Quelles races deviennent chiens guides ?

Si vous me suivez en ce moment sur les réseaux sociaux, vous voyez beaucoup de futurs chiens guides bergers allemands, ce qui n’est pas courant me direz-vous ! En effet, les races principalement éduquées pour devenir chiens guides sont plutôt le labrador et le golden retriever, mais ce ne sont pas les seules éduquées par l’école de Paris…

Une grande majorité de labradors, mais aussi des goldens retriever

Bien souvent, quand on pense aux chiens guides d’aveugles on imagine des labradors en premier. C’est en effet une race qui se prête bien à l’éducation pour devenir chien guide par une tête bien conçue, une hauteur au garrot adapté et un rythme de vie cohérent avec la vie d’un chien guide. Il y a à l’école de Paris des labradors de toutes les couleurs ou presque : sable comme Otis, plus roux comme Nollie et Night (et d’autres !), quelques chocolat, ou encore noir comme Onyl.

Ribambelle de labradors avec Néo (sable), Nollie (sable roux), Night (roux) et Onyl (noir)

La plupart des chiots labradors naissent à l’élevage de l’école à Buc comme c’était le cas pour ⅔ d’entre eux en 2018, mais ils peuvent aussi provenir du centre d’élevage commun aux écoles de chiens guides fédérées notamment, le CESECAH (Centre d’étude, de sélection et d’élevage des chiens guides pour aveugles et autres handicapés).

Vient ensuite le golden retriever, comme la miss Mayotte, de la même taille à peu près que les labradors (qui peuvent être bien différents aussi entre eux selon les portées et les parents) mais qui peut être plus vifs et énergiques, mais à la fois plus souples que les labradors.

L’école de Paris fait aussi des croisements des deux races afin d’avoir le côté souple des goldens retrievers (autant physiquement que dans l’éducation), que le caractère adorable du labrador. Personnellement je n’ai pas de préférence entre ces deux races ou leur croisement, j’avoue juste que les chiens noirs sont beaucoup moins pratiques pour les photos, et pas seulement les labradors !

Quelques bergers, allemands ou tout blancs

L’école de Paris éduquent aussi deux types de bergers qui pour le coup sont bien différents des labradors et goldens retriever, tant sur le physique que sur le mental : il s’agit de bergers allemands et de bergers blancs suisses (bergers allemands tout blancs). Même si l’école de Paris a peu de bergers, j’ai eu la chance d’en avoir quelques-uns en relais et ils sont très différents comme Nox, Folio ou plus récemment Osca.

Tout d’abord ils sont plus grands, et parfois plus énergiques et fous encore que leurs collègues labradors ou goldens retriever. Ensuite sur le mental ils n’ont pas du tout le même comportement : très proche de l’homme et même fusionnel, leur rattachement à la classe des bergers donne des chiens très attachés à moi et parfois même protecteurs vis-à-vis de moi, c’est par exemple difficile de faire quelques mouvements sans qu’ils me guettent (en relevant la tête par exemple). Ce sont des chiens très attachants et qui peuvent “parler” aussi, enfin les quelques loulous que j’ai eu n’étaient pas avares de commentaires ! Les futurs maîtres de chiens guides peuvent aussi apprécier, voire demander d’avoir un berger car ces races peuvent aussi les sécuriser quand la déficience visuelle les rend vulnérables.

Selfie avec Nolka, flatcoat retriever

D’autres races sont aussi éduquées à l’école de Paris comme le flatcoat retriever qui a encore un caractère à lui, et est surtout très léchouille comme nous avions pu le découvrir avec Nolka, et qu’Omber a confirmé. Il y a aussi plus rarement des goldendoodle (croisement d’un golden retriever et d’un grand caniche) qui ont l’avantage d’avoir des poils hypoallergéniques et peuvent être compatible avec des maîtres allergiques aux chiens.