilĂ , c’est la fin de cet Ă©pisode. Et encore dĂ©solĂ© pour la qualitĂ© de son inhabituelle. Merci Ă  vous en tout cas de l’avoir Ă©coutĂ© en espĂ©rant qu’il vous a plu. Merci Ă  Doriane pour son temps et ses beaux mots qui illustrent l’amour rĂ©ciproque qu’elle porte Ă  ses deux Miss comme elle le dit. Pour complĂ©ter votre Ă©coute, vous pouvez retrouver sur FuturChienGuide.fr des photos de Doriane, FĂ©nice et Pollie bien sĂ»r, mais aussi de Kaiser et très bientĂ´t la transcription intĂ©grale de cet Ă©pisode. Et pour m’envoyer vos retours, Ă©crivez moi sur Instagram ou Facebook. J’adore vraiment Ă©changer sur vos ressentis suite Ă  l’Ă©coute. Alors Ă  bientĂ´t pour un prochain Ă©pisode sur l’univers mĂ©connu des chiens guides d’aveugles. Du.

 

RĂ©pondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *