D√©couvrez S√©verine, famille d’accueil √† Nantes et √† l’origine d’une rencontre in√©dite ūü¶ģ

Depuis le d√©but de mon aventure, conna√ģtre les fratries des chiots en relais m’intriguent… Quand S√©verine, avec qui je discutais depuis les pr√©misses de son projet de famille d’accueil, a organis√© une rencontre avec – presque – toutes les familles d’accueil de la port√©e d’Umy, sa deuxi√®me √©l√®ve chien guide, j’ai tout de suite voulu en savoir plus. Comment, pourquoi, avec qui et o√Ļ ? Je vous partage toutes ses r√©ponses !

Transcription intégrale

 

Transcription générée automatiquement par Happy Scribe

E.

Salut √† tous, je m’appelle Estelle et je suis passionn√©e depuis toujours par les chiens guides d’aveugles. B√©n√©vole pour cette cause √† Paris depuis des ann√©es et aujourd’hui √† Lyon, j’ai lanc√© le podcast Outil un chien guide √©tant persuad√© que l’univers des chiens guides d’aveugles m√©rite d’√™tre mieux connu par tous afin que chacun puisse y trouver sa place. Mais savez-vous que seuls 1% de d√©ficients visuels sont accompagn√©s d’un chien guide ? Alors, pour mieux comprendre par qui et comment ils sont √©duqu√©s, mais aussi pour d√©couvrir leur r√īle dans le quotidien de leur ma√ģtre et les bouleversements √† leur arriv√©e, je vous partage deux fois par mois mes √©changes avec un invit√© issu de cet univers, ma√ģtre de chien guide, b√©n√©vole et tant d’autres. Pour en savoir encore plus, nous N’oubliez pas de vous inscrire √† ma newsletter mensuelle pour d√©couvrir les coulisses du podcast, les actualit√©s des chiens guides et bien s√Ľr, des nouvelles de mes invit√©s. Et en parlant des coulisses, je vous propose aujourd’hui de d√©couvrir celle d’un √©v√©nement in√©dit et pour autant assez confidentiel. L’actrice de cette rencontre n’est autre que S√©verine, une famille d’accueil nant√®se avec qui j’√©change depuis ses tout premiers questionnements pour devenir famille d’accueil.

 

E.

Alors, imaginez qu’on se conna√ģt bien, qu’on s’est m√™me crois√© en vraie ar√®ne et que j’ai tout de suite voulu en savoir plus quand j’ai vu qu’elle avait organis√© tout un programme pour les retrouvailles de la fratrie Doumi, et bien plus, dans un lieu central aux origines de la naissance de la port√©e. Et maintenant, la seule √©pisode. Bonjour S√©verine.

 

S.

Bonjour Estelle.

 

E.

J’esp√®re que tu vas bien. Merci en tout cas d’avoir accept√© mon invitation √† la veille d’un grand d√©part, on va le dire en plus, sur mon podcast Future Sharing Guide. √áa fait un moment qu’on discute ensemble puisque je regardais avant notre enregistrement les premiers messages qu’on s’est envoy√©s. Et Il date de 2021, puisque tu m’avais envoy√© au tout d√©but de ton aventure, m√™me avant ton aventure de famille d’accueil, pour r√©fl√©chir et savoir comment faire toutes ces d√©marches. Et tu es all√©e tr√®s loin, puisque aujourd’hui, on va parler d’un sujet qui m’a beaucoup marqu√©e, c’est la rencontre que tu as organis√©e de la fratrie de ta deuxi√®me √©l√®ve, Shanguy. Donc, un gros, gros sujet. J’adore en plus les rencontres, tu le sais. On s’est rencontr√©s nous-m√™mes en petit comit√©, puisqu’on √©tait en un √† un. Mais j’ai h√Ęte que tu nous en dises plus. Avant √ßa, j’aimerais que tu te d√©crives en trois mots et que tu d√©crives ton ou tes chiens, si tu veux dire trois mots pour chacun. Qu’est-ce que tu nous dirais pour toi et pour chacun de tes √©l√®ves, Shanguy ?

 

S.

Alors, pour moi, je dirais organis√©e, passionn√©e, notamment par l’univers des Schengen, c’est √ßa qui m’a amen√©e √† faire la rencontre, et voyageuse. Pour Oomi, c’est une chienne, c’est une Golden Retriever qui est tr√®s caline, qui est √©galement expressive.

 

E.

Donc c’est ta deuxi√®me √©l√®ve, Oomi.

 

S.

Exactement, Oomi, c’est ma deuxi√®me √©l√®ve Sheindin. C’est une Golden Retriever qui est n√©e en 2023, elle est n√©e l’ann√©e des U. Et en dernier mot, je dirais Curieuse. Et mon premier chien, du coup, notre premier √©l√®ve, c’√©tait Thrusty, un labrador noir qui est actuellement en fin d’√©ducation. Lui, c’est un chien que je d√©crirais comme √©nergique, qui avait √©norm√©ment d’√©nergie quand on l’a eu. Assur√©, c’est un chien qui n’est pas tout craintif, l√† o√Ļ oui, il peut avoir des fois un peu plus de craintes. Et enfin, c’est un labrador, donc c’est tr√®s gourmand.

 

E.

Et tu disais √©nergique. Je me souviens aussi dans nos premiers que tu m’avais annonc√© l’arriv√©e de trusty. Je relisais √ßa tout √† l’heure. Et que moi, j’avais hyper bien rebondi en me disant: Vas-y, raconte-moi comment √ßa se passe les premiers jours. Et que toi, tu avais dit: Je suis d√©sol√©e, je t’ai r√©pondu un peu tard, parce que l√†, les premiers jours, c’√©tait un peu beaucoup.

 

S.

Tout √† fait. C’est un peu sportif l’arriv√©e d’un √©l√®ve chien guide. Nous, en plus, on n’a jamais eu de chien avant. C’est notre premier √©l√®ve, mais premier chien tout court aussi. Donc, un petit chien qui d√©barque, √ßa a remu un petit peu.

 

E.

Oui, et j’ai relu ce message en me disant: Oui, c’est vrai que c’√©tait les tout d√©buts. Mais c’est toujours comme √ßa l’arriv√©e d’un chien, de toute fa√ßon. Et quand tu dis organis√©e, passionn√©e et voyageuse, mais quel mot pour d√©crire par rapport √† la rencontre que tu as organis√©e ? Moi, De l’ext√©rieur, j’ai vu une rencontre de toute une fratrie, la fratrie de Oomi. On parle de la fratrie chien, de toute la port√©e au Seseca, au Centre d’√©levage et de s√©lection des √©l√®ves chien-gui, des chiens d’assistance et avec la maman de Oomi. Vous avez rassembl√© quasiment toute la famille. Je crois qu’il y a eu un ou deux absents, mais comment tu as fait √ßa et pourquoi ? Je connais le pourquoi, mais comment surtout ?

 

S.

Ce qu’il faut savoir, c’est que pour notre premier chien, Trusty, on est rentr√©s dans l’aventure, on √©tait un peu surtout occup√©s √† s’occuper de g√©rer au mieux le chien et de l’√©duquer du mieux possible. On ne lui avait jamais trop pens√© √† cette histoire de fratrie. √Ä l’√©poque, je savais que tous ses fr√®res et sŇďurs √©taient sur Paris. √Ä la fin du moment o√Ļ on l’avait, on est pass√©s √† Paris et du coup, je me suis dit que ce serait une bonne occasion de rencontrer ses fr√®res et sŇďurs. Je t’avais envoy√© un message √† cette √©poque pour savoir si c’√©tait possible. Si tu les connaissais ou non, ses fr√®res et sŇďurs, tu m’avais aid√© √† en retrouver quelques-uns et du coup, on avait organis√© une rencontre avec la moiti√© de sa fratrie, donc avec une porte d’identit√© de six. On se √©tait retrouv√©s avec trois des chiots et je me suis dit quand on a eu mis, ce serait bien de commencer √† tisser des liens avec les familles et si on peut organiser une rencontre, ce serait vraiment g√©nial, mais c’√©tait plut√īt pour voir les autres chiots grandir, mais tout de suite et pas attendre un an o√Ļ le chien, un tr√®s styl√©, est rentr√© en √©ducation quelques jours apr√®s les retrouver avec ses fr√®res et sŇďurs.

 

S.

Donc, on n’a pas des liens qui sont tr√®s forts avec les autres familles d’accueil parce qu’on ne s’est pas connues, on s’est vues une fois en vrai, on n’a pas beaucoup √©chang√© de messages parce que les chiots sont tous rentr√©s en √©ducation. Il n’y a que trustee qui est rentr√© en √©ducation ou alors ils ont tous √©t√© r√©form√©s. Ils sont partis dans d’autres familles d’adoption. On n’a pas eu des liens qui sont tr√®s avec les autres familles d’accueil et avec eux, je me suis dit: Pourquoi pas tester de les retrouver tout de suite. Et donc, avant de faire la rencontre, c’√©tait plut√īt pour suivre comment progressent ses fr√®res et sŇďurs, savoir un peu o√Ļ est-ce qu’ils sont, est-ce qu’ils ont certains traits caract√®res en commun ou alors pas du tout, parce que chaque chien est un individu diff√©rent. Et donc, c’est parti. Avant la rencontre, c’√©tait plut√īt un √©change avec d’autres familles d’accueil. Et donc, quand on a allum√©, j’ai commenc√© √† regarder sur les diff√©rents r√©seaux sociaux o√Ļ pouvait √™tre parti le reste de sa port√©e. J’ai l’avantage pour moi que Oomi est une Golden Retriever, donc √ßa ne court pas autant les rues que des labrador.

 

E.

C’est ce que j’allais dire, labrador et labrador noir en plus. Il y en a quand m√™me beaucoup. Dans un sens, pour Thrusty, tu avais de la chance que toute la port√©e √©tait quasiment √† Paris. Pour le coup, avec Oomi, on va en parler par rapport √† la rencontre, mais c’√©tait quand m√™me assez √©clat√© en France. Les chiots sont partis dans toutes les √©coles, ce qui est le principe du CZK.

 

S.

C’est √ßa, exactement. Ce n’est pas une grosse port√©e, donc Oomi, une port√©e de six chiots. C’est la premi√®re port√©e de la maman qui s’appelle Scala et du papa qui s’appelle Post-it, qui lui a eu un certain nombre de chiots. J’en ai retrouv√© certains avec les √©coles. J’ai retrouv√© en premier Unix, qui est au Centre Paul-Corteville, √† Lille, Ulysse, qui est √† Bordeaux. J’ai retrouv√© rapidement les deux familles d’accueil de ces chiens. Et gr√Ęce √† la famille d’accueil d’Ulysse, je suis tomb√©e sur la page Facebook du CZK, qui n’est pas une page, c’est un compte Facebook Facebook, o√Ļ il faut √™tre ami pour acc√©der √† toutes les photos. En √©tant amie avec la page du CZK, j’ai pu tomber sur le post qui avait √©t√© fait sur sa port√©e. Il y avait √©galement des commentaires de la famille d’√©levage de ce cas-l√†. Et √©galement d’une autre famille d’√©levage qui a r√©cup√©r√© l’une des sŇďurs d’Oumi qui s’appelle Huguette, en hommage √† Huguette et Raymond, une tassaine de m√©nages, qui √©tait √©galement rest√©e au CZK.

 

E.

Pour devenir future maman de Schengen. C’est √ßa ?

 

S.

Voil√†. Malheureusement, elle a √©t√© r√©form√©e pour un petit couac physique, mais elle va √™tre adopt√©e par sa famille d’√©levage qui est ravie de la garder dans tous les cas.

 

E.

Donc, tu as réussi à retrouver quasiment tout le monde ?

 

S.

J’ai r√©ussi √† retrouver quasiment tout le monde et du coup, gr√Ęce √† la famille d’√©levage de Scala, elle s’est renseign√©e pour conna√ģtre les noms des autres chiots o√Ļ est-ce qu’ils √©taient partis. Comme √ßa, on a su qu’il y en avait deux. Il y en avait deux autres. Donc, Uros qui √©tait √† Paris, Oupsi qui est √† Marseille.

 

E.

Donc, vraiment aux quatre coins de la France, parce que toi, on ne l’a pas dit, tu es du c√īt√© de Nantes et donc, il a fallu Vous avez retrouv√© un point de ralliement ? Je crois qu’il √©tait assez naturel, ce point de ralliement.

 

S.

Le point de ralliement √©tait assez naturel parce qu’on est un peu aux quatre coins de la France, mais il y a trois familles qui √©taient au m√™me endroit. Donc, toutes les familles d’√©levage, des parents de Homi et sa sŇďur, qui sont clairement f√©randes. On a choisi un lieu pour se retrouver. On a pris le lieu qui est √† la fois central au milieu de la France et en plus, c’est le lieu o√Ļ il y avait le plus de personnes qui √©taient d√©j√† l√†. C’est comme √ßa qu’on a choisi le lieu de retrouvailles. Une fois qu’on a retrouv√© les familles d’accueil, On a surtout cr√©√© un groupe WhatsApp o√Ļ on s’est partag√© au fil de l’eau des photos, des √©changes sur comment progresser nos chiots qui ont certains traits de caract√®re similaires.

 

E.

Tu sais ce que j’allais te demander ? Il y a des choses qui ont fait tilt entre vous ?

 

S.

C’est des chiens qui sont tr√®s beaux.

 

E.

Je confirme, moi, j’ai vu Omi tr√®s jeune puisqu’on s’est crois√©s d√©but mars. √áa devait √™tre pour le poids de reine. Et pour le coup, elle √©tait toute mimi.

 

S.

Tr√®s mignonne. Mais apr√®s, en trait de caract√®re, des gens, je dirais, qui, jeunes, √©taient plut√īt craintifs. Je pense qu’avec le temps, √ßa s’efface, mais en effet, Omi, il √©tait un peu plus que Thrusty. On a eu des √©changes sur d’autres chiens de la port√©e qui avaient peut-√™tre un peu plus de crainte que les gros labradoriens dehors, qui ne sont pas craintifs et qui ont plein d’assurances. C’est quelque chose que l’√©ducatrice n’a pas trouv√© non plus anormal sur des Golden qui sont connus pour √™tre un peu plus sensibles. Ils sont tr√®s carins aussi tous. En particulier, l’une de ses sŇďurs, je m’en quand on s’est retrouv√©es, elle n’en avait rien √† faire de ses fr√®res et sŇďurs. Par contre, tous les humains qui √©taient autour, elle √©tait l√† pour aller commander des caresses.

 

E.

Vous avez r√©ussi √† vous suivre sur les d√©buts de la socialisation des chiots en famille d’accueil. Et rapidement, cette rencontre est devenue une √©vidence.

 

S.

Avant, il y a eu une autre √©tape, on a commenc√© √† se rencontrer, mais entre deux familles. Il y en a qui sont parties en vacances en Bretagne et qui ont r√©ussi √† croiser d’autres familles. Alors pas nous, parce qu’on √©tait… C’est fou, c’√©tait la famille qui √©tait dans le Nord, qui est venue en Bretagne, et nous, au m√™me moment, on √©tait dans le Nord en vacances. On n’√©tait pas au m√™me endroit. On a commenc√© par faire des rencontres au moment o√Ļ on passait. Moi, j’ai rencontr√© Uros et Suzanne √† Paris quand je suis pass√©e durant l’√©t√©. Les familles du Nix et du Lix, qui sont respectivement √† Lille et √† Bordeaux, se sont rencontr√©s √©galement pendant l’√©t√©. Et c’est lors de ces rencontres qu’on a √©voqu√© le sujet de se dire: √áa pourrait √™tre sympa de faire une rencontre avec toutes les familles. C’est possible, on a la chance d’avoir une port√©e qui n’est pas si grande parce que si je trouve, par rapport √† certaines tailles de port√©e au CZK, √ßa reste relativement petit. Et du coup, on a commenc√© √† √©voquer le sujet une fois qu’on s’est rencontr√©s en vrai. Moi, j’y pensais depuis le d√©but, mais c’√©tait plut√īt un r√™ve en disant: √áa serait incroyable si on fait √ßa, mais en disant: C’est quand m√™me compliqu√© de…

 

S.

D√©j√†, on n’a pas tous les m√™mes vies professionnelles, parce qu’il y en a qui ont des enfants, d’autres qui sont… Nous, on est jeunes actifs, il y en a qui sont √† la retraite. On a des rythmes de vie qui sont compl√®tement diff√©rents, des contraintes qui ne sont pas les m√™mes. Il y a une famille qui sont professeurs, l’un des conjoints est enseignant. Du coup, il faut partir en vacances scolaires. On est un peu contraintes par les vacances. Et une fois qu’on a eu ces rencontres entre plusieurs familles, c’est l√† qu’est venue l’id√©e de se dire: On pourrait essayer de faire une rencontre g√©n√©rale avec ceux qui le souhaitent et qui sont int√©ress√©s. Et donc, on a √©voqu√© le sujet. On a eu trois rencontres avec diff√©rentes familles durant l’√©t√© et qui est arriv√© √† partir du mois de septembre. On s’est dit que √ßa pourrait √™tre sympa et on a propos√© diff√©rents week-ends et on est partis sur celui o√Ļ, a priori, √ßa collait √† tout le monde.

 

E.

Donc, vous avez r√©ussi √† faire √ßa √† l’automne ?

 

S.

C’est √ßa, exactement. On s’est retrouv√©s d√©but novembre. Sur la port√©e de six chiots, il y en avait cinq. Il y en a un qui a malheureusement d√Ľ d√©clarer forfait. Il s’est bless√© √† la p√Ęte. C’est s√Ľr qu’un week-end de retrouvailles avec six chiots et plein de chiens qui courent dans tous les sens. On lui a pr√©conis√© du repos pendant 15 jours. La famille, √† un grand regret, elle a d√Ľ dire: √áa ne sera pas possible de venir parce que sinon, √ßa risque d’aggraver le cas du nix.

 

E.

Donc, vous avez quand même fait cinq sur six, plus les parents ?

 

S.

Plus les parents, exactement. Parce qu’on √©tait en contact √©galement avec la famille d’accueil de Post-it par mail, parce que pour le coup, ils n’ont pas WhatsApp. Je leur faisais des messages photos tous les mois de tous les chiots, une page par chiot avec une couleur par chiot, qui sont d’ailleurs les couleurs que j’ai reprises filles, pour leur bandana.

 

E.

C’est ce que j’allais dire, c’est que tu as √©t√© organis√©e jusqu’au bout. J’ai ador√© voir √ßa et √ßa fait partie de mes petits projets secrets. On verra o√Ļ j’en serai au mois de mai quand on va diffuser cet √©pisode. Mais avoir des bandanas, et l√†, tu avais pr√©vu un bandana par fio avec le nom broder.

 

S.

C’est √ßa, exactement. J’ai fait des bandanas avant d’arriver. Je m’y suis pris un petit peu √† la derni√®re minute, parce que je dois avouer qu’il a fallu que je fasse un message sur le groupe en disant: Qui a une machine √† coudre pour que je finisse de faire mes bandanas Fernand Ferrand. Donc heureusement qu’une des familles qui en avait une et qui a pu me la pr√™ter pour que je finisse. Oui, j’ai eu l’id√©e une semaine avant. Donc pour faire huit bandanas, c’√©tait un petit peu sportif. Parce que du coup, j’en ai fait pour tous les shows parce que chaque show √©tait associ√© √† une couleur. Ce n’est pas la couleur de leur collier, parce que √ßa, je ne les connaissais pas avant qu’on aille au CZK, mais c’est des couleurs que je leur ai attribu√©es pour que √ßa soit plus visuel pour la famille Post-it quand elle regarde les photos et que chaque page, elle est… Le texte, √ßa doit venir de mon m√©tier de tout le temps.

 

E.

Oui, c’est ce que j’allais dire. Tu as aussi des formations un peu professionnelle de rassembler, organiser. Je reviens sur les mots organiser et passionner, il y a le mot organiser. Sinon, c’√©tait quand m√™me le pr√©requis, on va dire, √† tout √ßa.

 

S.

C’est √ßa, oui. √áa aide beaucoup d’organiser et d’avoir quelqu’un qui m√®ne aussi l’organisation et les retrouvailles. Nous, en effet, j’ai fait des bandanas pour les six chiots et puis les parents avaient deux bandanas, tous les deux jaunes, pour identifier leur statut de reproducteur, pour aborder avec le nom de ce cas-l√† et post-it. On a fix√© la date et apr√®s, on a r√©serv√© le logement. On s’est trouv√© un Airbnb pour les quatre familles.

 

E.

Et les quatre chiens. Les quatre chiens aussi, en effet.

 

S.

On a trouv√©… Oui, parce qu’on a de la chance quand m√™me, parce que normalement, les √©l√®ves chiens guides sont tol√©r√©s dans les h√©bergements, m√™me qui n’accueillent pas de chien, normalement. On ne sait pas, il y a quatre chiens, on va quand m√™me chercher un h√©bergement qui accueille les chiens de base. C’est ce que je fais. Ils vont √™tre quand m√™me un peu Je me suis surpris. Un chien, √ßa peut passer √† la rigueur. √áa nous est arriv√© de prendre des herbes en demi o√Ļ on explique avant de r√©server pour voir si c’est OK en expliquant qu’il est vex√©, qu’on le surveille, etc. On ne le laisse pas seul dans le logement. Mais quatre chiens, m√™me si on ne les a jamais laiss√©s sans surveillance…

 

E.

Il mieux vaut que le proprio soit quand m√™me OK. Je disais souvent, pour les h√ītels aussi, au final, quand je r√©serve un h√ītel et qu’on a un chien en relais pour l’√©t√© et qu’on part quand m√™me un petit peu en vacances en proximit√© avec, de pr√©f√©rence, je prends un h√©bergement qui qui accepte les chiens, m√™me si c’est un chien guide. Et puis, si vraiment je ne trouve pas, l√†, on le fait jouer l’exception. C’est juste rigolo quand tu y vas et qu’ils te disent: Oui, par contre, vu que c’est un √©l√®ve chien guide, on ne va pas vous faire payer. Oui, bravo, vous appliquez la loi. F√©licitations. Alors qu’eux, ils pensent faire une petite fleur, mais c’est tr√®s sympa et il faut le dire de mani√®re tr√®s p√©dagogique. Mais oui, l√†, vous avez tabl√© sur un h√©bergement qui accepte les chiens. C’√©tait quand m√™me un peu plus raisonnable vis-√†-vis du nombre de chiens, comme tu le disais.

 

S.

C’est √ßa, mais du coup, avec la contrainte qu’il nous fallait quand m√™me quatre chambres, il fallait de s√©parer les quatre chiens pour dormir, parce que sinon, on se serait dit que √ßa soit la f√™te toute la nuit. Donc, on a choisi un h√©bergement qui r√©pondait aux diff√©rentes contraintes qu’on avait. Donc, la principale, c’√©tait pouvoir accueillir des chiens et avoir autant de chambres que de chiens accueillis pour √™tre s√Ľr que chaque chien va pouvoir dormir calmement et bien se reposer. Et nous aussi, en fait. Donc voil√†, on a tout organis√©. Et une mention sp√©ciale quand m√™me √† la famille Doubsi, qu’on a retrouv√©e tr√®s tard. On l’a retrouv√©e seulement au mois de septembre, qui est arriv√© dans le groupe WhatsApp en plein milieu de l’organisation et qui s’est tout de suite lanc√©e dedans en disant: Oui, on est int√©ress√©, on vient et on sera dans le Airbnb. Donc c’est trop cool. On ne s’attendait pas quand on l’a organis√©, on ne s’attendait pas √† ce qu’il y ait la famille Doubsi qui vienne parce qu’on a √©voqu√© le sujet, on ne les avait pas encore retrouv√©s sur les r√©seaux sociaux. √áa a √©t√© une belle surprise de derni√®re minute de se dire: Tiens, on va r√©cup√©rer Oupsi.

 

S.

On a eu un absent quand m√™me unique, mais ce n’√©tait pas la volont√© de la famille d’accueil, malheureusement.

 

E.

C’est la vie.

 

S.

Donc d√©but novembre, on s’est retrouv√©s au CZK. On est partis avec Oumi tr√®s t√īt le vendredi matin en train. On a mis 6 heures de train. On a fait le t√©l√©travail l’apr√®s-midi dans un espace de co-working. Apr√®s, on s’est retrouv√©s au g√ģte avec toutes les familles. L’√©chelle √©tait ravie de se revoir. C’√©tait la grosse f√™te, en particulier entre Oomi et ses deux fr√®res, parce que comme je le disais tout √† l’heure, Oupsi, elle n’√©tait pas du tout int√©ress√©e par ses fr√®res et sŇďurs. Elle avait des choses √† grignoter, c’√©tait √ßa qui l’int√©ressait. Et puis, les caresses des humains, mais les autres chiens, pas particuli√®rement.

 

E.

Oui, chacun son truc.

 

S.

Voil√†, c’est √ßa, chacun son truc. C’est un bon point pour elle quand m√™me, parce que nous, on travaille souvent l’attirance qu’on g√©n√®re. C’est quelque chose qui est tr√®s facile pour nos √©l√®ves. Et elle, elle a l’avantage que les chiens, elle ne s’en int√©resse pas trop. Un peu plus maintenant, parce qu’on l’a revue √† Marseille, il y a un mois, elle √©tait plus int√©ress√©e pour jouer avec nous. Il y a peut-√™tre aussi le fait qu’elles n’√©taient que deux et peut-√™tre que quatre, √ßa faisait beaucoup de chiens. Et donc √ßa √©volue, mais elle, elle grandit avec deux chiens plus adultes dans sa famille et √† priori, √ßa lui suffit comme dose de chien. Donc, quand elle se balade, elle n’est pas int√©r√©e par les chiens. C’est tr√®s bien pour sa famille.

 

E.

Un bon point.

 

S.

Un bon point. On est arriv√© le vendredi soir, on a pris l’ap√©ro, on a √©chang√©, on se connaissait d√©j√† par message, mais c’√©tait l’occasion de se rencontrer en vrai, d’√©changer plein de monde. Il y a plein de diff√©rences, au final, entre les √©coles. C’est ce que √ßa nous a permis de d√©couvrir ce groupe, c’est qu’on a tous la m√™me vocation, mais dans l’√©ducation, dans l’organisation, il y a des petites diff√©rences, il y a des similitudes. Et pour autant, il n’y a pas de bons ou mauvais choix, mais voil√†, chacun le fait.

 

E.

Chacun a son histoire. Chaque école a son histoire.

 

S.

Voil√†, chaque √©cole a son histoire. Ce n’est pas les m√™mes. Je pense √† la probl√©matique de l’eau, notamment nous, nos chiens, ils n’ont pas le droit d’aller √† l’eau √† Nantes. √Ä Marseille, ils ont une autre contrainte qui est que, un, ils ont beaucoup de piscine, donc il y a une question de le faire. Le chien ne meurt pas dans la piscine, donc les habituer √† l’eau aussi pour √ßa. Et il y a le fait qu’il fait chaud en √©t√©, donc ils sont oblig√©s de les rafra√ģchir, mais m√™me avec l’√©cole, ils les emm√®nent se baigner. Alors qu’√† Nantes, il est vrai qu’il fait rarement tr√®s chaud. Il fait chaud un petit peu l’√©t√©, mais je ne dirais pas qu’on n’a pas les m√™mes canicules et les m√™mes temp√©ratures qu’√† √† Versailles o√Ļ en effet, la g√©ographie fait qu’on n’a pas les m√™mes contraintes, on n’a pas les m√™mes r√®gles, mais il y a plein d’autres choses qui s’expliquent aussi en termes de diff√©rences.

 

E.

Et vous êtes quand même allé au CZK le lendemain ?

 

S.

C’est √ßa. Le lendemain, la famille d’√©levage de ce cas-l√†, la maman de Zumi, avait organis√© avec la personne qui est r√©f√©rente de Scala, la possibilit√© qu’on visite l’√©levage, notamment parce que √ßa ne s’est jamais arriv√© qu’il y ait des chiens qui reviennent √† l’√©levage √† partir √† deux mois. On a retrouv√© la des personnes qui suit √† la fois Huguette, la soeur Doumi, et ce qu’elle a sa maman, et il y avait √©galement la technicienne d’√©levage. C’est elle qui a fait la mise bas toute la port√©e. Le technicien d’√©levage, c’√©tait son jour de travail, parce qu’ils ont toujours des chiens √† l’√©levage, donc il faut toujours qu’il y ait des astreintes le week-end, des personnes qui ne soient pas pr√©sentes. Et la technicienne d’√©levage, pour le coup, si je me trompe pas, c’√©tait un de ses jours de travail, mais vu qu’elle avait fait la mise bas, elle avait envie de les revoir. Et donc on n’a pas refus√©, on √©tait ravis qu’elle nous dit comment s’√©tait pass√©e la mise bas ? Comment elle avait connu les chiots ? Et donc, en effet, le samedi matin, et on est rest√© jusqu’en milieu d’apr√®s-midi, je crois, on est all√© visiter le CZK.

 

S.

On a pu √©galement revoir Scala et Huguette qui √©taient toutes les deux en chaleur √† ce moment-l√†. En plus, de toutes D’ailleurs, les derni√®res, elles sont confin√©es au centre, donc on n’avait pas d’autres options si on voulait les voir que d’aller au centre d’√©levage. Donc, on a fait une visite des locaux.

 

E.

On a vu des petits chiots.

 

S.

On a vu des petits chiots √† travers la ville qui sont tr√®s mignons. D’ailleurs, anecdote amusante, il y a des chiots que j’ai vus qui sont arriv√©s √† Nantes Trop chou. J’ai envoy√© des photos en disant: Je les ai vus tous bais√©s √† travers la vitre. C’√©tait tr√®s sympa de visiter. Ils nous ont parl√© aussi de comment ils s√©lectionnaient les reproducteurs, les √©changes de chiens qu’ils avaient aussi avec les autres parce que la technicienne d’√©levage, elle a adopt√© une chienne qui a √©t√© envoy√©e par les √Čtats-Unis, qui a fait la mise en port√©e, qui est rest√©e ici. C’√©tait tr√®s sympa d’en apprendre plus sur comment fonctionne le centre d’√©levage, parce qu’on n’est pas trop en contact en tant que famille d’accueil, n’habitant pas √† proximit√©, on ne sait pas trop comment √ßa fonctionne. Je le savais un petit peu avec l’√©pisode… J’ai oubli√© son nom. √Člodie. √Člodie, c’est √ßa. Avec Opal, si je me trompe pas.

 

E.

Oui, c’est √ßa. √Člodie qui, comme elle dit, est famille d’√©levage et donc Opal, pour le coup, elle est reproductrice pour le Seseca. C’est dans l’√©pisode 42, si vous voulez. Elle avait racont√© un petit peu comment √ßa se passe quand on est famille d’√©levage. Elle parlait du Seseca, en effet.

 

S.

C’est √ßa. D’ailleurs, Opal, on l’a vue parce qu’elle avait une port√©e √† ce moment-l√†. Elle a une belle port√©e. C’est une grande port√©e. Avec plein de chiots. Le personnel nous a dit que c’√©tait une tr√®s bonne maman, qu’elle reprenait, qu’elle √©duquait bien ses chiots et tout. Et on l’a vu en effet, elle les reprend si jamais il y a des petites b√™tises comme √ßa.

 

E.

Et donc, vous avez fait cette petite visite et vous avez quand m√™me fait une grande balade peut-√™tre avec tous les chiens ? Comment √ßa s’est pass√© ?

 

S.

Ce jour-l√†, non, on a l√Ęch√© les chiens √† la fois √† l’int√©rieur, mais √©galement dehors parce qu’ils ont des parcs. On ne les a pas laiss√©s tout seuls dans les parcs parce que la plupart des chiens, des chiots de la port√©e, √ßa fonctionnait tr√®s bien ensemble. Mais il faut savoir qu’Omi est un peu compliqu√©e avec ses fr√®res et sŇďurs, encore plus qu’avec les autres chiens. Omi, elle a deux petits d√©fauts, n√©e l’un d’entre eux et que quand elle joue avec les chiens, elle n’est pas tr√®s cool, il faut le dire. Elle grogne, elle mordille les oreilles, le poitrail. Les autres chiens ne savent pas forc√©ment dire non, surtout √† cet √Ęge, quand ils sont chiots, c’est compliqu√© pour les chiots de dire non √† des sollicitations, m√™me si on voit qu’ils ne sont pas tr√®s int√©ress√©s. Et du coup, on pr√©f√©rerait toujours avoir remis sous les yeux pour, si besoin, arr√™ter le comportement et qu’elle les laisse tranquilles et qu’elle leur laisse de l’espace. Donc, ils ont bien jou√© sous surveillance. Sous surveillance, exactement. Le soir, apr√®s, on est all√©s au restaurant tous ensemble, mais c’√©tait tr√®s bien parce qu’ils avaient bien jou√©. Ils ont √©t√© bien dormis.

 

S.

Ils ont bien dormi √† nos pieds, donc tr√®s, tr√®s calmes. C’√©tait tr√®s top. √áa, c’√©tait le samedi et le lendemain, on a retrouv√© du coup Post-it. Parce que du coup, √ßa ne collait pas les dates pour qu’on fasse tous les retrouvailles tous ensemble. Et donc, on a retrouv√© Post-it avec les quatre chiots qui avaient fait le d√©placement parce que du coup, ce qu’elle et Huguette √©tait toujours confin√©e en chaleur. Et en plus, Post-it, qui est un m√Ęle reproducteur, pour l’instant, qui n’est pas st√©rilis√©.

 

E.

Oui, si il rencontre en chaleur, les chiens, la fille ou la m√®re, il s’en fiche, lui.

 

S.

Voil√†, c’est √ßa. De toute mani√®re, oui, il √©tait int√©ress√©, je pense. Les m√Ęles, on l’a vu aussi, les fr√®res et sŇďurs de Huguette, qui, pour le coup, √©taient st√©rilis√©s. Ils √©taient quand m√™me tr√®s int√©ress√©s par cette sŇďur qui √©tait en chaleur. Moins par les autres, mais on voyait qu’ils faisaient que de la suivre. C’√©tait vraiment o√Ļ aller, Huguette, tout le groupe suivait.

 

E.

Oui, il y a quand m√™me les ph√©romones et tout √ßa, m√™me si apr√®s, il n’y a pas la fin.

 

S.

C’est √ßa, il y a les ph√©romones. Elle √©tait vraiment √† la p√©riode pile-poil, l√† o√Ļ la m√®re √©tait au tout d√©but de ses chaleurs, mais elle √©tait au moment parfait pour la reproduction. Donc, j’imagine qu’il y a l’instinct animal qui s’exprime quand m√™me. Et du coup, ils √©taient quand m√™me tr√®s curieux et tr√®s int√©ress√©.

 

E.

Et du coup, vous √™tes rentr√©s √† peu pr√®s tous chez vous, parce que tu disais qu’il y avait 6h00. J’imagine que le dimanche, √ßa a √©t√© d√©di√© un peu au retour.

 

S.

Oui, c’est √ßa. Donc, le dimanche Ce matin, on a revu… On a fait une d√©tente avec les chiots et Post-it. En nature, √ßa leur a fait du bien, je pense, de courir avant de refaire la route. Et apr√®s, on est partis √† des heures diff√©rentes selon les trains, en fait, √† chaque fois. Donc, entre midi et nous, avec Suzanne, on avait pris un train qui √©tait vers 16h00, je crois. Donc, pour faire la route du retour et pour rentrer √† la maison. C’√©tait vraiment un week-end qui √©tait tr√®s chouette. Ce n’√©tait pas tr√®s long, mais c’√©tait vraiment unique. Et comme le disait le CZK, eux, ils n’avaient jamais vu √ßa. Ils devaient avoir 20 ou 25 ans d’existence. Ils n’ont jamais connu des familles qui se retrouvaient. Apr√®s, nous, on a la chance d’avoir les r√©seaux sociaux.

 

E.

C’est ce que j’allais dire. Moi, j’avais fait plusieurs fois, quand j’avais des chiens, essayer de retrouver les chiots. Quand tu as un berger allemand, c’est plus simple, c’est encore plus simple qu’un Golden Rotreverse, il y en a encore moins. Mais c’est vrai que c’est difficile. Puis, toutes les familles d’accueil ne sont pas forc√©ment connect√©es, ce n’est pas une obligation. Et donc, Il y a quelques ann√©es, c’√©tait encore plus compliqu√©. Et puis, il faut mener √† bout le projet. Moi, c’est vrai qu’ayant des chiens en relais tout le temps, si je faisais l’exercice √† chaque fois, moi, je n’avais pas le chien sur un an. Donc l√†, c’est g√©nial de le faire entre familles d’accueil, puisque vous avez eu le temps de programmer √ßa et surtout dans un bon timing, parce que l√†, Oumie est encore avec toi, mais plus pour tr√®s longtemps, puisque, bonne nouvelle, apr√®s toutes ces interrogations sur ces divers points de sant√©, tout est lev√© et va bien, en tout cas, pour qu’elle rentre en √©ducation.

 

S.

C’est √ßa, elle rentre en √©ducation la semaine prochaine, avec quand m√™me une interrogation qui reste, parce que Oumie a eu un parcours de sant√©, en effet, qui est un peu compliqu√© au niveau des yeux. Donc les yeux, c’est bon. Et apr√®s, il y a au niveau de la peau, on suspecte qu’elle ait une maladie qui s’appelle la dermatite atopique, qui est quelque chose qui est pour le coup assez courant chez ces races comme les labradores et les golden. Nous, l’√©cole disait qu’ils ont environ une r√©forme par an qui est li√©e √† la dermatite atopique. C’est de l’ecz√©ma pour un chien, c’est un chien qui va avoir des allergies, qui va se gratter, qui va se l√©cher. C’est un traitement qui peut √™tre un peu co√Ľteux. Du coup, c’est des chiens qui sont r√©form√©s pour pas mettre un chien qui a un handicap √† une personne qui est d√©j√† en situation de handicap. Elle est en r√©gime d’√©viction pendant huit semaines pour voir est-ce que ce serait li√© √† son alimentation, ce qui reste potentiellement g√©rable par une personne en situation de handicap, l√† o√Ļ si c’est aux acariens, aux pollens, √ßa, c’est tout de suite beaucoup plus compliqu√©.

 

S.

Elle finira son r√©gime d’√©viction √† l’√©cole d’ici fin mars. Et apr√®s, elle va retourner voir le dermatologue. Donc, elle va √™tre suivie sur les premiers mois attentivement au niveau de ses soucis de peau pour v√©rifier est-ce que √ßa s’am√©liore. Et du coup, est-ce qu’elle peut potentiellement devenir chien guide ? Apr√®s, il reste toute la partie comportement aussi.

 

E.

Il reste toute l’√©ducation et il reste quand m√™me encore un peu de parcours √† faire. Mais en tout cas, il y a eu deux ou trois doutes qui ont √©t√© lev√©s sur ses hanches, sur pas mal de choses, qui fait que l√†, tous les feux sont au vert.

 

S.

C’est √ßa. Et en effet, nous, la rencontre, il fallait qu’on la fasse avant les un an. Parce que pour Uros qui appara√ģt, il est rentr√© en √©ducation. Pour l’instant, la famille peut le r√©cup√©rer le week-end, mais habituellement, √† Paris, il reste plut√īt au chenil le week-end, il ne retrouve pas leur famille. Donc l√†, c’est possible pour les premiers week-ends, mais elle ne le gardera pas normalement jusqu’au bout. Et apr√®s, ses autres fr√®res et sŇďurs, pour le coup, ils peuvent encore se retrouver parce qu’ils ont un syst√®me o√Ļ les chiens sont en internat la deuxi√®me ann√©e, donc reviennent tous les week-ends dans leur famille et pendant les vacances d’√©ducateur. Oomi, elle, va rejoindre une autre famille de week-end √† Angers, parce qu’√† Nantes, on fait juste la premi√®re ann√©e. Et donc, la deuxi√®me ann√©e, ils vont ou √† Angers ou √† Pontscorff, √† c√īt√© de Lorient, o√Ļ ils sont √† l’√©cole la semaine. Et le week-end, ils retrouvent une famille qui est √† proximit√© de l’√©cole pour que √ßa soit quand m√™me plus facile en termes de route.

 

E.

Pour les r√©cup√©rer le week-end. Et puis, de toute fa√ßon, toi, c’est ce que tu m’avais dit quand on s’√©tait parl√© √† la fin de l’aventure avec Thrusty, tu m’avais dit: Deuxi√®me √©l√®ve, c’est pas dit, on a des plans. Et l√†, ces plans arrivent √† ex√©cution au mois de mars. Donc l√†, le timing, comme on le disait avant l’enregistrement, est quand m√™me tout pile. Oui, c’est √ßa.

 

S.

L√†, ce qui s’√©tait pos√© comme question, c’est qu’ils n’√©taient pas s√Ľrs √† l’√©cole au d√©but de la faire rentrer en √©ducation. Finalement, ils l’ont fait parce qu’ils ont eu des chiens r√©form√©s et du coup, il faut qu’ils fassent rentrer d’autres chiens en √©ducation. Mais normalement, √† la base, il devait partir dans une autre famille pour finir son r√©gime d’√©viction parce que nous, on ne pouvait pas la garder jusqu’au bout. Et finalement, elle ira √† l’√©cole. Mais dans tous les cas, √ßa tombe tr√®s bien parce qu’on avait pr√©venu l’√©cole que fin f√©vrier, il fallait que Tommy parte de l’appartement parce qu’on allait le rendre aussi.

 

E.

Et vous, vous faites le grand saut vers le Grand Nord, du coup.

 

S.

C’est √ßa, exactement. Nous, on d√©m√©nage en Norv√®ge, donc on avait un doute sur le fait de prendre un deuxi√®me √©l√®ve parce qu’au d√©but, le projet, c’√©tait plut√īt de partir d√®s tout d√©but 2024. Finalement, j’ai r√©ussi √† convaincre mon conjoint en disant: Au mois de janvier, il va faire tr√®s froid, donc on peut peut-√™tre attendre un petit peu. J’ai eu raison parce qu’ils ont des temp√©ratures qui sont extr√™mement faibles et tr√®s exceptionnelles. Pour le coup, ils ont eu des moins 20 degr√©s √† Oslo. Et j’ai dit: On peut peut-√™tre attendre le mois de mars, comme √ßa, √ßa collerait bien avec l’arriv√©e d’un deuxi√®me √©l√®ve chien guide. Donc c’est comme √ßa qu’on a r√©ussi √† avoir un deuxi√®me √©l√®ve, parce que normalement, elle √©tait cens√©e partir en √©ducation un petit peu plus t√īt, si elle n’avait pas eu ses soutis.

 

E.

Donc tu avais tablé sur un timing parfait, qui au final se réalise plus ou moins entre le décalage du voyage.

 

S.

Le d√©calage du et le fait qu’en fait, il n’y a pas d’autres chiens pr√™ts pour rentrer en √©ducation, donc c’est elle qui rentrera, puis ils aviseront ensuite.

 

E.

C’est fou comment en deux ans, vraiment, les premiers √©changes qu’on avait eus ensemble, je crois que tu avais d√©couvert le podcast. Je ne sais plus exactement comment tu l’avais d√©couvert.

 

S.

Oui, c’est √ßa. En fait, ce qui s’est pass√©, c’est que moi, je connaissais les chiens guides depuis tr√®s longtemps, parce qu’il y a eu fut un temps o√Ļ j’ai un projet de devenir v√©t√©rinaire, comme toi, si je me trompe pas. Et j’avais d√Ľ voir dans des reportages qu’on pouvait devenir famille d’accueil. Andy Chien ou Chien Guide, je ne sais pas ce que c’√©tait. Quand j’ai vu le reportage, je me l’√©tais dit: √áa pourrait √™tre int√©ressant, si je suis √©tudiante v√©t√©rinaire, de faire ce projet. Puis j’ai chang√© d’orientation et du coup, en fait, ce projet qui √©tait plut√īt… En fait, c’est un bonus des √©tudes d’√©tudiante v√©t√©rinaire. Du coup, j’ai compl√®tement oubli√©, c’est sorti de mon esprit. Et en fait, j’ai rencontr√©, via le travail, Carole Sens, que tu as interview√©e, je ne sais plus dans quel c√īt√©, le 5 ans plus 5 ans. Cinqante-deux. Je n’√©tais pas loin. Qui √©tait famille d’accueil dans mon entreprise et que j’ai √©chang√© avec elle et j’ai pu lui poser mes questions que je pense beaucoup de familles ont en disant: Moi, je n’ai jamais eu de chien, donc √ßa ne doit pas √™tre possible. En plus, je n’ai pas de jardin, je vais en appartement.

 

S.

Elle m’a dit: Il n’y a pas de souci. Moi, c’est mon premier chien. On l’a fait avec Peanuts. On √©tait dans un appartement pendant le COVID, donc, confin√©. √áa a tr√®s bien fonctionn√©. √Ä Paris. √Ä Paris, exactement. Et donc, gr√Ęce √† elle, j’ai red√©couvert le r√īle de famille d’accueil et je me suis dit que ce serait super int√©ressant de me lancer dans l’aventure pour pouvoir avoir un chien. J’ai d√©couvert apr√®s qu’on n’avait pas un chien, on avait un chiot. Il y a une diff√©rence, quand m√™me. Mais d’avoir un chien tout en ayant une vie de citadine et de ne pas avoir √† laisser son chien tout seul √† la maison cinq jours par semaine. Parce que je ne vais pas prendre un chien qui resterait tout seul dans un appartement toute la journ√©e. Surtout que moi, j’aime bien les chiens qui ont une certaine taille, donc il faut aussi les occuper. Mais je ne me voyais pas non plus me projeter juste avec l’√©change avec Carole, donc je suis tomb√©e sur son podcast et j’ai √©cout√© tous les √©tudes en deux semaines. C’√©tait mon occupation et du coup, c’est super int√©ressant parce qu’il y a plein de profils diff√©rents, de familles d’accueil.

 

S.

√áa m’a aid√© √† me projeter en me disant: C’est probablement possible. Je t’avais √©galement contact√© pour savoir si tu connaissais des personnes qui avaient la contrainte que moi, j’ai dans mon m√©tier, qui que je suis consultante. Contrairement √† Carole qui √©tait sur les fonctions support, qui est dans les locaux de mon entreprise, mais qui n’allait pas dans les locaux d’autres entreprises, moi, je me d√©gage chez mes clients et du coup, je me demandais, je me posais des questions sur comment √ßa va √™tre accept√© par les autres clients parce que du coup, il nous faut plusieurs validations de plusieurs entreprises, pas juste uniquement de notre employeur. Donc, je t’avais demand√© si jamais tu avais des retours d’exp√©rience qui s’√©taient bien pass√©s d’autres familles parce que l’√©cole m’avait dit: Nous, on n’a pas d’autres cas similaires. Au vote, donc on ne pourra pas vous donner des points de comparaison. Et finalement, √ßa s’est tr√®s bien pass√© avec les clients. J’ai eu un refus d’un client. Tout le reste ont accept√© son souci et au pire, ils n’√©taient pas tr√®s int√©ress√©s par le des chiens. Ils ont d√©j√† confondu Oomi et Trusty, qui sont quand m√™me, rappelons-le, √† la brade en noir, une golden sable.

 

E.

Moi, j’ai eu √ßa quand j’avais des chiens en relais, des coll√®gues, et je ne leur en veux pas, mais qui ne sont pas tr√®s int√©ress√©s par les chiens, comme tu le dis. Et c’est possible, tout le monde n’a √† √™tre passionn√© comme on l’est. Je respecte. Moi, j’avais des chiens en relais, donc par d√©finition, jamais les m√™mes et sur des p√©riodes courtes. Et je me souviens d’un coll√®gue qui a dit: √áa y est, il est de retour. Alors, je crois que c’√©tait vraiment deux races compl√®tement diff√©rentes, deux couleurs compl√®tement diff√©rentes. C’√©tait juste, oui, un chien avec quatre pattes et deux oreilles. √áa m’avait bien fait rire, surtout √† trois, six mois d’intervalle. Le chien, il avait doubl√© de taille, il avait chang√© de couleur avec des oreilles en pointe parce que je pense que c’√©tait des races bergers. Mais comme tu le dis, ce n’est pas grave, ce n’est pas ce qu’on leur demande.

 

S.

C’est √ßa, ils acceptent le chien. Et apr√®s, pour le coup, j’ai eu des clients o√Ļ c’est un v√©ritable vecteur de l’insocial, qui me demandaient des nouvelles du chien quand… En fait, j’allais des fois sur site pour plusieurs jours avec le chien. Et apr√®s, on fait pas mal d’√©changes aussi √† distance. Et du coup, lors de ces √©changes, √† la fin des points, ils nous ont dit: On n’a pas abord√© le sujet du chien, comment va-t-ce rester aujourd’hui ? Donc, c’est comme √ßa que je me suis lanc√©e dans l’aventure. Mais les podcasts m’ont beaucoup aid√© √† me lancer dedans.

 

E.

Merci, mais en tout cas, moi, je t’avais racont√© aussi. C’est Cl√©ment qui, quand il √©tait consultant, allait aussi √† droite, √† gauche et avec en plus des √©l√®ves diff√©rents. Et je me souviens d’une entreprise qui l’avait accueillie √† grands bras ouverts avec Nolga. Elle avait m√™me son badge. Je crois que je t’en avais parl√©.

 

S.

Incroyable.

 

E.

Elle avait son badge avec le nom de la soci√©t√©, c’√©tait Chien Guide Paris. Et elle avait son badge parce qu’il y allait pour une mission, je pense, d’une semaine ou deux sur place. Et du coup, il lui avait cr√©√© son badge pour la dizaine de jours qu’elle √©tait avec nous pendant les vacances.

 

S.

C’est une attention qui est vraiment trop mignonne. Ouais, ouais, ouais.

 

E.

Et franchement, comme tu dis, c’est aussi vecteur de lien social. On le dit toujours sur le podcast, mais m√™me dans le milieu de l’entreprise, on en parle un peu moins. √áa aide et √ßa apporte de la l√©g√®ret√© ou alors du s√©rieux. Et √ßa, je l’ai dit dans certains √©pisodes, tu as d√©j√† d√Ľ l’entendre, mais je sais aussi que les premi√®res fois o√Ļ Cl√©ment √©tait en open space avec des chiens en relais, √ßa a largement aid√© les coll√®gues √† ne plus envoyer des balles de de tennis d’un √† l’autre de bureau, parce que pour eux, c’√©tait leur mani√®re de se d√©tendre. Mais quand il y avait un chien qui sautait dessus, c’√©tait un peu… Mais du coup, il fallait faire attention au moment de pause et au moment de pas de pause. Je sais que √ßa a aid√© √† pas formaliser les choses, mais juste organiser un petit peu plus les temps de travail collectifs et les temps un petit peu plus d√©tente, on va dire. Mais Carole, en effet, que tu as peut-√™tre recrois√© Je sais qu’elle a chang√© d’entreprise, mais elle a aussi chang√© de r√©gion et c’est de √ßa dont on avait parl√© dans l’√©pisode avec elle, c’est le fait de poursuivre son engagement en changeant de r√©gion de Paris √† Nantes.

 

S.

C’est √ßa, exactement. Les bureaux d’Anter, on a eu la chance de conna√ģtre plusieurs √©l√®ves. Sur les cinq chiens qu’a eu mon entreprise, il y en a eu un √† Paris, donc Pinut, qui est pour le coup tr√®s connu de certains Parisiens qui sont l√† depuis un certain temps. Quand on leur parle de famille, ils donneront le nom de Pinotte. Et apr√®s, il y en a eu deux chiens √† Nantes et moi, j’en ai eu deux. On a eu Trusty et Th√©mis, qui √©taient deux labrador noirs en m√™me temps. C’est rigolo, ils √©taient tous les deux √† Nantes, mais ils sont tous les deux n√©s √† l’√©cole de Paris.

 

E.

Vous avez vraiment exporté les Parisiens.

 

S.

On a exporté Carole et les chiens.

 

E.

C’est √ßa, elle est venue. Oui, c’est vrai. Et elle, elle avait eu Rio entre temps.

 

S.

C’est √ßa, un caniche quand m√™me. Un caniche, je crois.

 

E.

Un caniche. √áa, c’√©tait chouette. Il √©tait bien beau, ce caniche. Et je me demandais, parmi toutes cette aventure. Est-ce qu’il y a quelque chose que tu as appris ou d√©couvert que tu ne m’imaginais pas forc√©ment quand on a eu nos premiers √©changes par mail, par exemple ?

 

S.

Je pense que c’est la partie vecteur de l’insocial qui revient dans pas mal d’√©pisodes, mais entre l’entendre et le vivre, c’est quelque chose qu’on n’imagine pas √† quel point les gens vont venir √† notre rencontre, parfois dans la rue. Moi, je me suis retrouv√©e la semaine derni√®re √† √©changer avec une dame dans le m√©tro √† Paris, qui, en fait, sa fille est b√©n√©ficiaire d’un hendichien. Donc, on a √©chang√© on a parl√© sur comment s’appelait son chien, comment il est aid√©, sa fille, etc. Mais en fait, je n’aurais pas eu le chien, on ne se serait pas adress√© la parole du tout. Donc, c’est un vecteur de lien social aussi autour des chiens guides, parce qu’on int√®gre une communaut√©… On a un chien, mais on est avec toute une communaut√© d’humains et de chiens, avec les √©ducateurs. Nous, j’ai cr√©√© aussi √† Nantes un groupe WhatsApp avec toutes les familles qui sont d’accueil et relais, o√Ļ on se partage plein de photos, histoire de ne pas polluer nos amis qui n’ont pas forc√©ment le chien, de leur envoyer des photos. On a envie de partager quand m√™me les progressions de notre √©l√®ve et du coup, on s’envoie plein de photos, plein de conseils.

 

S.

Mais du coup, tout ce qui est autour de la communaut√© J’ai d√©couvert aussi les diff√©rences de fonctionnement entre les √©coles, parce que pour le coup, je pensais que ce serait pareil de la m√™me fa√ßon, que √ßa soit Paris, Lyon, Marseille ou Nantes, ils ont tous les m√™mes modes de fonctionnement et en fait, pas du tout. Et puis, √ßa √©volue avec le temps, parce que l√†, j’ai appris r√©cemment que le futur ma√ģtre de Thrusty, notre premier √©l√®ve, il n’est pas habitu√© √† comment √©tait dress√© Thrusty, parce que Thrusty r√©pond uniquement √† la voix, notamment pour les courants, droite, gauche, alors que c’est press√© dans le chien. En fait, r√©pondaient √† l’orientation du guidon. Mais Thrusty, lui, il n’a jamais √©t√© dress√© en fonction de l’orientation du guidon, comme les chevaux, de r√©agir: Est-ce qu’on va √† droite ou est-ce qu’on va √† gauche ? Il y a aussi une question d’adaptation pour le ma√ģtre, mais c’est aussi l’√©cole qui a √©volu√© dans le temps sur comment on est du plus chien. Il y a √ßa que j’ai d√©couvert. Et apr√®s, toutes les rencontres qu’on peut faire autour des chiennes guides, moi, j’ai en t√™te en particulier… Je crois que tu as plus la question de: Est-ce qu’on a fait une rencontre particuli√®rement marquante ?

 

E.

Non, mais tu peux quand même y répondre.

 

S.

Je vais y r√©pondre quand m√™me parce que j’en ai fait une qui est outre les rencontres que j’ai faites avec toutes les familles d’accueil de la port√©e d’Oumi. J’ai rencontr√© √† Jersey une dame qui est formidable, qui s’appelle Yvonne. On est parties en vacances √† Jersey et Comme c’est du coup un pays qui n’est pas dans l’Union europ√©enne, mais qui en plus, ce n’est pas la France, donc il y a d’autres r√®gles pour les chien guides, en particulier les √©l√®ves, parce que ce sont en fonction des pays. Les √©l√®ves, ils n’ont pas du tout les m√™mes droits. J’ai d√©couvert avec nos deux √©l√®ves qu’en France, on avait quand m√™me pas mal de chances qu’ils aient les m√™mes droits que les chien guides. Ce n’est pas le cas dans la majorit√© des pays. Et donc, je me suis renseign√©e par les r√©seaux sociaux des groupes de famille d’accueil qui √©taient britanniques. Et √©galement, ils ont une page d√©di√©e √† Jersey. Pour savoir un peu comment √ßa se passe avec les √©l√®ves ? Est-ce que c’est possible qu’on am√®ne une fille avec nous parce que c’√©tait l’objectif ou est-ce que √ßa va √™tre trop d’organisation et beaucoup trop compliqu√© pour aller dans aucun lieu ?

 

S.

Et en fait, √ßa va √™tre trop complexe pour nous. Et dans ce cas-l√†, il faut qu’on envisage une famille vol√©. Et Yvonne nous avait r√©pondu. Elle nous ont envoy√© plein d’informations sur les documents qu’il faut transmettre au ferry pour venir, les sites qu’on peut visiter. Elle nous a dit: Si vous voulez, en plus, moi, je peux la garder deux heures pendant que vous visitez Il me citait tout. J’√©tais l√†: Si je vais me rencontrer, c’est super. Quand on est all√©, on les a rencontr√©s pour de vrai, Yvonne et Richard, qui sont une famille d’accueil qui est exp√©riment√©e, parce que l√†, ils viennent de r√©cup√©rer, il y a une semaine, leur cinqui√®me √©l√®ve. Ils nous ont fait faire le tour de l’√ģle en pr√©sentant les coins trop sympa pour faire les d√©tentes. On a rencontr√© d’autres √©l√®ves qui ont √©t√© r√©form√©s et adopt√©s sur l’√ģle parce que la famille d’accueil √©tait de Jersey. Ils nous ont retrouv√©s quand on a fait du v√©lo sur l’√ģle pour prendre un caf√©. Ils ont √©t√© tr√®s, tr√®s sympa. On a pris plein de sauts sur les chiens guides britanniques, comme ils doivent faire de la formation en ligne pendant 40 heures avant de devenir famille d’accueil, si je me trompe pas.

 

S.

Ils ont des cours en ligne etc. Ils sont aussi pas la m√™me contrainte g√©ographique parce qu’Yvonne est sur Jersey, donc elle a un √©ducateur qui vient en avion toutes les six semaines. Alors nous, on n’a pas les budgets pour faire venir des gens en avion.

 

E.

Oui, c’est vraiment un autre monde. √Ä l’√©tranger, on a des approches tr√®s diff√©rentes du chien-guide.

 

S.

On a des approches qui sont diff√©rentes. Et puis, tout un autre syst√®me pour r√©colter des fonds, parce qu’ils n’ont pas du tout la m√™me culture de faire des dons. Les chiens, par exemple, moi, c’est moi qui ai choisi le nom Domi, parce qu’√† l’√Čcole des chiens guides de l’Ouest, souvent, √† partir du deuxi√®me chiot, on a la possibilit√© de choisir sous r√©serve de validation de l’√©cole, le nom du chiot, ou d’en proposer un ou plusieurs et qu’ils choisissent ensuite. Et en Angleterre, les chiots sont nomm√©s par des sponsors qui payent 5 000 livres pour nommer les chiens. Il y a moyen de r√©colter des fonds, le nom des chiens. Mais √ßa leur permet de pouvoir financer des vols en avion pour aller former des chiens. √áa, c’√©tait une tr√®s belle rencontre et on est toujours en contact avec Yvonne et on apprend plein de choses sur comment √ßa fonctionne, les chiens guides en Angleterre. C’est encore plein d’autres r√®gles par rapport √† la France.

 

E.

C’est s√Ľr qu’√† l’√©tranger, c’est passionnant aussi de voir comment certains pays ont beaucoup plus d’histoires avec les chiens guides que nous en termes d’ann√©es. Nous, on est √† la fois jeunes dans le mouvement et √† la fois un peu plus exp√©riment√©s que d’autres. On n’est pas non plus les derniers du tout.

 

S.

C’est √ßa, je pense qu’on est plut√īt au milieu, mais les pays anglo-saxons sont en effet bien avanc√©s. Le CZK nous disait aussi qu’en termes de suivi de reproducteurs et de lign√©es pour les am√©liorer, etc. Ils ont un meilleur suivi qui, je pense, est facilit√© parce qu’ils ont une seule organisation qui est √† la fois pr√©sente partout au Royaume-Uni et qui a le centre d’√©levage. L√† o√Ļ nous, on a plusieurs √©coles, donc il faut que les infos communiquent. Ce n’est pas toujours facile de communiquer parce qu’on n’est pas dans la m√™me organisation. Il faut penser √† s’envoyer les infos. L√† o√Ļ l√†, c’est tout est centralis√©. Donc un centre d’√©levage aussi, l√† o√Ļ nous, on en a trois.

 

E.

C’est s√Ľr que nous, c’est le r√īle de la f√©d√©ration. C’est l√†, la FFAC, son r√īle, justement, de coordonner le r√©seau d’√©levage et d√©pendant de la f√©d√©ration, vu le si√®ge de ces √©coles. La construction a √©t√© diff√©rente et du coup, on continue d’avancer et de s’am√©liorer.

 

S.

On progresse plus à la mesure.

 

E.

D√©j√†, depuis le d√©but, depuis 2016, je vois d’√©normes √©volutions. Il y a eu plein de choses de faites. Je me demandais, dans les petites questions de fin, s’il y a un moment o√Ļ tu as √©t√© bluff√©e par Oomi ou Trusty et qui reste un souvenir marquant pour toi.

 

S.

Pour Thrusty, je pense que c’est quand on l’a revu au mois de novembre avec son √©ducatrice et qu’on a vu son travail au guidage. Je trouve √ßa, c’est forc√©ment impressionnant de se dire: On l’a connu tout petit, il a fait plein de b√™tises. L’attention qu’il avait par rapport √† son √©ducatrice, il √©tait extr√™mement concentr√© au travail. L√† o√Ļ son √©ducatrice, elle n’√©tait pas tr√®s s√Ľre quand il nous a revus, puis qu’il nous a fait la f√™te, qu’il r√©ussisse √† bien se concentrer. Elle a dit qu’il √©tait tr√®s impressionn√© par sa concentration et le fait qu’il prenne beaucoup sur lui. Il nous jetait des petits coups d’Ňďil pour bien la guider, malgr√© qu’on √©tait l√† et qu’on √©tait un √©l√©ment perturbateur. On a √©t√© tr√®s impressionn√©s parce qu’on n’avait jamais vu √ßa On n’avait jamais vu √ßa. Et puis l√†, c’est un de nos chiens. On voit des gens dans la rue qui sont guid√©s, mais on les croise, mais on n’a pas connu le fiot b√©b√©. Et donc, le fait de le voir guider et de voir tout ce qu’il a appris et de voir qu’il travaille tr√®s bien, c’est une telle r√©compense. C’est extr√™mement marquant parce qu’on se dit, tout au long du parcours, on n’est jamais s√Ľr qu’ils arrivent au bout parce qu’il y a plein de choses au niveau de la sant√©, du comportement qui peuvent faire qu’ils ne sont peut-√™tre pas faits pour le m√©tier de chien guide.

 

S.

Et donc, de le voir travailler et de le voir aussi de travailler. Parce que c’est un chien gourmand, donc forc√©ment, il est tr√®s, tr√®s content de travailler parce qu’on lui donne √† manger. √áa, √ßa a √©t√© mon souvenir marquant, je pense, avec Tresti. Et Oumi, la chose qui nous impressionne √† chaque fois, c’est quand elle joue avec des chiens, que √ßa se passe bien, du coup, on n’arr√™te pas le jeu, et que le chien commence √† partir un peu loin ou hors du champ de vision. Si on est dans une for√™t o√Ļ il s’arr√™te et revient vers nous. Et √ßa, c’est quelque chose qu’elle a naturellement, qu’on renforce √† chaque fois, mais qui est une qualit√© naturelle qu’elle a eu depuis toute petite. Et √† chaque fois, on est impressionn√©. On se dit: Est-ce que √ßa va le faire ou est-ce qu’elle va s’en fout ? Il y a eu peut-√™tre deux, trois fois o√Ļ il est parti un peu loin, mais globalement, cette capacit√© naturelle √† rester proche de nous. Des fois, √ßa peut √™tre √† 20 m√®tres, mais elle reste dans le champ visuel et de s’arr√™ter alors que le chien, lui, continue l√† o√Ļ Et le trustee, je pense que quand on l’avait √† son √Ęge, maintenant, il le ferait peut-√™tre plus, mais il serait peut-√™tre parti avec le chien et il se serait pas arr√™t√©.

 

S.

Donc ça, ça nous impressionne à chaque fois et on est toujours super content de la voir revenir. Trop bien, incroyable.

 

E.

Et justement, tu parlais de lieu. Est-ce qu’il y a un ou des lieux exceptionnels o√Ļ tu as √©t√© via les chiens guides ? Qui n’aurais jamais √©t√©, si tu n’avais pas eu trustee ou mis √† tes c√īt√©s.

 

S.

Alors, le premier lieu o√Ļ je pense, c’est le Sezeca. Parce que c’est s√Ľr que je n’aurais jamais √©t√© visiter le Sezeca. Je suis trop loin. Je ne sais m√™me pas s’ils font des journ√©es portes ouvertes. Donc, je pense que je n’aurais jamais √©t√© visiter le Sezeca si je n’avais pas √©t√© dans les chiens guides. Apr√®s, dans deux autres lieux exceptionnels o√Ļ j’ai √©t√©, j’aurais pu y aller sans, mais c’√©tait quand m√™me un peu insolite. J’ai fait ma remise de dipl√īme avec Trusty. On a fait la remise avec tous les √©l√®ves. J’avais pr√©venu l’√©cole avant pour dire qu’il y aurait un √©l√®ve Chien Guide.

 

E.

Ton école à toi, du coup ?

 

S.

C’est √ßa. J’avais pr√©venu mon √©cole que j’allais revenir. Trusty, d’ailleurs, a assist√© √† deux remises de dipl√īme. Moi, j’ai fait une ann√©e suppl√©mentaire et du COVID entre temps. J’ai assist√© √† la remise de dipl√īme de mes amis qui ont √©t√© dipl√īm√©s avant moi, au papier, mais vu qu’il y a eu le COVID, ils ont √©t√© dipl√īm√©s apr√®s. Donc, j’ai assist√© √† cette remise de dipl√īmes avec Trusty. Moi, je suis assis dans le public et j’ai assist√© √† ma remise de dipl√īmes d’une autre √©cole. Donc, c’est un double dipl√īme ing√©ant manager de mon √©cole de commerce avec Trusty. O√Ļ l√†, le directeur m’a dit qu’ils avaient jamais eu de chien qui accompagnait les √©tudiants sur sc√®ne. C’√©tait un petit peu la star de la soir√©e. Sur les photos, c’√©tait un peu compliqu√© parce que c’est un chien noir et qui fait plut√īt sombre. Mais c’√©tait un moment incroyable. J’ai de pouvoir l’avoir avec moi, m√™me s’il n’a pas suivi √† l’√©cole, dans les cours et que c’√©tait une autre partie de la vie. Et aussi de sensibiliser les gens. √áa fait le lien, puis √ßa sensibilise pas mal de monde. √Ä chaque fois qu’on est avec le chien, on explique leur formation, pourquoi ils sont l√†.

 

S.

Les gens sont toujours tr√®s int√©ress√©s, tr√®s curieux. Et avec Oomi, le lieu qui m’est revenu, c’est qu’en √©tant en vacances dans le Nord, on est mont√© dans des baies froides. Et donc les marches sont assez raides. Oomi nous a accompagn√©s jusqu’en haut, mais elle avait du mal √† redescendre. Il a fallu que je redescende √† 300 marches avec Oomi dans les bras. Et Oomi √©tait ravie d’√™tre dans les bras. J’ai la chance qu’elle ne bouge pas trop et que √ßa laisse tr√®s bien porter. Je peux encore la porter aujourd’hui dans les bras, si je le souhaite, m√™me si on ne s’amuse pas √† le faire parce que √ßa p√®se un peu lourd. Mais du coup, plusieurs fois, quand on √©tait dans le Nord et en Belgique, il a fallu que je la porte pour descendre des baies froides. Et on a visit√© une brasserie aussi, parce qu’il y a eu un mal de bi√®re l√†-bas. Il a fallu la porter parce qu’il y avait des escaliers qui √©taient tr√®s raides. On √©tait mont√© par des escaliers qui n’√©taient pas tr√®s raides. Ou alors que √ßa marche. C’est plus simple pour eux de monter, mais la redescente n’est pas possible.

 

S.

Et du coup, je l’avais port√©e sous les regards amus√© de tous les participants √† l’avenir guid√©s.

 

E.

Il est bien ce chien, dis donc, il en profite.

 

S.

C’est √ßa, il guide pas trop.

 

E.

Comme tu dis, moi, je parle de lieux exceptionnels. C’est des lieux dans lesquels ils vont ne pas faire l’essentiel de leur m√©tier de chien guide derri√®re, de toute fa√ßon.

 

S.

Non, je ne pense pas qu’elle visitera une brasserie. Et pour le coup, je pense que √ßa n’aurait pas √©t√© possible parce que les escaliers sont trop raides pour qu’elle guide quelqu’un dans les escaliers. L√†, √ßa marche parce qu’elle √©tait encore… En plus, c’√©tait durant l’√©t√©, donc elle avait six, sept mois. Donc, je pouvais la porter plus longtemps parce qu’elle √©tait aussi un peu moins lourde que maintenant.

 

E.

Et pour finir notre échange, je pose toujours la question du pire et du meilleur moment avec avec les chiens guides que tu as rencontrés ?

 

S.

Mon pire moment, je savais tr√®s bien lequel dire quand je pr√©parais l’√©pisode, c’est l’arriv√©e de Thrusty. Alors, √ßa peut para√ģtre bizarre, mais nous, on n’avait jamais eu de chien. Et du coup, quand les ex√©cuteurs, ils arrivent, ils arrivent avec le chien. En une demi-journ√©e, un apr√®s-midi, ils nous explique toutes les r√®gles et tout. Et pourtant, on est juste aux r√®gles de base. On est s√Ľr, assis, couch√©, les manipulations, comment on distribue √† manger, comment on le porte jusqu’au caniveau, etc. Et en fait, il y tellement de r√®gles que la nuit, moi, je n’en ai pas dormi. C’est ma premi√®re nuit blanche. Je faisais que de me retourner et tout. Je me suis dit: Mais en fait, je ne vais jamais r√©ussir √† retenir toutes ces r√®gles et √† les appliquer. Et en plus, je n’ai pas eu de chance. Je n’ai pas eu de chance. Mon copain a d√©cid√© que c’√©tait la tr√®s bonne p√©riode pour partir trois jours apr√®s le d√©part de l’arriv√©e de Thrusty en vacances avec sa famille en Espagne.

 

E.

Donc, tu t’es retrouv√©e solo.

 

S.

Donc, je me suis retrouv√©e toute seule pendant une semaine o√Ļ je me suis dit dans le week-end, ce n’est pas possible. J’appelle mon entreprise pour lui dire: Je sais, je vous ai convaincu, on a pr√©par√© un petit flyer pour expliquer aux entreprises, mais je vais arr√™ter le projet parce que je ne peux pas. √áa va √™tre trop compliqu√©. Je pense que le changement de rythme √©tait tr√®s important. Moi, je n’avais jamais v√©cu avec des chiots. Je ne m’attendais pas √† un tel changement. Je pense que c’est moins qu’un enfant, mais je pense que quand on devient maman, √ßa va √™tre la m√™me chose que d’un coup, on se dit: Qu’est-ce que c’est que ce truc ? On n’√©tait pas pr√©par√©. On a essay√© de se pr√©parer, mais en fait, c’√©tait encore…

 

E.

Moi, je disais, pour l’avis de maman, on √©tait pr√©par√© √† l’accouchement, pas apr√®s. Du coup, nous, on avait un peu le r√©flexe de dire: On le rend quand ? Ce n’est pas m√©chant, parce que tu as toujours des relais et tu te dis: C’est quand la fin de la mission ? Je l’adore, mon baby boy, donc on ne le rend pas, mais c’√©tait un peu √ßa. Au d√©but, tu dis: On veut bien donner du temps, mais jusqu’√† quand Je pense que c’est quelque chose auquel l’√©cole ne pr√©pare peut-√™tre pas assez, parce qu’apr√®s, l’√©ducateur, eux, c’est leur m√©tier, donc ils n’ont pas non plus la m√™me vision que les familles d’accueil, que c’est vrai que les premiers jours, les premi√®res semaines, le temps de mettre en place l’organisation, c’est un peu sportif et du coup, c’est d√©stabilisant.

 

S.

Je sais qu’un des fr√®res de Trasty qui a eu deux familles, sa premi√®re a abandonn√© tr√®s rapidement. Je crois qu’elle √©tait seule pour le coup. Mais je pense qu’il y a aussi la question de quand on arrive, on a un peu d√©pass√©. Et moi, je me suis dit au d√©but: Je ne vais pas y arriver. Je dis: On s’accroche un petit peu et on va voir. Et au final, √ßa s’est tr√®s bien pass√©. Et pour Romy, il n’y a eu aucun souci √† l’arriv√©e parce qu’on connaissait le principe, on √©tait pr√©par√©. Followwell √©tait aussi un peu plus simple que Trasty. Mon pire moment, c’est la pression que je me suis mise moi-m√™me en me disant: Je ne vais pas r√©ussir, je vais rater l’√©ducation du chien. Il ne va pas devenir chien guide parce que je n’arrive pas √† me reculer correctement.

 

E.

C’est vrai que j’ai fait deux √©pisodes en immersion sur les premiers jours parce que je trouve que c’est vraiment… Alors moi, pour le coup, je ne l’ai pas encore v√©cu, mais je sais que ce sera un bon tourbillon aussi. Et je sais que j’avais fait l’√©pisode avec Florian dans l’√©pisode 34, qui est le mari d’Arthur, de Loya, qui lui, pareil, a r√©cup√©r√© un chien en famille d’accueil. Et ce qui √©tait rigolo, c’est qu’en faisant le deuxi√®me √©pisode avec Val√©rie, √† l’arriv√©e d’un nouveau futur chien de guide, elle en avait d√©j√† eu plusieurs, ce n’est pas forc√©ment plus simple. On sait √† quoi s’attendre, mais ce n’est pas forc√©ment plus simple. L√†, Umi √©tait plus simple que Thrusty, mais ce n’est pas forc√©ment le cas. Tu peux avoir du plus compliqu√© alors que tu avais toujours eu du plus simple. Je me souviens dans l’√©pisode 40 avec Val√©rie, √ßa avait √©t√© √©reintant aussi pour elle et le format en immersion o√Ļ elle m’avait envoy√© justement ces petits audios au fur et √† mesure des jours √©tait vraiment tr√®s int√©ressant pour justement ces premiers jours o√Ļ c’est difficile de se projeter quand m√™me.

 

S.

Dans tous les cas, √ßa reste quelque chose qui est… Un shoot de moi, on l’a vu, Thrusty n’√©tait pas parfait quand il est rentr√©. On a r√©cup√©r√© Oomi deux semaines plus tard, on s’est dit: Trusty n’est pas parfait, mais quand m√™me, il √©tait bien √©duqu√© par rapport √† un chien qui est tout b√©b√©, qui ne conna√ģt rien. Oomi √©tait plus facile parce qu’elle dormait plus longtemps et il n’y a eu quasiment aucun accident. On en a eu quatre en maison. On en a eu quatre les deux premiers jours, voire plus. Donc c’√©tait un peu plus sportif dans cette probl√©matique-l√†. Mais apr√®s, il y a eu des choses qui ont √©t√© plus faciles avec Kirsty et d’autres plus faciles avec Romy. Chaque chien est diff√©rent. Donc en fait, il y a diff√©rents. Il y a des probl√®mes qu’on n’avait pas avec le premier, qu’on rencontre avec le deuxi√®me. Et inversement, il y a des choses qui √©taient difficiles avec le premier. C’est naturel pour le deuxi√®me chien.

 

E.

Et ton meilleur moment ?

 

S.

Il y a tous les c√Ęlins qu’on leur fait. √áa, c’est toujours incroyable. En plus, on a la chance pour Romy qu’elle est extr√™mement c√Ęline, donc elle est tr√®s demandeuse de c√Ęlins. Et apr√®s, il y a aussi toutes les… √Ä chaque petite victoire qu’on essaye de mettre en place un exercice et qu’on r√©ussit. √áa nous fait toujours quelque chose au cŇďur de dire: Oh l√† l√†, trop bien, on a r√©ussi. Et puis, en plus, plus le chien… C’√©tait un exercice o√Ļ c’√©tait compliqu√©, plus la satisfaction est grande quand on r√©ussit quelque chose. En plusieurs mois, on a travaill√©. L√†, je le pense avec Omi, qui a des soucis avec son jeu avec les autres chiens. Hier, on a fait une d√©tente o√Ļ √ßa a √©t√© super bien, mais des fois, elle a reniffl√© le chien. Et apr√®s, elle nous a suivis parce qu’on continuait √† marcher. J’√©tais l√†: Incroyable, elle n’a pas essay√© de lui sauter dessus. Bravo ! Quand on a des victoires et qu’on voit que le chien progresse, √† chaque progr√®s du chien, je dirais que c’est un moment qui est incroyable. Un sentiment de satisfaction en se disant: On a r√©ussi √† le faire progresser.

 

S.

√áa, je dirais que c’est une satisfaction qu’on a chez tous les chiens. C’est des choses simples, du coup, les c√Ęlins et les petites satisfactions, mais je dirais que c’est √ßa les meilleurs moments qu’on a avec eux.

 

E.

Il me reste à souhaiter une bonne éducation à Aumi. Thrasty va être remis, le coup.

 

S.

C’est √ßa.

 

E.

√áa y est, un ma√ģtre a √©t√© d√©sign√© pour lui. Et vous, donc, nouvelle vie. En-dessus, il nous as dit: √Ä Oslo, pas de chien guide en vue dans la vie future ?

 

S.

J’ai envoy√© des mails aux √©coles. J’en ai une qui m’a r√©pondu, qui m’a dit que c’√©tait possible de nous faire les cours en anglais, parce que On ne parle pas norv√©gien, donc il y a la contrainte de la langue. Ils nous ont dit que c’√©tait possible de nous faire les cours en anglais et de nous apprendre les commandes en norv√©gien. D’abord, on va trouver un travail pour moi, trouver un appartement, s’installer et apr√®s, on verra est-ce qu’on se lance ou non dans l’aventure des chiens guides en Norv√®ge et est-ce que c’est compatible avec notre mode de vie. Et √ßa va d√©pend aussi de qu’est-ce que devient Omi. Si jamais elle est r√©form√©e, forc√©ment, on se posera la question de est-ce qu’on l’adopte ou non. Je pense qu’on va attendre quelques mois et peut-√™tre en 2025, qui sait, on est de nouveau un √©l√®ve chien guide qui parlera pas la m√™me langue que nos premiers.

 

E.

Ok, poursuivre tout √ßa. Je vous invite √† suivre l’Instagram de S√©verine. C’est French_popperazer. √áa marche aussi si tu pars en Norv√®ge, tu seras toujours une French Puppy Razer ?

 

S.

Voil√†, je l’ai choisi notamment avec cette optique. C’√©tait un nom qui √©tait Puppy Razer, c’est le nom qui est utilis√© pour d√©signer les familles d’accueil dans les pays anglo-saxons. √áa a march√© aussi √† l’√©tranger, donc je serais toujours sur son compte. Si jamais on a des chiens l√†-bas, que √ßa soit en accueil ou si jamais on adopte au mieux, j’aimerais bien ne pas quitter la communaut√© des familles qui gravitent autour de l’association, donc pourquoi pas Famille Relay ?

 

E.

√Čcoute, merci beaucoup pour cet √©change. Pour tous tes conseils pour organiser une rencontre. Et puis, on se dit √† bient√īt, au moins en visio, Instagram, etc. Et puis peut-√™tre √† Oslo, qui sait ?

 

S.

Qui sait ? Et √©coute, merci √† toi Estelle pour l’invitation. Et puis, pour tout le travail que tu fais autour des podcasts qui, je suis s√Ľre, aide beaucoup de familles √† sauter le pas. La famille d’accueil.

 

E.

Si je le réalise que maintenant, en regardant le calendrier de quand est-ce que ça sort, Notre épisode sortira au mois de mai et on fêtera les quatre ans du podcast, dans les jours qui suivent, en tout cas.

 

S.

Ah, trop bien. Ben bravo.

 

E.

F√©licitations. Merci. Ce sera l’occasion, peut-√™tre, d’organiser une rencontre. Pourquoi pas √† Lyon, au lieu d’√† Paris ? On va voir comment √ßa se pr√©sente. Voil√† pour les petites infos. Et √† tr√®s bient√īt.

 

S.

√Ä tr√®s bient√īt. Merci Estelle. Au revoir.

 

E.

Et voil√†, c’est la fin de cet √©pisode. J’esp√®re qu’il vous a plu. N’h√©sitez pas, si vous organisez √† votre tour de telles rencontres entre famille d’accueil, ma√ģtres de chien-guide et autres. Et si vous avez appr√©ci√© cet √©pisode avec un retour aux sources du c√īt√© du C√©s√©ca, je vous conseille de d√©couvrir celui d’Elodie, de l’√©pisode 42, sur son aventure de famille d’√©levage de la Belle Opale, une charmante berg√®re allemande, Maman de chien-guides de C√©s√©ca. De mon c√īt√©, je vous dis √† tr√®s bient√īt pour le prochain √©pisode sur l’univers m√©connu des chien-guides d’Aveugle.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *