Pour ce quaranti√®me √©pisode d√©j√†, plongeons en immersion dans la derni√®re aventure de Val√©rie qui accueille depuis quelques mois le jeune Scar de l’√©cole de Paris.

C’est apr√®s une rencontre fortuite avec un chiot Handi’chiens que Val√©rie cherche √† s’engager dans l’aventure de famille d’accueil, tr√®s vite elle accueille son premier √©l√®ve chien guide et adopte ce quotidien de b√©n√©vole pour l’√©cole de Paris. Mais quels sont les avantages et au contraire les inconv√©nients √† se relancer dans l’aventure de famille d’accueil ? Est-ce tout de suite plus facile gr√Ęce √† l’exp√©rience ?

De sa premi√®re √©l√®ve devenue aujourd’hui chien guide d‚Äôaveugle √† son chiot actuel, Val√©rie revient pour nous sur pr√®s de 10 ans d’engagement en tant que famille d’accueil avec ses hauts et aussi ses bas. Apr√®s une derni√®re aventure plut√īt compliqu√©e, plongeons dans son quotidien aupr√®s de Scar gr√Ęce aux vocaux qu’elle m’a transmis d√®s la veille de cette nouvelle aventure !

Retrouvez la transcription intégrale en fin de page.

Est-ce que tu peux te présenter rapidement ?

Je suis Val√©rie. Je suis maman de quatre grands enfants (ma premi√®re va avoir trente ans). J’ai quitt√© mon emploi depuis longtemps, j’√©tais assistante dans un cabinet de chasseurs de t√™tes √† l’√©poque. Et j’ai souhait√© plut√īt me consacrer √† ma famille qui est devenue ma priorit√© car avec quatre enfants, c’√©tait un petit peu compliqu√© de tout g√©rer. 

Je suis donc famille d’accueil pour les Chiens Guides de l’√©cole de Paris depuis presque neuf ans. On peut dire que je suis une ambassadrice de l’√©cole, depuis quelques ann√©es : je participe aux diff√©rentes sensibilisations afin de faire conna√ģtre l’univers des chiens guides aupr√®s du grand public.

Comment as-tu d√©couvert les chiens guides d‚Äôaveugles et comment en es-tu arriv√©e √† en avoir un √† tes c√īt√©s ?

√áa a commenc√© en septembre 2013 avec une rencontre, dans mon lotissement, d’un chien qui s’√©tait perdu. J’ai relev√© son num√©ro sur sa m√©daille, j’ai appel√© la personne et cette personne est arriv√©e avec dans ses bras un magnifique chiot golden de deux mois. Une magnifique cape bleu et jaune sur laquelle n’√©tait pas marqu√© ‚Äú√©l√®ve chien guide‚ÄĚ mais ‚Äúhandi’chien‚ÄĚ. Ce fut mon premier contact avec les chiens d’assistance en g√©n√©ral.

Alors que je r√©fl√©chissais justement √† ce que j’allais faire de ma rentr√©e parce que mes enfants grandissaient et j’avais envie de faire quelque chose pour moi. Je souhaitais donner du temps pour quelque chose qui me tenait √† cŇďur et avec cette rencontre, j’ai eu un flash. 

A l‚Äôadolescence, j’ai eu deux Briards que j’ai perdu de fa√ßon tr√®s dramatique et tr√®s rapide. Et c’est pour √ßa que je ne me suis jamais remis dans l’id√©e d’avoir un chien √† moi. Je me suis dit qu’avoir un chien en √©ducation qui n’est pas le mien pourra me permettre de mettre en distance tout l’√©motionnel difficile que j’avais ressenti √† la perte de ces deux chiens.

Au d√©part, j‚Äôai donc contact√© Handi’chien mais le groupe √©tait constitu√© et on m‚Äôa expliqu√© qu’il n’y aurait pas de possibilit√© d‚Äô√™tre famille d‚Äôaccueil avant au moins un an. Alors j‚Äôai cherch√© ce genre de b√©n√©volat avec une autre structure. Tr√®s vite, sur Internet, les Chiens Guides sont apparus. J’ai pris mon t√©l√©phone, j’ai tout de suite appel√©. On m’a dit qu’il y avait une r√©union de familles d’accueil courant septembre, j’y suis all√©e. J’ai vu une famille d’accueil qui a t√©moign√©. √áa m’a vraiment bott√© !

Ensuite √ßa a √©t√© tr√®s rapide : d√®s octobre 2013, un mois apr√®s seulement, j‚Äôai eu Igger, une petite Golden. C’√©tait une petite chienne tr√®s calme, tr√®s ob√©issante. On a tr√®s vite progress√©. J’ai pas eu d’obstacles √©normes avec elle. Je d√©couvrais tout avec Emilie, qui √©tait sa monitrice √† l’√©poque, on a eu un gros coup de cŇďur et c’√©tait vraiment agr√©able.

Apr√®s il y a eu Judy en 2014, Lorne en 2016, puis Mystic, Nia, Paddy et Rusty. J‚Äôai vraiment encha√ģn√©, encha√ģn√©, encha√ģn√©, avec une vie de famille tr√®s remplie, donc c’√©tait beaucoup de fatigue. C‚Äôest pourquoi apr√®s Rusty, j’ai attendu pratiquement une ann√©e pour avoir Scar, le chien que j’ai actuellement qui est un petit golden.

D’ailleurs, est-ce qu’il y a quelque chose que tu as découvert avec les chiens guides ?

Au d√©but de mon aventure, pour moi ce n’√©tait pas clair. Les chiens guides √©taient super magiques. Dans ma t√™te, c’√©tait formidable : le chien, faisait tout ! Par exemple, pour traverser aux passages pi√©ton, je pensais comme beaucoup, que c’est lui qui prenait la d√©cision d’y aller quand il fallait y aller. Et j’ai donc appris que non, que c’√©tait le ma√ģtre qui donne les ordres. √áa a √©t√© un r√©el apprentissage pour moi.

Aussi, j‚Äôai d√©couvert que les chiens d’assistance et les chiens guides vont vraiment partout. Alors √ßa, je ne m’y attendais pas. Quand je suis partie dans cette aventure, je ne me suis pas pos√© de questions et je me suis dit ‚Äúon verra, on va d√©couvrir‚ÄĚ. J’ai √©t√© dans toutes les situations et avec un accueil formidable √† chaque fois. Voir √† quel point ces chiots qui √©taient des b√©b√©s se comportaient de fa√ßon exceptionnelle m‚Äôa toujours impressionn√©e.

Est-ce qu’il y a des inconv√©nients ou au contraire des avantages, et √©ventuellement les √©l√©ments √† prendre en compte avant de se relancer dans l’aventure de famille d’accueil ?

Alors, il faut garder en t√™te, que ce n’est jamais pareil ! Par exemple, pour Scar comme pour les autres, on ne lui a jamais montr√© comment monter sur un canap√©. Jamais, car c‚Äôest une chose qu‚Äôils ne doivent pas faire. Mais lui l’a d√©couvert tout seul. On l‚Äôa compris en se levant le matin, on voyait Scar dans le canap√©. Je n‚Äôavais jamais √©t√© confront√©e √† √ßa avant, donc √ßa a √©t√© un nouveau challenge pour moi. C’√©tait un inconv√©nient qui va se transformer en avantage pour la suite. Si jamais j’ai ce probl√®me avec un autre chien, je sais comment je pourrais le g√©rer.

Rusty, √ßa a √©t√© compliqu√©. Car il √©tait tr√®s sensible et il pleurait tout le temps. Je n‚Äôai pas vraiment pu dormir pendant trois semaines au d√©but donc √ßa a √©t√© assez √©pouvantable. Et c’√©tait au moment de No√ęl, ce n’est pas la p√©riode la plus simple. 

Mais, on a toujours dans l’esprit le dernier chien qu’on a eu, qui √©tait exceptionnel, √©videmment. Finalement, on ne retient que √ßa : les moments o√Ļ tu lui murmures les ordres qu‚Äôil ex√©cute fi√®rement. Et apr√®s, quand tu recommences et que tu reprends tout, tu dis :  ‚ÄúAh mais zut, c’est vrai. Oh la la ! Les besoins au caniveau, les sorties l‚Äôhiver o√Ļ tu cours au bout de ta rue, t’es en pleine nuit dehors…‚ÄĚ 

C’est vrai, aussi, que c’est formidable parce que √ßa te fait sortir de chez toi quand tu n’as pas d’activit√© professionnelle ext√©rieure. Et puis, c’est un vecteur de rencontres humaines incroyables des deux c√īt√©s d‚Äôailleurs : que ce soit les ma√ģtres de chien guide ou nous, les familles d’accueil, on d√©veloppe un relationnel vraiment riche.

As-tu fait une rencontre exceptionnelle gr√Ęce aux chiens guides ?

En 2014, j’avais encore Igger (mon premier chiot) √† la maison et je venais de r√©cup√©rer Judy qui √©tait toute petite. Je suis all√©e au forum des associations de la ville d’√† c√īt√© de chez moi. Un petit bout de bonne femme, haute comme trois pommes, mince comme un fil qui m’a accueillie les bras ouverts en me disant : ‚ÄúVous √™tes famille d’accueil ?‚ÄĚ. Et en fait, cette dame, c’√©tait Marie-No√ęlle Ladure, qui est la pr√©sidente de l’association Au fil des contes, un fil de vie. Elle est conteuse de m√©tier, pour le compte de l’association. Et c‚Äôest √† partir de cet instant qu‚Äôon a commenc√© √† l‚Äôaccompagner. On a fait √ßa pendant huit ans. On allait d’√©cole en cr√®che, en maison de retraite, en biblioth√®que. On a fait mille et une sensibilisations. √áa, c’√©tait une tr√®s jolie rencontre parce que si je ne serais pas all√©e √† ce forum de Marly, on se serait pas connues et je n’aurais pas eu toute cette histoire avec cette dame merveilleuse.

Aussi, un jour de march√© avec Lorne quand il √©tait tout petit, j‚Äôai fait une rencontre tr√®s touchante. Un couple me fonce dessus et la dame me dit : ‚ÄúOh, c’est une merveille que vous soyez l√†, c’est exceptionnel ! Mon mari est en train de perdre la vue‚Ķ‚ÄĚ, et ce mari c’√©tait Dominique Dumont. Pour rappel, il s‚Äôagit du ma√ģtre de Monty qui est le 1‚ÄĮ000ŠĶČ √©l√®ve chien guide. Et pour l‚Äôhistoire, j‚Äôai recrois√© Dominique et son √©pouse Evelyne √† No√ęl qui m‚Äôont dit ‚ÄúMais c’est merveilleux, enfin, on se retrouve. Oh et puis j’ai quelque chose pour vous, j’ai un cadeau pour vous.‚ÄĚ Et l√†, dans l’apr√®s-midi, j’avais le livre Monty dans ma bo√ģte aux lettres, d√©dicac√©, et avec, il me disait qu‚Äôil m’avait mise √† la page 18, notre histoire, notre rencontre. 

Et enfin, c’√©tait plus une situation qui m’a fait sourire. J’√©tais en train de prendre le RER, donc j’√©tais en haut de l’escalier et je dis au chien (je pense que c‚Äô√©tait Lorne) : ‚ÄúAssis. La descente.‚ÄĚ A ce moment-l√†, une jeune femme vient ma hauteur et me dit : ‚ÄúAttention madame, vous avez un escalier devant vous.‚ÄĚ √áa m’a fait beaucoup sourire, il y a des gens qui ont une attention envers l‚Äôautre vraiment exceptionnelle.

Pour finir, quel est ton pire et ton meilleur moment avec les chiens guides ?

J‚Äôai √©t√© confront√© √† un refus d’accessibilit√© dans mon Super U, √ßa a √©t√© assez violent, √ßa a √©t√© moche. J’avais Lorne tout petit, j’arrivais en terre conquise parce que √ßa faisait des ann√©es que je faisais √ßa et l√†, je suis tomb√©e sur un vigile bien lourd. Et encore un refus d’accessibilit√© √† un Carrefour pas loin, il n’y a pas longtemps. Encore un vigile qui ne connaissait pas la loi. J’ai eu la direction de ces supermarch√©s qui se sont excus√©s platement √©galement.Ce n‚Äô√©tait pas des choses dingues, mais c’√©tait d√©sagr√©able.

J‚Äôai aussi eu un moment de stress, quand j’√©tais sur mon lieu de vacances. Ma fille qui √©tait dans notre maison avait mal ferm√© la porte. Quand je suis rentr√©e √† la maison, la porte √©tait entrouverte et il n‚Äôy avait plus de chien ; gros coup de stress ! Par chance, je connaissais tout le monde dans le quartier. Il y avait une dame qui √©tait en fauteuil roulant avec son chien de compagnie, avec qui on avait beaucoup de proximit√©. Et c‚Äôest elle qui avait r√©cup√©r√© le chien chez elle. 

Par contre, j’ai un moment vraiment exceptionnel que j’ai v√©cu avec un de mes √©l√®ves, c’√©tait Judy qui √©tait d√©j√† rentr√©e en √©ducation. Son √©ducatrice m’a fait le grand honneur de me mettre Judy au harnais et j’ai pu √©voluer au bandeau avec elle au guidage √† Buc sur le parcours d’apprentissage. Alors √ßa, vraiment, c’est impressionnant : c‚Äô√©tait l’aboutissement ! Parce que pour moi, la grande frustration, c’est de ne pas pouvoir √™tre l√† au moment de la remise qui est le v√©ritable aboutissement de ce qu‚Äôon donne.

Merci √† Val√©rie de s’√™tre pr√™t√©e au jeu des vocaux pour nous confier cette nouvelle plong√©e dans l’aventure de famille d’accueil. 

Transcription intégrale

 

E.

Bonjour et bienvenue sur le podcast futur chien guide, le seul podcast sur l‚Äôunivers des chiens guides d‚Äôaveugles soutenu depuis cette ann√©e par la FFAC et l‚ÄôANM‚Äô Chien Guides. Je m‚Äôappelle Estelle. Je suis passionn√©e par les chiens guides d‚Äôaveugles et b√©n√©vole pour cette cause √† Paris. Je suis d‚Äôailleurs persuad√©e que l‚Äôunivers des chiens guides d‚Äôaveugles m√©rite d‚Äô√™tre mieux connu. En tant qu‚Äôamoureux des chiens, futurs b√©n√©ficiaires ou autres curieux comme moi, vous croisez parfois des chiens guides d‚Äôaveugles et leur ma√ģtre en vous demandant ‚ÄėMais comment font-ils pour se d√©placer dans nos rues toujours plus agit√©es ?‚Äô Ce podcast est le seul qui vous propose, au fil de rencontres enrichissantes, de d√©crypter l‚Äôunivers des chiens guides d‚Äôaveugles pour comprendre par qui et comment ils sont √©duqu√©s, mais aussi de d√©couvrir leur r√īle dans le quotidien de leur ma√ģtre et les bouleversements √† leur arriv√©e, ou encore comment agir quand vous croisez un tel bin√īme ? Pour ce 40ŠĶČ √©pisode d√©j√†, je vous propose de plonger en immersion dans la derni√®re aventure de Val√©rie, qui accueille depuis quelques mois le jeune Scar de l’√©cole de Paris. C’est apr√®s une rencontre fortuite avec un chiot handi’chien que Val√©rie cherche √† s’engager dans l’aventure de famille d’accueil. Tr√®s vite, elle accueille son premier √©l√®ve chien guide et adopte ce quotidien de b√©n√©vole pour l’√©cole de Paris. Mais quels sont les avantages et, au contraire, les inconv√©nients √† se relancer dans l’aventure de famille d’accueil ? Est-ce tout de suite plus facile gr√Ęce √† l’exp√©rience ? De sa premi√®re √©l√®ve, devenue aujourd’hui chienne guide d’aveugle, √† son chiot actuel, Val√©rie revient pour nous sur pr√®s de dix ans d’engagement en tant que famille d’accueil, avec ses hauts et aussi ses bas. Apr√®s une derni√®re aventure plut√īt compliqu√©e, plongeons dans son quotidien aupr√®s de Scar gr√Ęce aux vocaux qu’elle m’a transmis d√®s la veille de cette nouvelle aventure. Et maintenant, place √† l’√©pisode.

V.

Coucou Estelle, c’est Val√©rie. Alors √©coute, je voulais juste t’informer que mardi apr√®s-midi √† 14 heures, je vais √† Buc chercher ma petite boule de poils. J’ai essay√© par tous les moyens de savoir qui j’aurais. Un m√Ęle, une femelle, un pr√©nom, quelque chose. Mais c’est silence radio. Tout ce que je peux dire, c’est que ce sera un petit de la port√©e de Linzy, donc un petit golden, donc je suis ravie. Voil√† pour ce soir, les petites nouvelles. Je t’embrasse.

E.

Bonjour Valérie.

V.

Bonjour Estelle.

E.

Merci d’avoir accept√© de jouer le jeu sur mon podcast futur chien guide, d’autant plus qu’on est sur un √©pisode en immersion puisque tu m’as envoy√©, il y a quelques mois maintenant, des petits vocaux, un petit peu de tes impressions, tes ressentis de ta derni√®re aventure avec les chiens guides. Mais est-ce qu’avant tout √ßa, tu peux te pr√©senter rapidement, nous dire un petit peu ce que tu fais dans la vie ?

V.

Eh bien √©coute, je suis donc Val√©rie. Je suis maman de quatre grands enfants maintenant, ma premi√®re va avoir 30 ans dans quelques jours, donc c’est une √©motion. J’ai quitt√© mon emploi depuis longtemps, j’√©tais assistante dans un cabinet de chasseurs de t√™tes √† l’√©poque et j’ai souhait√© plut√īt me consacrer √† ma famille. Et avec quatre enfants, c’√©tait un petit peu compliqu√©, tout g√©rer. C’√©tait un peu ma priorit√©. Donc voil√†, je suis donc famille d’accueil pour les chiens guides de l’√©cole de Paris depuis septembre 2013. Une des ambassadrices de l’√©cole, depuis quelques ann√©es, afin de faire des sensibilisations, de faire conna√ģtre l’univers des chiens guides aupr√®s du grand public.

E.

Justement, on va un petit peu rembobiner l’histoire parce que 2013, √ßa va faire bient√īt dix ans.

V.

On n’y est pas encore, mais √ßa va bient√īt faire dix ans l’ann√©e prochaine, oui.

E.

Pour revenir au tout d√©but de ton histoire avec les chiens guides, comment toi tu as connu l’√©cole ? Comment tu as connu cet univers dont maintenant tu fais aussi un peu la promotion, entre guillemets.

V.

Alors √ßa a √©t√© une rencontre, dans mon lotissement, d’un chien qui s’√©tait perdu. J’ai relev√© son num√©ro sur sa m√©daille, j’ai appel√© la personne et cette personne est arriv√©e avec dans ses bras un magnifique chiot golden de deux mois. Une magnifique cape bleu et jaune sur laquelle n’√©tait pas marqu√© ‘√©l√®ve chien guide’ mais ‘handi’chien’.

E.

D’accord.

V.

Voil√† mon premier contact avec les chiens d’assistance en g√©n√©ral.

E.

Et √ßa, c’√©tait bien avant 2013 ou c’√©tait √† peu pr√®s pareil ?

V.

Exactement en rentrant de mes vacances en septembre 2013.

E.

Donc septembre 2013, premier contact. Est-ce que tu savais ce que c’√©tait un handi’chien ou pas du tout ?

V.

J’avais r√©fl√©chi l’√©t√© √† ce que j’allais faire de ma rentr√©e parce que mes enfants grandissaient, la derni√®re avait treize ans. J’√©tais avec des enfants qui √©taient tous sur des parcours de lyc√©e, de bac d’√©tudes sup√©rieures et j’avais envie un petit peu de faire quelque chose pour moi. Enfin, je ne voulais pas revenir dans le monde professionnel, mais je souhaitais donner du temps pour quelque chose qui me tenait √† cŇďur. Je ne connaissais pas du tout du tout, ni les handi’chiens, ni les chiens guides d’aveugles. C’est un univers que je n’avais absolument pas appr√©hend√©. Puis, avec cette rencontre, j’ai eu un flash, j’ai dit ‘C’est dingue, c’est √ßa que je veux faire. J’adore aider les gens, j’adore les animaux. Voil√†, je postule.’ Et j’ai pas postul√© √† l’√©cole des chiens guides de Paris. J’ai postul√© √† Handi’chiens.

E.

La logique fait que tu avais rencontr√© un handi’chien, donc handi’chiens c’est les chiens d’assistance pour diff√©rents types de handicap, mais qui sont bien distincts des chiens guides, pour le coup.

V.

Voil√†. Et du coup, j’ai envoy√© mon dossier de famille d’accueil au centre de Vineuil, dans le Loiret. J’ai rapidement eu un retour positif, et simplement, la personne responsable me disait qu’il n’y aurait pas de chiots disponibles dans les semaines, dans les mois qui venaient. Une possibilit√©, mais √† long terme.

E.

Parce que toi, du coup, g√©ographiquement, par rapport au Loiret, t’es plut√īt, t’es pas sur Paris m√™me, t’es plut√īt √† l’ext√©rieur de Paris ?

V.

Oui, je suis en r√©gion parisienne, au Mesnil-le-Roi, en lisi√®re de for√™t de Saint-Germain-en-Laye. Donc le Loiret n’avait rien √† voir, c’est juste parce que le centre sur lequel j’avais vu une possibilit√© de leur √©crire √©tait l√†-bas.

E.

Oui, apr√®s, la diff√©rence avec les handi’chiens, c’est que c’est des d√©l√©gu√©s et pas forc√©ment les √©coles et les p√īles d’√©ducation qui font directement l’√©ducation. Donc si tu avais eu un handi’chien, comme la personne que tu avais rencontr√©e, elle faisait des cours beaucoup plus localement avec un d√©l√©gu√© au niveau local.

V.

Alors l’histoire du d√©l√©gu√©, oui, parce que mon fils √©tait √† l’√©poque √† l’Essec, et √† l’Essec, il y a eu une d√©l√©gation handi’chiens. Et mon fils me disait ‘Ah mais maman, c’est incroyable ! Dans mon √©cole, je vois des groupes de familles d’accueil qui se retrouvent. Donc je lui avais dit ‘Mais c’est formidable’. Donc je vais postuler dans le centre de Vineuil qui m’a dit que pour l’instant, le groupe √©tait constitu√© et qu’il n’y aurait pas de possibilit√© avant au moins un an, un an et demi. Donc je me suis dit bon, je cherche sur Internet quelle serait la possibilit√© de faire ce genre de b√©n√©volat avec une autre structure. Tr√®s vite, sur Internet, les chiens guides sont apparus. J’ai pris mon t√©l√©phone, j’ai tout de suite appel√©. On m’a dit qu’il y avait une r√©union de familles d’accueil courant septembre, j’y suis all√©e. J’ai vu une famille d’accueil qui a t√©moign√©. √áa m’a vraiment bott√©. J’ai tout de suite rempli mon dossier le week-end. D√®s le lundi, il √©tait post√©. Et parall√®lement, je faisais de la gym et dans mon cours de gym, j’en avais parl√©. Et il y a quelqu’un qui m’a dit ‘Mais la ville d’√† c√īt√© de chez toi, il y a un couple qui fait √ßa depuis 20 ans. On va parler de la motivation et puis on va voir ce que √ßa va donner.’ Et ce couple, monsieur et madame Jouaneau, qui ont fait vraiment famille d’accueil pendant 20 ans, ils ont eu 20 chiens, m’a appel√© pour tester ma motivation.

E.

Ta motivation, l’origine du projet. Un peu voir…

V.

Et en fait, ils ont vu que j’√©tais archi motiv√©e. √Ä l’√©cole de Paris, ils ont eu mon dossier. Ils ont eu en parall√®le le t√©moignage de, je dirais, mon parrain et ma marraine pour l’√©cole. Et en fait, j’ai tr√®s tr√®s vite eu Igger, ma premi√®re chienne √©l√®ve chien guide. Donc √ßa, c’√©tait en octobre 2013. Donc √ßa a √©t√© tr√®s rapide.

E.

Donc t’accueilles Igger, une petite…

V.

Golden.

E.

Et donc l√†, c’est la grande d√©couverte.

V.

Alors le monde des chiens, je le connaissais quand j’√©tais adolescente. J’ai eu deux Briards que j’ai perdu de fa√ßon tr√®s dramatique et tr√®s rapide. Et c’est pour √ßa que je ne me suis jamais remis dans l’id√©e d’avoir un chien √† moi. Je me suis dit avoir un chien en √©ducation qui n’est pas le mien pourra me permettre de mettre en distance tout l’√©motionnel difficile que j’avais ressenti √† la perte de ces deux chiens. On est arriv√©s avec cette petite Igger. C’√©tait mon r√™ve d’avoir un golden donc pour commencer, c’√©tait parfait.

E.

Et donc, Igger, tu l’as accueillie pendant une ann√©e, √† peu pr√®s.

V.

Une petite ann√©e parce qu’elle travaillait tr√®s bien. C’√©tait une petite chienne tr√®s calme, tr√®s ob√©issante. On a tr√®s vite progress√©. J’ai pas eu d’obstacles √©normes avec elle. Je d√©couvrais tout avec Emilie, qui √©tait ma monitrice √† l’√©poque, on a eu un gros coup de cŇďur et c’√©tait vraiment agr√©able. J’allais √† Paris. L√†, j’ai pris sur moi de prendre le p√©riph dans les deux sens. Voil√†, √ßa a √©t√© le d√©but de mon aventure.

E.

Entre l’accueil d’Igger et aujourd’hui, il s’est pass√© plusieurs chiots. Tu en as eu combien ? Qui √©taient-ils ?

V.

Alors en 2013 Igger, en 2014 Judy, en activit√©. Ensuite j’ai eu Lorne en 2016. C’√©tait la premi√®re port√©e du centre d’√©levage de Buc.

E.

Avant, les chiens venaient du CESECAH ou alors de l’√©cole de Paris, mais c√īt√© Vincennes, avant qu’ils d√©m√©nagent.

V.

Voil√†. Il faut savoir que Lorne √©tait un fr√®re de Igger en termes de parents. C’√©tait incroyable, donc j’ai Lorne, les trois premiers golden. Le quatri√®me c’√©tait un lab golden qui s’appelait Mystic. Ensuite, il y a eu la magnifique Nia, goldendoodle. Alors l√†, coup de foudre int√©gral, c’√©tait 2017. 2019, Paddy, chien guide. Et ensuite j’ai eu un tout petit moment o√Ļ j’ai eu un petit Rusty pendant, alors l√†, √ßa a √©t√© tr√®s tr√®s court parce que c’√©tait un petit labrador noir qui √©tait compliqu√© √† g√©rer, qui m’a beaucoup donn√© de fil √† retordre et que j’ai rendu, qui a continu√© son aventure dans une famille qui √©tait s√Ľrement plus disponible, etc. Moi, j’avais vraiment encha√ģn√©, encha√ģn√©, encha√ģn√©. La fatigue s’installait, avec une vie de famille tr√®s remplie, donc c’√©tait beaucoup de fatigue. Donc apr√®s Rusty, j’ai attendu, en gros, pratiquement une ann√©e pour avoir Scar, le chien que j’ai actuellement qui est un petit golden.

V.

Linzy et Lorne Sont aussi des fr√®res et sŇďurs de la premi√®re chienne que j’ai accueillie en 2013, Igger. J’avoue, c’est trop fort toutes ces connexions. Je suis chanceuse.

V.

Et Scar est un neveu de Lorne et Igger.

E.

Oui et par exemple, je sais qu’on avait parl√©, nous, dans l’√©pisode 14 avec Carole de Nixon qui, si je me trompe pas, est le fr√®re de Nia. Parce que du coup, tu nous as dit, sur les chiens que tu as eus, Igger est devenue chien guide.

V.

Toujours en activité.

E.

Judy aussi.

V.

Judy est un chien guide en activit√©. Ensuite, Lorne a √©t√© r√©form√© et il est dans une famille d’adoption pr√®s de la mer. Donc il est heureux.

E.

Oui. Mystic ?

V.

Qui a √©t√© r√©form√© et il est parti √† Nevers. Il est dans une famille qui a d√©j√† un chien r√©form√© de l’√©cole.

E.

D’accord.

V.

Ensuite Nia, elle travaille aupr√®s d’une petite fille aveugle de maintenant quatre ans. Donc, Nia, elle a un parcours tr√®s particulier. Elle est partie √† la Fondation Fr√©d√©ric Gaillanne. Elle a √©t√© form√©e pour devenir chien guide pour enfants et finalement elle a √©t√© int√©gr√©e dans le programme d’assistance pour les b√©b√©s, les tout jeunes enfants aveugles et elle a √©t√© confi√©e √† une famille ou la petite derni√®re est totalement aveugle.

E.

D’accord. Et donc tout √ßa, comme je le dis souvent, les √©coles de chiens guides remettent seulement √† des majeurs, sauf la Fondation Fr√©d√©ric Gaillanne dont on a parl√© quand m√™me pas mal avec B√©r√©nice et son bel Opium dans l’√©pisode 28 et aussi derni√®rement avec Ana√Įs dans l’√©pisode 35 qui avait Mozart √† ses c√īt√©s et qui √©tait aussi en stage avec moi. C’est vrai qu’il y a aussi des parcours pas forc√©ment tout √† fait lin√©aires pour ces chiens-l√†, mais qui correspondent aussi √† des projets parce que comme tu dis, l’exp√©rimentation de remettre un jeune tr√®s tr√®s jeune enfant, pour le coup, parce qu’on ne parle pas de 12 √† 18, l√† tu nous as dit elle, elle l’a accueilli, elle √©tait tr√®s jeune, cette petite ?

V.

Elle avait 3 ans quand elle a eu Nia et c’√©tait plus dans le but d’un chien d’assistance, pour la d√©velopper au point de vue de la gestuelle, au point de vue de l’attitude.

E.

Chien d’√©veil ?

V.

Chien d’√©veil, ce n’√©tait pas un chien guide. Et donc, cette petite Nia, ben j’ai des nouvelles r√©guli√®rement.

E.

Et Paddy est devenue aussi une belle chienne guide.

V.

Oui, Paddy est √† l’honneur √† l’√©cole. Il y a une magnifique photo d’elle avec sa ma√ģtresse. Je suis tr√®s honor√©e. C’√©tait une v√©ritable perle, cette petite Paddy, franchement pos√©e. Nia comme Paddy √©taient des chiens, pour moi, ‘m√©dicament’, je disais, le chien apaisant, √† l’√©coute, vraiment.

E.

Et pour le coup, Rusty a un peu tout envoyé bouler.

V.

Tr√®s sensible et il pleurait tout le temps et j’ai pas vraiment pu dormir pendant trois semaines, donc √ßa a √©t√© assez √©pouvantable. Et c’√©tait au moment de No√ęl, ce n’est pas la p√©riode la plus simple. Eh oui, Rusty, √ßa a √©t√© compliqu√©. C’√©tait dommage, mais j’ai vu qu’il est entr√© en √©ducation, donc je suis rassur√©e maintenant.

E.

Oui il faut aussi √™tre humble de son engagement, enfin on est quand m√™me au service de l’√©cole. Alors √ßa ne veut pas dire qu’il faut dire oui-non tous les quatre matins, mais il y a quand m√™me des situations o√Ļ voil√†, l√† tu as fait une pause et √ßa, √ßa me rappelle vraiment aussi, j’en avais parl√© de cette histoire de faire une pause dans l’√©pisode 8 avec Audrey. Pour le coup, c’√©tait une berg√®re blanc suisse qui l’avait un peu pouss√©e √† bout aussi. Et elle avait dit √† l’√©cole, faites quelque chose, parce qu’elle faisait passer tout l’agenda de la chienne avant le sien. Et c’√©tait plus du tout tenable sur le long terme. Et elle avait fait une vraie pause comme du coup tu as fait apr√®s Rusty, vraiment pour dire je prends du temps pour moi, je ne suis pas √©go√Įste, mais en m√™me temps, c’est un engagement b√©n√©vole qu’on a l’une et l’autre envers l’√©cole. √áa ne veut pas dire qu’on prend √ßa √† la l√©g√®re, mais √ßa veut juste dire que des fois aussi, on a des temps dans notre vie personnelle, professionnelle ou familiale, qui sont un peu diff√©rents et pour le coup, tu t’es √©cout√©e.

V.

√áa m’a fait beaucoup de bien et j’ai bien fait d’attendre parce que j’ai √©t√© r√©compens√©e avec l’arriv√©e de Scar qui est un magnifique golden, j’avoue, qui fait tourner les yeux de tout le monde ou la t√™te de tout le monde dans la rue.

E.

Justement par rapport √† cette arriv√©e : comment t’as remis le pied √† l’√©trier, t’as repass√© un petit coup de fil ou √ßa a √©t√© dans l’autre sens ?

V.

Alors en fait entre Rusty et Scar, j’ai eu aussi du relais donc j’ai pas vraiment pos√© mon sac. J’ai eu Poona qui vient d’avoir une port√©e je crois. Elle est arriv√©e √† la maison, elle √©tait un peu fofolle, une petite golden, tr√®s mignonne, tr√®s sensible parce qu’elle avait vraiment un lien fort avec sa famille d’accueil. Et on a travaill√© pendant des semaines parce que je l’ai eue six semaines. √áa s’est termin√© un peu rapidement parce que malheureusement mes chats, j’ai deux chats √† la maison, ils ont contract√© la teigne, donc √ßa a √©t√© vite appel d’urgence √† l’√©cole, je vous rends Pouna, d√©sol√©e, mais l√†, si elle l’attrape, on est mal. S’il n’y avait pas eu la teigne, elle serait rest√©e s√Ľrement plus longtemps. Donc en fait, j’ai pas vraiment pos√© mes bagages, j’ai eu cette petite Pouna et puis ensuite, le mois de novembre est arriv√© assez rapidement derri√®re. J’ai du temps et je tr√©pigne un peu d’impatience. Du coup, l’√©cole m’a confi√© notre Scar fin du mois de novembre.

V.

Je viens d’avoir le nom du chiot que je vais avoir. Il s’agit de Scar, comme dans Le Roi Lion. C’est un petit m√Ęle plein de vie, tr√®s joueur et curieux.

E.

Quand tu as appris le nom, parce qu’au d√©but, on ne sait pas du tout : m√Ęle, femelle, la race, le nom, on ne sait rien.

V.

On ne sait rien. Jusqu’√†… le mail d’une monitrice qui, quelques jours avant l’arriv√©e de Scar, m’a annonc√© que, donc, Scar, golden, curieux joueur.

E.

Tu avais la description.

V.

Voil√†. Bon, je me suis dit ‘Mamma mia, on va me redonner un excit√©’. J’avais en fait une appr√©hension apr√®s l’histoire de Rusty. Je me suis dit ‘Mais oh la la, √ßa va recommencer’. J’avais tr√®s peur en fait. C’√©tait √ßa. J’√©tais heureuse, mais j’avais peur que ce soit √† nouveau trop d’excitation, quoi. Et √ßa a √©t√©. √áa a √©t√©…

E.

Oui, parce que malgr√© ton exp√©rience, la diff√©rence peut aussi jouer des tours, parce qu’on conna√ģt un peu ce qui peut arriver. C’est un peu la diff√©rence avec la premi√®re fois et c’est ce que j’avais essay√© de creuser avec Florian. On avait fait aussi un √©pisode en immersion dans l’√©pisode 34, mais lui, pour le coup, alors je ne dirais pas qu’il √©tait na√Įf ou cr√©dule parce qu’il va mal le prendre, mais il n’avait pas cette exp√©rience que tu as eue, toi, avec les autres. La diff√©rence l√†, pour toi, c’est que tu pouvais savoir ce qui pouvait arriver.

V.

Exactement √ßa, on sait, on sait o√Ļ on met les pieds. On sait qu’√† chaque chien c’est diff√©rent. Mais j’avoue que je sortais de deux exp√©riences hyper faciles, calmes, pos√©es. Et puis finalement bon, Scar est arriv√©. Il est tr√®s dynamique, mais depuis peu, l√†, je constate qu’il s’est apais√©. On est dans une relation, comme tu disais, de confiance. Je l’ai entendu avec Doriane. Cette relation de confiance, elle est √©tablie. On travaille, mais √ßa marche. C’est… il y a un retour, c’est vraiment agr√©able quoi.

E.

Et donc les premiers temps, est-ce que √ßa a √©t√© comme tu l’avais pr√©vu ? Pas du tout ? Comment, comment s’est pass√© l’accueil de Scar ?

V.

Alors Scar, donc je suis all√©e le chercher √† Buc. La rencontre est merveilleuse. Trop mignon, trop beau chien. Tu peux le porter dans tes bras, il est ‘choupi’ et tout, tr√®s mignon.

V.

Ben √©coute, tout est pr√™t. Le lit est bien, tout propre, les jouets sont achet√©s, le soleil est avec nous. Voil√†, il n’y a plus qu’√†, maintenant.

V.

Voil√†, j’ai r√©cup√©r√© Scar, √ßa se passe super, il est trop mignon. Voyage en voiture impec, il s’est endormi. Adorable, trop chou. Curieux. Il a rencontr√© mon chat. Il s’est fait prendre une petite tape. Et puis l’autre elle s’est perch√©e. Et puis il mange tr√®s bien. Et puis l√†, on essaie de d√©couvrir le coin pour faire les besoins.

V.

Le retour en voiture, merveilleux. J’√©tais toute seule et je m’en faisais un sang d’encre parce que j’√©tais revenue avec Rusty, mais on √©tait heureusement avec ma fille a√ģn√©e √† l’√©poque. Rusty n’a fait que pleurer en voiture et c’√©tait √©pouvantable. Et je me disais ‘Mon Dieu, l√† je suis toute seule, si j’ai un chiot qui commence √† sauter sur le si√®ge, qui commence √† pleurer, etc.’

E.

Qu’est ce que tu fais ?

V.

Qu’est ce que je fais ? Eh bien non. Scar, d√®s le d√©but, couch√©, de dos, impec, donc j’√©tais assez sereine.

V.

Coucou Estelle. Ben √©coute, premi√®re nuit, impeccable. Il a dormi dans son panier, nickel. C’est juste au niveau des besoins. Il n’a pas tr√®s envie d’aller sur le dur gel√©. Donc, malgr√© une longue sortie apr√®s le repas, il n’y a rien qui s’est pass√©. Voil√†, tout va bien, il est adorable.

E.

Pour le coup, en relais, je pense que tu l’as vu avec Pouna, c’est pas m√©chant, tu sais jamais ce que tu r√©cup√®res. C’est la loterie, par d√©finition. On s’√©tait dit on va tout enlever de ce qu’il y a en bas, les premiers relais et tout. Et au final, ils ont jamais √©t√© trop destructeurs. On a eu quelques petites b√™tises mais bon, apr√®s tu les cernes vite.

V.

Mais avec notre Scar, il √©tait tellement dynamique. Et puis il a √©t√© un peu long √† s’habituer √† √™tre tout seul dans le salon, enfin des choses comme √ßa, mais bon, il a progress√©, il a bien progress√©.

E.

Oui. Et puis, je crois que vous avez eu des cours tr√®s tr√®s t√īt. Tu le disais, c’√©tait la premi√®re fois que tu avais un cours avec l’√©cole deux jours apr√®s la remise.

V.

Ah oui ! Voil√†, on est √† Buc, 48 heures apr√®s pour un premier cours parce que Elodie regroupe une famille qui a re√ßu son chiot la semaine derni√®re avec la sŇďur de Scar et moi-m√™me. Donc je sais pas si √ßa va donner grand chose au bout de 48 heures mais bon, c’est comme √ßa. Donc on fait avec ! Et tout se passe bien…

V.

Ouais, salut Estelle, le cours s’est tr√®s bien pass√©. Beaucoup d’excitation avec les deux autres copains du m√™me √Ęge. Donc la marche en laisse, c’est pas trop √ßa encore. Il va falloir qu’on y travaille pas mal. Sinon c’√©tait tr√®s sympa. Le groupe est form√© de deux familles que je ne connais pas mais qui sont tr√®s chouettes. Et donc il y a la sŇďur de Scar qui s’appelle… euh oh la la j’ai un trou, et la petite Swanny qui est une golden crois√© labrador. Et donc, c’est Scylla, la petite sŇďur de Scar.

V.

Ah oui, alors l√† c’√©tait incroyable, mais c’√©tait au vu des circonstances puisqu’il y avait une port√©e qui avait juste une semaine de plus. L’√©ducatrice a regroup√© les familles de la port√©e d’avant avec nous. √áa s’est tr√®s bien fait. √áa a √©t√© l’occasion de conna√ģtre les autres familles sympas.

E.

Donc vous avez fait ces cours un petit peu ensemble avec deux port√©es mix√©es. Et puis toi, de ton c√īt√©, t’as repris des petites habitudes ou tu as fait des choses diff√©remment qu’avec les autres √©l√®ves ?

V.

Alors mon quotidien, c’est assez r√©gulier. Je vais pour travailler dans la ville d’√† c√īt√©, on prend la voiture, on se gare, on va travailler dans les rues, les magasins. J’ai tout de suite repris effectivement rapidement toutes mes marques. Et puis je suis all√©e un peu plus loin en disant ‘Bon, il a trois mois, j’ai l’exp√©rience, je vais faire l’escalator tout de suite. Allez hop toc !’ Et alors l√†, il a √©t√© incroyable, il l’a pris. Pouf ! Donc √ßa, √ßa a √©t√©… en fait j’√©tais en confiance pour √ßa. Et puis, il a quand m√™me vite compris que l’escalator, c’√©tait affreux et horrible pour lui. Et il l’a fait une fois. Et puis apr√®s, il ne voulait plus le faire. Oui, c’√©tait peut-√™tre trop vite. Mais oui, au final, on reprend vite son quotidien de ce que j’ai fait avec mes autres √©l√®ves.

V.

Encore une bonne journ√©e pour Scar, pleine d’apprentissages. Ce matin, d√©tente avec sa petite copine du m√™me √Ęge, 3 mois, golden aussi. √áa joue beaucoup, √ßa grogne un peu. Rencontre avec des grands chiens, impec. Apr√®s, on a fait la d√©couverte de la ville d’√† c√īt√© de chez moi, avec pas mal de petites stimulations, beaucoup de reniflage, beaucoup d’attirance vers les volatiles, √©videmment tr√®s attir√© par les caresses. Parce que chacun ne conna√ģt pas la r√®gle, donc il faut la rappeler. Voil√†. Et puis, tranquilou, retour √† la maison.

V.

Coucou Estelle ! Un petit peu patraque. J’ai d√Ľ choper un bon gros rhume. √áa ne m’a pas emp√™ch√©e de travailler avec Scar. On est all√©s faire une grande d√©tente avec des copains chiens et tout s’est bien pass√©. Il n’y a plus de peur du tout. Puis on est all√©s dans les divers commerces de mon quartier. √áa se passe plut√īt bien. Il commence √† apprivoiser les bruits environnants. Le caniveau, c’est vraiment pas simple. Il met beaucoup de temps √† faire ses besoins, sauf le matin √† la fra√ģche, du genre, √† 5 heures du matin.

V.

C’est toujours une partie ‘travail’. Et puis bon, c’est vrai, que, habitant pas loin de la for√™t, pas loin de la terrasse de Saint-Germain-en-Laye, on est g√Ęt√©s. Et du coup, c’est pas comme √™tre famille d’accueil sur Paris. Mais √ßa n’emp√™che que √ßa marche quand m√™me puisqu’on r√©ussit quand m√™me, donc…

E.

Oui, apr√®s, je pense que t’as aussi l’√©quilibre. Quand tu dis que tu vas travailler, c’est important de le souligner, ce n’est pas, du coup tu nous as dit que c’√©tait pas ton activit√© professionnelle. Tu vas, tu ne te rends pas √† ton activit√© professionnelle, mais du coup, tu prends du temps pour travailler tes chiens. Tu passes pas tout ton temps √† la maison non plus avec eux. Ce n’est pas pour √ßa que…

V.

Ah non non, mais l√†, tu reprends vite tes kilom√®tres de marche et c’est vrai que c’est formidable parce que √ßa te fait sortir de chez toi quand tu n’as pas d’activit√© professionnelle ext√©rieure. Et puis, c’est un vecteur de rencontres humaines formidables, vraiment formidables. Et je pense que des deux c√īt√©s, que ce soit les ma√ģtres de chien guide ou nous, les familles d’accueil…

V.

Ecoute, on a fait un √©norme tour en ville √† Saint-Germain pour faire plein de stimulations, fin de march√©, on a m√™me fait un escalator en mont√©e, yes. Magasins, passants, on a rencontr√© une b√©n√©ficiaire handi’chien g√©niale.

V.

C’est notre point commun, c’est le relationnel qu’on peut avoir et c’est vraiment merveilleux, √ßa, vraiment.

E.

Et du coup tu n’as pas √©t√© tent√©e de comparer avec les derniers ?

V.

Si, on a toujours dans l’esprit le dernier chien qu’on a eu, qui √©tait exceptionnel, √©videmment, on va dire √† la toute fin de l’ann√©e o√Ļ on l’a eu parce qu’on retient que √ßa, bien s√Ľr, des moments ou tu lui murmures les ordres, il n’a m√™me pas besoin de les entendre, il les fait. Enfin bon tu ne retiens que √ßa. Et apr√®s, quand tu reprends tout tu dis ‘Ah mais zut, c’est vrai. Ah ouais ! Oh la la !’ Les besoins au caniveau. Oh la la, les sorties au mois de novembre, d√©but d√©cembre, tu cours au bout de ta rue, t’es en pleine nuit dehors, bon √ßa t’oublies. Et puis quand t’es √† nouveau dedans, c’est pas facile. √áa, c’est le c√īt√© o√Ļ on se dit √† chaque fois ‘Mais pourquoi je recommence ?’ Bah finalement oui, il y a quelques mois qui sont pas faciles, ce n’est pas toujours tout rose. Moi j’arrive, l√†, Scar a 8 mois et j’arrive vraiment √† un moment ou c’est bien, c’est √©quilibr√©.

E.

Le travail, les contraintes, on va dire…

V.

Ouais ouais ouais.

E.

Et c’est vrai que, tu vois cette histoire des besoins, je sais que pour le coup, Florian, c’√©tait sa premi√®re exp√©rience dans l’√©pisode 34. Et en plus, avec les vocaux, on a bien bien senti qu’il d√©couvrait, et il d√©couvrait √† quel point √ßa pouvait √™tre √©reintant, frustrant et √©puisant de sortir quinze fois le chien qu’il fasse quinze fois, mais qui continue √† la 16ŠĶČ fois de faire dans la maison.

V.

C’est vrai que c’est compliqu√©. Et puis √ßa d√©pend aussi de la personnalit√© du chien, parce que c’est bien, c’est un ordre. Mais il faut… Par exemple Scar, il n’aime pas aller dans les choses qui ne sont pas propres. Donc l√†, on y travaille vraiment √† fond et √ßa, vraiment, √ßa rentre bien. Mais d’embl√©e de jeu, j’ai vu que √ßa poserait probl√®me. Tout petit, tout petit, on a eu des moments, un peu de tension quand m√™me. √áa, c’est le c√īt√© difficile.

E.

Et justement, sur ces c√īt√©s difficiles, est-ce que toi, t’as vu des inconv√©nients ou des avantages √† accueillir un nouvel √©l√®ve chien guide, c’est-√†-dire √† avoir un petit peu d√©j√† eu l’exp√©rience, ou au contraire tu recommences tout √† z√©ro et au final c’est pareil ?

V.

C’est jamais pareil parce que par exemple Scar, on lui a jamais montr√© de monter sur un canap√©, jamais. Et tous les autres, c’√©tait exactement la m√™me chose. Mais lui l’a d√©couvert tout seul. Donc, par exemple, on a compris en se r√©veillant le matin, on voyait Scar dans le canap√©. OK, j’avais jamais √©t√© confront√©e √† √ßa avec mes autres. Donc √ßa a √©t√© un nouveau challenge pour moi. Qu’est-ce qu’on va faire, alors ? Donc c’√©tait une nouvelle exp√©rience. Je n’avais pas eu √† g√©rer √ßa auparavant, par exemple. C’√©tait un inconv√©nient qui va se transformer en avantage pour la suite. Si jamais j’ai un autre probl√®me avec √ßa, je sais comment on va…

E.

Et les avantages que tu vois, enfin moi je le sais √† peu pr√®s, j’ai mes petites id√©es par rapport aux relais et tout. L’avantage d’avoir d√©j√† v√©cu une fois au moins l’exp√©rience, de ton c√īt√© t’en vois plusieurs j’imagine ?

V.

Ben oui, parce que l√†, les choses que t’as apprises avec l’√©cole depuis toutes ces ann√©es, c’est un peu de l’inn√© dans ta t√™te. Et puis en fait, quand t’as pas de chien, par exemple, moi je me balade en ville, je m’arr√™te devant un passage pi√©ton et je me dis ‘Mais il manque quelque chose l√† !’ Et tu vois en fait je suis compl√®tement conditionn√©e. Pour moi, c’est vrai que, √† chaque fois que j’ai un nouveau, ben j’utilise toute l’exp√©rience, mais de fa√ßon compl√®tement inn√©e et naturelle. Par contre, je sais que les ordres √† l’√©cole √©voluent un peu. J’ai eu une r√©union de travail avec une monitrice et elle me disait des choses, alors on fait plus ci, on fait plus √ßa, on fait √ßa, on fait pas √ßa, oula je dis, attendez, nous, √ßa fait neuf ans qu’on fait √ßa. √áa va √™tre compliqu√© de changer dans nos t√™tes des choses qui marchaient bien jusqu’alors.

E.

Moi, je pense qu’il y a aussi le fait de savoir o√Ļ tu vas. Enfin moi je l’ai vu les premi√®res fois et, et d’avoir la finalit√© aussi. Alors m√™me si t’es pas derri√®re Igger, derri√®re Judy quand elle guide, etc., mais tu sais √† quoi √ßa sert ce qu’on te demande. Et en fait c’est hyper important dans la p√©dagogie de savoir toi m√™me, parce qu’en fait t’es famille d’accueil, t’es l√† pour apprendre au chien, mais t’en apprends pas mal aussi pour toi m√™me, c’est ce que tu dis.

V.

Eh oui, eh oui. Et toutes les commandes pour mettre en place de fa√ßon naturelle parce que mettre la gamelle sans que le chien touche, le chien qui s’arr√™te aux portes, qui doit ne pas sauter sur les gens, etc. T’as d√©j√† les acquis mais avec chaque chien c’est diff√©rent parce qu’un chien peut r√©agir autrement et il va falloir r√©apprendre le truc. Donc tu vois, c’est pas… Et puis aussi il y a la finalit√© de chaque ordre que j’ai compris au fur et √† mesure de ces ann√©es, c’est ‘Ah oui, on doit pas faire √ßa’. Pourquoi ? Parce que derri√®re, le ma√ģtre de chien guide, ben lui, √ßa a une raison, c’est pas pour nous emb√™ter, c’est parce qu’il y a une raison.

E.

Comme de quel ordre, par exemple ?

V.

Ben par exemple les caniveaux tout simplement. Tu te dis ‘Ah oui, on nous demande √ßa. Mais je comprends pourquoi’. Parce que, √† Paris, il n’y a pas de carr√© d’herbe. Faut vraiment que le chien il sache faire ses besoins sur du dur, quoi. Ou l’ordre de la gamelle, par exemple. Le chien ne doit pas se jeter dessus, ben oui parce que la personne voit mal ou ne voit pas du tout. Donc il faut qu’elle puisse g√©rer elle m√™me l’alimentation de son animal.

E.

Moi, je sais que c’est le… Il y a deux choses. Quand je discute avec des gens qui sont pas dans le milieu, c’est le rappel, tu vois. Quand je leur dis il faut absolument un tr√®s bon rappel, les gens sont l√† ‘Ouais, ben s’il revient pas tout de suite, √ßa va’. Et en fait, c’est important de rappeler du coup et parler de la finalit√©. C’est pour √ßa que je fais maintenant chaque mois aussi un √©pisode avec un d√©ficient visuel qui a un chien guide, parce que c’est important de comprendre pourquoi on fait tout √ßa. C’est pas juste pour la gratification de faire une action b√©n√©vole, c’est pour participer √† cette finalit√©. Et l’aveugle, quand il rappelle son chien, il va pas voir ‘Oui, enfin c’est bon, l√† il est juste √† un m√®tre’, non, en fait l’aveugle il peut, ou le malvoyant il peut mal voir ou ne pas voir du tout, comme tu le dis, le chien qui est juste √† un m√®tre. Le chien, il faut qu’il revienne au contact, et pareil, je sais que les gens, quand on part en relais, en vacances avec un relais et qu’on part dans des zones ou il peut y avoir de l’eau, par exemple, ils sont l√† ‘Alors vous vous √™tes baign√©s, √ßa a du √™tre trop bien, etc.’ et on explique que c’est √©ventuellement possible de mani√®re tr√®s tr√®s exceptionnelle, enfin ‘exceptionnel’ au sens parfois une fois par an, mais que c’est tr√®s important parce qu’il faut que le chien puisse comprendre que ce n’est pas automatique d’aller dans l’eau quand il y a de l’eau pour tout simplement, pour pas qu’il emm√®ne son aveugle ou son ma√ģtre tout simplement dans une fontaine ou ce genre de choses. Mais voil√†, c’est vrai que, tu parles de la gamelle, c’est hyper important aussi, et moi je vois que quand on en parle, en fait les gens se rendent pas compte sur l’importance du rappel, mais au pied, quoi. Le vrai rappel.

V.

En fait, en g√©n√©ral, si tu fais de la p√©dagogie et que t’expliques de fa√ßon simple au public qui te pose des questions, l√†, ah oui, ils ont un √©clair…

E.

Bien s√Ľr.

V.

Mais bien s√Ľr, tu vois. C’est comme, alors le fait que le public touche ton chien sans te demander. Moi, je prends des heures et des heures √† dire ‘S’il vous pla√ģt, ne touchez pas le chien’ ou j’ai carr√©ment avec, je crois que c’√©tait… alors je ne sais pas comment elle s’appelle @dorotludik l√† ?

E.

Dorothée, oui.

V.

Oui, Doroth√©e, elle avait trouv√© un site ou ils faisaient des petits badges qu’on colle sur la laisse. Et je l’ai achet√© parce que je trouvais que c’√©tait assez parlant avec un badge marqu√© ‘Je travaille, j’ai besoin de me concentrer’ et je trouvais que c’√©tait vraiment bien parlant. Et je trouve qu’on devrait aussi coller quelque chose de l’ordre de la main barr√©e pour que les gens comprennent qu’on ne touche pas ces chiens-l√†. Les gens commencent √† conna√ģtre le fait qu’ils ne doivent pas toucher le chien, mais il y en a tellement qui ne connaissent pas et tellement qui foncent. Alors moi, avec Scar, c’est d√©ment parce que comme il est absolument adorable, tout le monde fonce sur lui et hop, je dis ‘Stop ! S’il vous pla√ģt monsieur, s’il vous pla√ģt, madame, ne touchez pas Scar’, et j’explique et je prends dix minutes, moi, pour expliquer pourquoi. Hier, je suis all√©e chez le coiffeur, par exemple. C’√©tait un couple, le monsieur il a fonc√© sur Scar et j’ai dit ‘Monsieur !’, il √©tait d√©√ßu, il √©tait d√©compos√© parce qu’il voulait toucher le chien et sa femme, gentiment, lui a dit ‘Mais si, il ne faut pas toucher ce chien parce qu’il ne peut pas √™tre d√©tourn√© du travail qu’il va faire, donc c’est important’. Il a accept√©, mais une fois, j’ai amen√© Scar √† un tr√®s grand spectacle de Gad Elmaleh o√Ļ il s’est d’ailleurs tr√®s bien comport√©. C’√©tait quand m√™me la premi√®re fois qu’on l’emmenait dans un spectacle. Il y a un monsieur, avant le d√©but du spectacle, qui m’a fonc√© dessus aussi et √† qui j’ai dit de fa√ßon tr√®s drastique ‘On ne touche pas au chien’ et il est parti avec, en faisant vraiment la t√™te, l’air de dire ‘Mais vraiment, elle se prend pour qui celle-l√† ?’ Je n’ai pas eu envie de lui expliquer parce que le spectacle allait commencer. Mais c’est vrai, voil√†, c’est de la p√©dagogie pour nous.

E.

Mais c’est aussi bien ce que tu dis qu’on n’a pas toujours envie d’expliquer. Moi, c’est vrai que je prends beaucoup de temps. Alors il y a le podcast, il y a le blog, mais il y a la vie au quotidien, avec les relais aussi. Et je prends beaucoup de temps pour expliquer. Mais il y a des fois, j’avoue, o√Ļ j’ai pas envie. Alors je ne fais pas une t√™te de six pieds de long et je gueule pas, mais je dis juste ‘Non, c’est non’. Et puis, et puis √ßa prend du temps quand m√™me de faire tout √ßa, donc. Et puis il y a des gens en face, tu sens que de toute fa√ßon, quoi que tu dises, ils sont d√©j√† en train de toucher le chien et ils vont me prendre pour une cruche et ils ont le droit de toucher le chien et le chien, lui, il a pas dit non. Enfin bref. Et du coup, dans toute ton histoire avec les chiens guides l√†, est-ce qu’il y a quelque chose, ben justement, quand tu as rencontr√© cette personne il y a des ann√©es avec le handi’chien dans les bras, le petit chiot, √† laquelle tu t’attendais pas du tout, que tu as d√©couvert avec ton histoire avec les chiens guides ?

V.

Moi ce que j’ai appris, par exemple le fait de traverser aux passages pi√©tons. Alors moi, dans ma t√™te comme dans la t√™te de beaucoup, c’√©tait formidable, ben le chien, c’est lui qui fait tout, c’est lui qui va prendre la d√©cision d’y aller quand il faudra y aller. L√†, j’ai appris que non. C’√©tait le ma√ģtre en fait qui donne les ordres, et √ßa, au d√©but de mon aventure, pour moi ce n’√©tait pas clair. C’√©tait, ben c’est des chiens super magique et ils font tout. Donc √ßa, √ßa a √©t√© un apprentissage pour moi, et le fait que les chiens d’assistance et les chiens guides aillent vraiment partout. Alors √ßa, je ne m’y attendais pas.

E.

Oui. Tu avais un peu admis qu’il y aurait des choses que tu puisses plus faire ou des choses comme √ßa ?

V.

Non, je m’√©tais, en fait, quand je suis partie dans cette aventure, j’y suis all√©e bille en t√™te et vraiment, je me suis m√™me pas pos√© des questions. Je me suis dit on verra, on va d√©couvrir. Et en fait, quand on m’a dit ‘Mais si, vous allez pouvoir aller partout, emmener ce chien partout’. Alors oui, c’√©tait des belles d√©couvertes. Parce que ben oui, oui, c’est vrai. Ben oui, c’est vrai, bien s√Ľr. Un aveugle, bien s√Ľr, √ßa va chez le kin√© si √ßa en a besoin. Et puis chez l’esth√©ticienne, pourquoi pas ? Tiens, on y va, au cours de sport, on y va. J’ai vu plein plein plein de choses avec eux et √ßa, c’√©tait des choses… j’y avais pas pens√©, vraiment. J’avais jamais crois√© de couple dans mon coin. Pas un seul.

E.

T’avais jamais crois√© de bin√īme ma√ģtre-chien. Et c’est vrai que ce que tu dis, on n’y pense pas, franchement. Alors, il y a les deux, pour le coup, il y a les deux approches, je pense, en tant que famille d’accueil, il y a soit la famille d’accueil qui sait justement qu’on peut aller partout et qui est un avantage de plus dans l’action et le b√©n√©volat qu’on peut faire parce que justement √ßa peut nous permettre, enfin, moi notamment, pourquoi je n’ai pas de chien √† la maison et je prends des √©l√®ves chiens guides, c’est parce que si j’avais un chien √† moi, il irait nulle part et que je ne trouve pas √ßa int√©ressant pour le chien que j’ai envie d’accueillir. Mais √† l’inverse, du coup, le fait qu’il puisse aller partout et m’accompagner, vu la vie hyper dynamique que j’ai, c’est tr√®s important. Et puis en effet, oui, il y a aussi la bonne surprise. J’ai envie de dire de ‘eh ben oui, je vais pouvoir faire √ßa, √ßa et √ßa avec lui’. Mais c’est rigolo que tu le dises comme √ßa, parce que c’est vrai que ce n’est pas forc√©ment quelque chose qu’on d√©couvre quand on devient famille d’accueil, souvent. Mais pour toi, √ßa l’a √©t√©. Et c’est chouette.

V.

Vraiment, j’ai eu des situations o√Ļ je disais aux gens que je c√ītoyais dans mon quotidien ‘Voil√† ce que je fais. Est ce que je vais pouvoir venir chez vous ?’ Sans dire ‘C’est une obligation de votre part’, mais que ce soit la salle de sport, que ce soit l’esth√©ticienne, le kin√©, m√™me je suis all√©e chez un m√©decin qui m’a dit ‘Euh oui, mais les gens dans la salle d’attente, qu’est-ce qu’ils vont penser ?’ Ben je dis ils ont pas le droit d’y penser, c’est normal quoi ? Et vous verrez, il va se comporter nickel et j’ai √©t√© dans toutes les situations et avec un accueil formidable √† chaque fois. Et puis de voir √† quel point ces chiots qui √©taient des b√©b√©s se comportaient de fa√ßon exceptionnelle. Quand moi je dis, Scar est √©norme, il est super grand, il a huit mois et le calme qu’il a, les gens sont √©berlu√©s, quoi.

E.

Il y a du boulot qui est fait d√®s la naissance sur ces chiens et m√™me avant dans tout ce qui est la s√©lection des reproducteurs, etc. √áa joue √©norm√©ment. Et le boulot que font les filles √† l’√©levage, il est ind√©niable.

V.

Bien s√Ľr, c’est vrai qu’elles d√©grossissent d√©j√† nos futurs √©l√®ves.

E.

Et puis ils sont d√©j√† √©l√®ves au final, quand tu les vois, les tout petits chiots et que tu dis assis pour mettre la gamelle alors qu’ils n’ont m√™me pas deux mois, deux- trois mois quand ils commencent √† √™tre sevr√©s, tout, c’est impressionnant. Mais du coup je voulais savoir un petit peu si, justement, ces moments un peu exceptionnels, o√Ļ il y a un moment o√Ļ tu as √©t√© bluff√©e par un de tes √©l√®ves chiens guides. Au final, t’en as eu quand m√™me une petite dizaine, Scar y compris. Est-ce qu’il y a eu des gros moments o√Ļ tu ne t’attendais pas du tout √† √ßa ?

V.

Alors, j’ai un moment exceptionnel que j’ai v√©cu avec un de mes √©l√®ves, c’√©tait Judy, mais qui √©tait d√©j√† rentr√©e en √©ducation. Son √©ducatrice m’a fait le grand honneur de me mettre Judy au harnais et j’ai pu √©voluer au bandeau avec Judy au harnais √† Buc sur le parcours d’apprentissage. Alors √ßa, √ßa te laisse compl√®tement, mais coite. Vraiment, c’est juste impressionnant. Donc √ßa a √©t√© pour moi vraiment un truc incroyable. Apr√®s, c’√©tait plus une situation qui m’a fait sourire, pas la situation du chien mais, j’explique, j’√©tais en train de prendre le RER, donc j’√©tais en haut de l’escalier et je dis √† je sais plus quel de mes chiens, je pense que √ßa devait √™tre peut-√™tre Lorne, assis la descente. Et puis il y a une jeune femme qui vient ma hauteur et qui me dit ‘Attention madame, vous avez un escalier devant vous’. √áa m’a fait beaucoup sourire parce que je me suis dit, il y a des gens qui ont une attention, quand m√™me, exceptionnelle, √† l’autre. Elle n’a pas eu le temps de lire que c’√©tait un √©l√®ve, mais pour elle, il y avait ce chien qui √©tait exceptionnel parce qu’il √©tait en haut d’un escalier, assis, et qu’il me regardait et qu’on allait faire la descente ensemble. Un moment chouette, oui.

E.

Oui, √ßa me rappelle, moi je crois, je l’ai d√©j√† racont√©, mais il y a peut -√™tre longtemps, √ßa m’est arriv√© un peu la m√™me chose. On est all√©s au cin√©ma et avec un √©l√®ve chien guide. Pas de probl√®me du tout, alors premier vigile peut-√™tre probl√©matique mais au niveau du contr√īle des tickets, rien √† dire. Et l√† en plus, le gars nous dit ‘Par contre madame, je suis d√©sol√©, le film n’est pas audiod√©crit’.

V.

Ah ben tu vois, pareil !

E.

Et tu vois, c’est pareil. C’est de te dire que les gens sont tellement… enfin c’est vraiment de l’attention, c’est-√†-dire qu’ils ont capt√© qu’il y avait un chien. Ils ont compris que c’est un chien guide, √©l√®ve ou pas du coup, pour le coup c’est la diff√©rence entre nous, on la conna√ģt, mais dans la vie des personnes qui n’en croisent pas souvent, c’est normal. Ce n’est pas un probl√®me pour moi. Et ils ont m√™me pens√© que l’activit√© que tu allais faire, que ce soit de descendre un escalier ou d’aller voir un film, pouvait √©ventuellement √™tre un peu dangereuse ou pas compl√®te pour toi, on va dire √ßa comme √ßa, si tu n’avais pas la vue. Et l√†, moi, j’ai regard√© le mec, je crois en plus, il me l’a dit, j’√©tais d√©j√† sur l’escalator pour descendre. J’ai m√™me pas… Je crois que je lui ai rien dit √† part, √† part un grand sourire en fait. Et ce qui √©tait g√©nial, c’est que je n’avais m√™me pas de lunettes de soleil ou quoi que ce soit, et que la personne puisse envisager, ce qui est tout √† fait le cas, que des personnes avec une apparence comme si on avait une vision mais qui ne l’ont pas. Oui, c’√©tait fou, tu vois, la personne s’est vraiment projet√©e tr√®s loin et √ßa m’a beaucoup touch√©e. Alors j’en suis rest√©e sans voix. Je crois qu’√† part un grand sourire, je, j’ai d√Ľ lui dire juste ‘Merci, j’en ai pas besoin’ ou quelque chose comme √ßa. Je me souviens plus.

V.

C’est pareil. Moi aussi, j’ai remerci√© gentiment la personne parce que j’avais trouv√© √ßa trop touchant, cette attention. Et j’√©tais un peu bluff√©e aussi parce que je me suis dit ‘Voil√†, il y en a qui font attention aux autres, quoi’. C’est chouette.

E.

Qui se projettent loin dans l’attention que tu peux avoir dans l’autre qui est pas juste ‘Je te prends le bras et je te descends les escaliers’, quoi.

V.

Oui, exactement.

E.

Et dans ce genre de rencontres, justement, que tu as pu faire, est-ce que t’as des rencontres un peu exceptionnelles, on n’en a pas beaucoup parl√©, mais tu fais pas mal de sensibilisation. Peut-√™tre que dans ce cadre-l√†, tu t’es retrouv√©e dans des situations avec des gens en face…

V.

Oui, la premi√®re rencontre exceptionnelle, c’√©tait en 2014. Judy √©tait toute petite, j’avais encore Igger √† la maison et je venais de r√©cup√©rer Judy. Je suis all√©e au forum des associations de la ville d’√† c√īt√© de chez moi et j’√©tais sur le stand Lions Club. Et il y avait tout un stand avec plein d’affiches. Un petit bout de bonne femme, haute comme trois pommes, mince comme un fil qui m’a accueillie les bras ouverts en me disant ‘- Vous √™tes famille d’accueil ? – Oui. – Vous habitez loin. – Ben non, √† dix minutes d’ici’. Et en fait, cette dame, c’√©tait Marie-No√ęlle Ladure, qui est la pr√©sidente de l’association ‘Au fil des contes, un fil de vie’, qui est affili√©e, reconnue par notre √©cole et qui a, pendant 17 ans, cont√©, puisqu’elle est conteuse de m√©tier, pour le compte de l’association. On est all√©s avec elle depuis 2014. On a fait √ßa pendant huit ans. On allait d’√©cole en cr√®che, en maison de retraite, en biblioth√®que. On a fait mille et une sensibilisations. √áa, c’√©tait une tr√®s jolie rencontre parce que je ne serais pas all√©e √† ce forum de Marly, on se serait pas connues et je n’aurais pas eu toute cette histoire avec cette dame merveilleuse qui a termin√© son association mais qui a envie encore de faire des petites choses. Elle a un √Ęge avanc√© maintenant, mais elle a une √©nergie folle, vraiment exceptionnelle. J’ai rencontr√© aussi, √ßa c’√©tait avec Lorne quand il √©tait tout petit sur le march√©, j’√©tais au march√© de la ville d’√† c√īt√© de chez moi, et puis je marche et puis tout d’un coup j’ai un couple qui me fonce dessus et la dame me dit ‘Oh, c’est une merveille que vous soyez l√†, c’est exceptionnel. Mon mari est en train de perdre la vue’, et ce mari c’√©tait Dominique Dumont.

E.

Le fameux !

V.

Alors le fameux Dominique. √áa a √©t√© vraiment une rencontre merveilleuse et ils √©taient en pleurs. C’√©tait vraiment touchant.

E.

Et donc, Dominique Dumont, un petit rappel c’est le ma√ģtre du coup de Monty qui est le 1‚ÄĮ000ŠĶČ √©l√®ve chien guide, qui est aussi le premier √©l√®ve chien guide d’Oc√©ane, que j’avais re√ßue, oula il y a un moment maintenant, c’√©tait dans l’√©pisode 7, et d’ailleurs Dominique a √©crit un livre, qui tr√īne dans ma biblioth√®que, que je dois lire, justement sur cette remise de son chien guide Monty.

V.

Voil√†. Alors ce qui √©tait dr√īle, c’est qu’√† No√ęl, j’√©tais dans la ville o√Ļ il habite pour aller chercher des bonnes p√Ętisseries, parce qu’il y a une p√Ętisserie de fou l√†-bas, un moment, je marche et j’ai une voiture qui se ralentit √† mon niveau et la dame baisse son carreau et me dit ‘C’est un cadeau de No√ęl que vous avez au bout de votre laisse ?’ Et moi je me dis ‘Oh la la, mais qu’est-ce que c’est que cette personne ?’

E.

Relou…

V.

Et en fait, la voiture s’arr√™te. Et l√†, il y a √Čvelyne, l’√©pouse de Dominique, qui me dit ‘C’est super, je vous retrouve enfin, je suis tellement contente. Je voulais vous montrer enfin le r√©sultat de notre conversation’, et je vois Dominique qui sort comme un dingue de sa voiture, Monty qui traverse la rue pour venir me voir. Ils me disent ‘Mais c’est merveilleux, enfin, on se retrouve. Oh et puis j’ai quelque chose pour vous, j’ai un cadeau pour vous.’ Ah ouais, bon, super. ‘Eh bien, je vous l’apporte tout √† l’heure dans votre bo√ģte aux lettres’. Et l√†, dans l’apr√®s-midi, j’avais le livre ‘Monty’ dans ma bo√ģte aux lettres, d√©dicac√©, et avec, il me disait, il m’avait mise √† la page 18, notre histoire, notre rencontre. Parce que Lorne, le chien qui est all√© lui parler, c’√©tait mon √©l√®ve. Il lui a dit qu’il fallait pas qu’il ait peur. √áa, c’√©tait une tr√®s jolie rencontre. Et puis je suis all√©e sur le plateau de la quotidienne de France , j’ai vu le beau Thomas Isle, j’ai vu Maya Lauqu√©, j’ai vu, comment elle s’appelle, Laetitia Barlerin…

E.

Oui, la météo.

V.

Alors l√†, on a rigol√© parce que √† l’√©poque, il avait un berger allemand et il a commenc√© √† faire la foire sur… Et du coup, Thomas Isle qui a ramen√© Judy, qui a dit ‘Non non, mais l√† Judy elle va repartir dans le couloir parce que l√†, √ßa va faire un bazar pas possible’. C’√©tait un super moment aussi.

E.

Donc un petit passage sur la quotidienne.

V.

Et puis, derni√®re tr√®s jolie rencontre aussi au moment du congr√®s des √©coles de chiens guides √† Angers. J’ai rencontr√© la Fondation Fr√©d√©ric Gallianne et j’avais h√Ęte de savoir qui √©tait l’√©ducatrice de Nia. J’ai trouv√© l’√©ducatrice de Nia. Et ensuite, il y a une dame, Margaret, qui est devenue une tr√®s bonne amie, qui est devenue la je ne sais pas combienti√®me famille d’accueil de Nia parce que cette chienne est pass√©e par beaucoup de familles d’accueil et elle l’a gard√© un an et pendant toute l’ann√©e ou elle l’a gard√©, je suis descendue, j’ai fait des allers-retours sur Sorgues pour aller voir Nia aupr√®s de Margaret. C’√©tait vraiment formidable, donc vraiment des belles rencontres. J’en ai plein, sinon. Voil√†.

E.

Et je pense que c’est pas fini. Ecoute, je pose toujours une question de fin o√Ļ je demande, et j’ai h√Ęte d’avoir un peu tes confidences aussi, quel a √©t√© ton pire et ton meilleur moment ? Alors on va commencer par le pire, comme √ßa, on garde le meilleur pour la fin, avec les chiens guides.

V.

Alors moi, j’ai eu un pire moment, √ßa a √©t√© un refus d’accessibilit√© dans mon Super U d’o√Ļ j’habite, √ßa a √©t√© assez violent, √ßa a √©t√© moche. J’avais Lorne tout petit, j’arrivais en terre conquise parce que √ßa faisait des ann√©es que je faisais √ßa et l√†, je suis tomb√©e sur un vigile, mais vraiment lourd, bien lourd. Donc il m’a gentiment fait faire demi-tour et sortir. Mais on n’en est pas rest√©s l√†. J’ai √©crit √† la direction qui a pris conseil aupr√®s de son comit√© d’hygi√®ne et de s√©curit√© et j’ai re√ßu un courrier apr√®s pour me dire que c’√©tait OK, je pouvais rentrer. Et encore un refus d’accessibilit√© √† un Carrefour pas si loin que √ßa, est pass√© il n’y a pas longtemps encore. Encore un vigile qui connaissait pas la loi. J’ai eu la direction de ce Carrefour qui s’excusait platement √©galement. √áa, √ßa a √©t√© ces pires moments pour moi, c’√©tait, c’√©tait pas des choses dingues, mais c’√©tait d√©sagr√©able.

E.

Ouais, c’est le moment ou tu sais pertinemment que toi, tu es en plein droit et qu’eux ils font leur loi, mais ils ignorent LA loi et c’est compliqu√© de leur dire √ßa.

V.

Ouais, ouais. Et puis sinon, comme classiquement beaucoup de familles d’accueil, tu arrives par exemple, moi j’√©tais √† Ch√Ętelet-Les Halles, sur le grand parvis, et l√† t’as le chien qui se soulage, mais tu peux rien faire. Et t’as tout le monde qui te regarde. √áa, c’est des grands moments, mais heureusement, ce n’√©tait pas mon premier chien parce que je me serais liqu√©fi√©e. Mais non, franchement.

E.

Un des avantages. Je note, encore un avantage √† se relancer dans l’aventure. C’est que, alors je sais pas si on assume plus, mais on a peut √™tre pr√©vu aussi des choses au cas o√Ļ, des petits mouchoirs, des petites choses comme √ßa.

V.

Moi, d’ann√©e en ann√©e, c’est vrai que je me dis toujours ‘Oh la, la, il faut que je pr√©vois tout. Et puis non, je le fais naturellement. Je fais des choix, c’est naturel et je me dis on verra bien. Et puis l’autre fois, on a eu un accident comme √ßa. J’avais pas de mouchoirs sp√©cialement. Je suis all√©e dans la galerie, j’ai dit ‘√Čcoutez, pourriez-vous nous passer quelque chose ?’ Bon les gens, c’est… En fait, tu fais les choses avec le sourire, √ßa passe. En g√©n√©ral, c’est √ßa le passeport dans la vie. √áa a √©t√© les principales difficult√©s. Ah si, il y avait eu un moment de stress, quand j’√©tais sur mon lieu de vacances, j’avais ma fille qui √©tait dans notre maison, qui avait ferm√© la porte. La porte n’√©tait pas bien ferm√©e. Le chien, quand je suis rentr√©e √† la maison, la porte √©tait entrouverte et plus de chien. L√† ben c’est le coup de stress. Mais en fait, comme je connaissais tout le monde dans le quartier, il y avait une dame qui √©tait en fauteuil roulant avec son chien qui n’√©tait pas d’assistance, mais un chien de compagnie, avec qui on avait beaucoup de proximit√©, qui avait r√©cup√©r√© le chien chez elle. √áa, c’est vrai que c’√©tait un peu…

E.

Oui, tu rentres et tu vois la porte ouverte et tu vois plus le chien.

V.

Et t’as confi√© le chien √† ton enfant. Voil√†, bon. Donc l√†, √ßa a √©t√© √ßa. J’ai pas eu de catastrophes.

E.

Et dans les meilleurs moments, du coup. Alors tu nous a parlé de ce passage sous bandeau ?

V.

Je crois que c’est vraiment le truc le plus exceptionnel que j’ai fait. Franchement, le passage au bandeau avec Judy, c’√©tait l’aboutissement parce que pour moi, la grande frustration, c’est l’aboutissement de tout ce qu’on donne, c’est de ne pas pouvoir √™tre l√† au moment de la remise. Ce n’est pas une souffrance, ce n’est pas vraiment √ßa le terme.

E.

C’est une frustration.

V.

C’est une grosse frustration. Vraiment, je trouve que c’est, pour moi, c’est un partage, quoi, un moment de partage et j’aurais aim√© conna√ģtre √ßa. Voil√†.

E.

Mais ton parcours avec les chiens guides n’est pas fini. Les choses peuvent toujours √©voluer…

V.

Oui, on esp√®re parce qu’il y a beaucoup de familles d’accueil qui sont dans cette demande. C’est vrai que √ßa, ce serait… la boucle se bouclerait, on aurait satisfaction d’avoir engag√© toute cette √©nergie, tout ce temps, toute cette passion et enfin de voir le travail, quoi, l’aboutissement. Voil√†.

E.

Oui, comme quand tu les revois par la suite. Mais le moment est un peu différent, quoi.

V.

Oui, oui, oui. Moi je n’ai pas eu beaucoup de chance de revoir les uns et les autres. Celle que j’ai bien revue, c’√©tait Judy, mais enfin, une fois, et je suis toujours invit√©e chez la b√©n√©ficiaire qui est absolument adorable et qui demande que √ßa, mais elle est pas tout √† fait √† c√īt√© donc c’est compliqu√©. Je pense que ma derni√®re chienne Paddy, que je vais r√©cup√©rer en relais au mois de juin un petit peu, on aura l’occasion, peut √™tre la premi√®re. √áa a toujours √©t√© des rendez vous loup√©s, manqu√©s, les transports, la gr√®ve des transports, les gilets jaunes, le covid et tout. Et on n’a jamais pu. Et voil√†. Elle va bient√īt √™tre √† la retraite, donc…

E.

Oui, il reste encore un peu de temps. Mais c’est vrai qu’on s’investit √©norm√©ment sur cette phase de pr√©-√©ducation et l’aboutissement, le premier aboutissement, je crois que c’est quand m√™me l’entr√©e en √©ducation.

V.

Ah, c’est certain, on est ravis. Puis parfois, c’est vrai que quand le chien est r√©orient√©, je le vis pas mal parce que c’est normal, s’il peut faire autre chose, c’est tr√®s bien. Parfois r√©form√© alors que tu penses que ton chien, il avait beaucoup de capacit√© √† faire quelque chose. Bon t’as pas toutes les donn√©es, √ßa je respecte, c’est normal et c’est eux les professionnels. Toi, tu te dis c’est dommage. Mais finalement, apr√®s t’as des familles qui sont super contentes parce qu’elles r√©cup√®rent un chien qui est pas mal du tout. √áa aussi, c’est chouette. Voil√†.

E.

Et du coup, Scar, tu nous as dit, a huit mois ?

V.

Oui. Il a huit mois. Il est du 18 ao√Ľt, donc Scar il est pressenti comme futur papa. D’accord, alors on doit attendre, je crois, pour les m√Ęles ils attendent jusqu’√† leur un an pour faire des contr√īles, des radios, des examens de sant√© et puis comportementaux. Donc pour l’instant, Scar, on √©volue, on continue, il y a les stages, il y a les cours et l√† √ßa se passe tr√®s bien. Il est vraiment chouette l√†, en ce moment, c’est un petit bonheur.

E.

Et du coup, dans l’optique qu’il devienne reproducteur, est-ce que toi, tu passes famille d’√©levage ou tu passes la main √† quelqu’un d’autre ?

V.

J’ai eu une proposition de devenir famille d’√©levage la semaine derni√®re pour une petite chienne qui habite √† c√īt√© de chez moi d’ailleurs. Mais j’avais mesur√© tout l’engagement que √ßa impliquait. J’avais bien r√©fl√©chi, mais non, je vais passer la main.

E.

Oui parce que c’est quand m√™me vraiment, vraiment diff√©rent. On en avait beaucoup parl√© avec Corinne et pour le coup, c’est vrai qu’elle est devenue famille d’√©levage, mais c’est pas la m√™me chose. Et on en avait un peu parl√© aussi avec justement Carole dans l’√©pisode 14 qui elle, a pass√© la main pour le coup, pass√© le relais, Mo√Įra. Et Pisty aussi, de fait.

V.

Oui, c’est vrai, c’est vrai.

E.

Parce que justement, c’est un engagement un peu diff√©rent, enfin en termes de quotidien, mais aussi en termes de dur√©e, d’engagement, j’ai envie de dire.

V.

Voil√†. Et puis moi je pense que j’ai toujours, ce que je disais, c’est toujours cette ombre qui plane au-dessus par rapport √† un potentiel d√©part en catastrophe de ton chien. C’est mon v√©cu personnel et en fait, je ne peux pas, je n’y arrive pas. Donc non, si Scar devenait papa, il faudrait une super famille qui voudrait avoir le plus beau gosse de la terre.

E.

Eh bien ils vont √©couter l’√©pisode 7 avec Corinne et puis derri√®re, ils vont voir l’√©cole directement et ils vont g√©rer √ßa.

V.

Voil√†. Mais pour l’instant, il est en √©ducation, en pr√©-√©ducation, voil√†, on continue.

E.

Bon ben √©coute, merci beaucoup pour tout ce t√©moignage. On aura entendu tous les petits vocaux entre-temps en plus, et c’est vraiment int√©ressant de voir la diff√©rence. C’est ce que je voulais vraiment marquer avec toi, c’est, voil√† √ßa fait tr√®s longtemps du coup qu’on √©change sur les r√©seaux sociaux, qu’on se suit, qu’on voit les diff√©rents √©l√®ves de mon c√īt√©, en relais, de ton c√īt√©, en famille d’accueil et en relais. Et c’est vrai qu’on n’a pas… c’est aussi bien de montrer que ce n’est pas parce qu’on a d√©j√† √©t√© plein de fois famille d’accueil que c’est si facile que √ßa dans le sens ou on a acquis des choses. Mais on a toujours un individu en face qui peut √™tre diff√©rent. Et puis, comme tu le disais, il y a aussi la partie √©volution de l’√©ducation dans le sens ou l’√©cole √©volue aussi avec son temps et heureusement dans un sens que tout ne reste pas fig√©. Et donc il faut aussi se remettre au diapason comme tu le fais avec Scar.

V.

Des petites diff√©rences et il faut que je corrige certaines choses que j’avais l’habitude de faire et qui ne sont plus au go√Ľt du jour.

E.

Bon ben √©coute, on te souhaite tr√®s tr√®s bonne continuation. En tout cas, c’est tr√®s chouette qu’on ait pu √©changer ensemble. Une caresse √† Scar, quand m√™me, le plus beau gosse de la terre, j’ai bien retenu.

V.

Ah ben, c’est clair. Merci beaucoup Estelle de ton accueil, de ton application pour faire conna√ģtre cet univers magique. C’est merveilleux.

E.

Le monde merveilleux des chiens guides, ce sera le mot de la fin.

V.

Bonne continuation à toi aussi.

E.

Merci et √† tr√®s bient√īt

V.

Au revoir.

E.

Et voil√†, c’est la fin de cet √©pisode. Merci √† vous de l’avoir √©cout√© en esp√©rant qu’il vous aura plu. Merci √† Val√©rie de s’√™tre pr√™t√©e au jeu des vocaux pour nous confier cette nouvelle plong√©e dans l’aventure de famille d’accueil. Pour compl√©ter votre √©coute, vous pouvez retrouver sur Futurchienguide.fr des photos de Val√©rie et Scar, mais aussi de tous les √©l√®ves accueillis depuis le d√©but de son engagement et tr√®s bient√īt la transcription int√©grale de cet √©pisode. Pour m’envoyer vos retours, √©crivez moi sur Instagram ou sur Facebook. J’adore √©changer sur vos ressentis suite aux √©coutes. Alors √† bient√īt pour un prochain √©pisode sur l’univers m√©connu des chiens guides d’aveugles. Ou sans chien guide d’ailleurs ! Enfin bref, je vous laisse la surprise…

Répondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *