√Ä l’occasion de l’√©t√©, je n’ai pas pu me retenir de tendre mon micro comme chaque √©t√© √† des b√©n√©ficiaires de chiens d’assistance pour de nouveaux hors-s√©rie de l’√©t√© ! Et on commence tout de suite avec Llewellyn et Nala, sa chienne d’assistance form√©e par la Fondation Fr√©d√©ric Gaillanne ūüźē‚Äćūü¶ļ

Imaginez une journ√©e remplie de rires, de complicit√© et d’aventures avec un chien d’assistance exceptionnel. C’est ce que nous vous proposons de d√©couvrir dans cet √©pisode unique. Mais comment le r√īle d’un chien d’assistance peut-il transformer la vie de son propri√©taire et sensibiliser le public √† des sujets comme l’autisme et le handicap invisible ?

Llewelyn revient pour nous sur sa situation √† l’arriv√©e de Nala dans sa vie, lors d’un moment o√Ļ elle √©tait en grande d√©tresse √©motionnelle et sociale. Elle raconte aussi comment elle parle de son parcours sur les r√©seaux sociaux avec son compte Instagram @unepateatypique, o√Ļ elle sensibilise ses 10 000 abonn√©s aux r√©alit√©s du handicap avec humour et bienveillance.

Transcription intégrale

 

Transcription générée automatiquement par Happy Scribe

E.

Salut √† tous, je m’appelle Estelle et je suis passionn√©e depuis toujours par les chiens guides d’aveugles. B√©n√©vole pour cette cause √† Paris depuis des ann√©es et aujourd’hui √† Lyon, j’ai lanc√© le podcast futur Chien Guide, √©tant persuad√© que l’univers des chiens guides d’aveugles m√©rite d’√™tre mieux connu par tous, afin que chacun puisse y trouver sa place. Mais savez-vous que seuls 1% des d√©ficients visuels sont accompagn√©s d’un chien guide ? Alors, pour mieux comprendre par qui et comment ils sont √©duqu√©s, mais aussi pour d√©couvrir leur r√īle dans le quotidien de leur ma√ģtre et les bouleversements √† leur arriv√©e, je vous partage deux fois par mois mes √©changes avec un invit√© issu de cet univers, ma√ģtre de chien guide, b√©n√©vole et tant d’autres. Pour en savoir encore plus, n’oubliez pas de vous inscrire √† ma newsletter mensuelle pour d√©couvrir les coulisses du podcast, les actualit√©s des chien-guides et bien s√Ľr, des nouvelles de mes invit√©s.

Ravie de vous retrouver en ce début d’été pour le retour des hors-séries de l’été ! Comme chaque année, je profite de la période estivale pour tendre mon micro à des bénéficiaires non plus de chiens guides, mais de chiens d’assistance. Et échanger avec Llewelyn a été une évidence vue notre rencontre virtuelle ! Mais tout cela n’aurait jamais été possible sans Nala, sa chienne d’assistance de la Fondation Frédéric Gaillanne, non pas que Nala soit elle-même la star au centre de ce compte Рquoi que -, mais surtout car avant son arrivée, Llewelyn était murée dans son silence, en plein dépression en plus de son autisme… C’est ainsi qu’elle m’a raconté la seule chose qui l’animait au fond d’elle, et comment Nala a changé sa vie.

 

Et maintenant, place à l’épisode…

 

E.

Bonjour, Llewelyn. Bonjour. Merci d’√™tre avec moi sur mon podcast, Futures Un Guide. On attaque avec ton √©pisode, les hors-s√©rie de l’√©t√©. Et donc mes auditeurs comme toi savent ce que √ßa veut dire. Aujourd’hui, on ne va pas parler de chien guide, mais de chien d’assistance. Est-ce que pour reprendre un petit peu tout √ßa, tu peux te pr√©senter en trois mots, me donner trois mots cl√©s qui te d√©finissent et trois mots qui d√©finissent le chien, la chienne, en l’occurrence qui t’accompagne.

 

L.

Alors, du coup, trois mots qui me définissent, je dirais créative et observatrice. Et pour Nala, je dirais folie, amour et sourire.

 

E.

J’adore ces mots. C’est √† la d√©finit si bien, tout ce que je connais de toi, en tout cas, parce que tu es tr√®s active sur les r√©seaux sociaux. D’ailleurs, tu as d√©pass√© les 10 000 abonn√©s. F√©licitations. Franchement, c’est super. Ce compte, tu l’as ouvert il y a un moment. Il a un petit peu chang√© de nom depuis, mais en tout cas, il est toujours aussi bien accueilli par la toile, comme on dit sur Instagram. C’est @unepateatypique avec des petits tirets du bas, underscore, entre chaque mot. Comment tu en es arriv√© √† √©changer sur ce compte-l√† ? Pourquoi tu as cr√©√© le compte d√©j√† ?

 

L.

Le compte, il a √©t√© cr√©√©. C’est assez comique parce que j’avais mon compte perso quand j’ai eu Nala. Et d√®s que j’ai eu Nala, il y a eu une tonne de photos de chien qui a envahi mon Je te comprends totalement. Et je me suis dit: Non, ce n’est pas possible, ils vont finir par en avoir marre √† un moment. Et je me suis dit: Tant qu’√† faire, pourquoi pas cr√©er un compte ? Je m’√©tais dit: Autant pour stocker des photos de Nala, pouvoir faire un petit journal ou des choses comme √ßa. Et au final, le fait que √ßa ait √©t√© un chien d’assistance, √ßa a √©norm√©ment √©tonn√© et attir√© les curieux, on va dire √ßa comme √ßa, ceux qui ne connaissaient pas trop. Et du coup, c’est comme √ßa qu’on a tourn√© vers des sujets plus de sensibilisation sur les chiens d’assistance et le handi.

 

E.

Toujours avec de très belles photos et vidéos quand même.

 

L.

Oui, on essaye.

 

E.

Je tiens √† le souligner, moi, j’ai ador√© celle qui √©taient dans la neige, notamment. J’ai trouv√© qu’elles √©taient particuli√®rement jolies.

 

L.

Apr√®s, ce n’est pas moi qui les prends.

 

E.

Oui, puisque tu es dessus, donc certaines. Moi, j’ai ador√© ce contenu. Ce qui est int√©ressant, c’est que dans ton histoire avec Nala, aujourd’hui, les gens te d√©couvrent par ce compte, par les diff√©rentes m√©diatisations dont fait l’objet. On a parl√© d’Actu Toulouse, on a parl√© de France 3 r√©cemment et d’autres encore. Mais c’est vrai qu’au tout d√©but, √† vrai dire, quand la demande de champ d’assistante a √©t√© faite, tu n’en √©tais pas l√† du tout. C’√©tait plut√īt le contraire.

 

L.

Oui, ce n’√©tait pas tr√®s bien, on va dire √ßa comme √ßa.

 

E.

Ouais, ce n’√©tait pas la folie, comme tu l’as dit, pour Nala. Et peut-√™tre, tu ne te ne d√©crivais pas de la m√™me mani√®re que les trois mots que tu m’as donn√©s. C’√©tait plut√īt une p√©riode de ta vie compliqu√©e parce que tu as un chien d’assistance. Si elle t’accompagne au quotidien, c’est parce qu’il y a quelques pathologies qui sont associ√©es.

 

L.

Du coup, moi, j’ai un trouble du spectre autistique, troubles sociales majeurs, associ√©s et une vie sociale majeure, associ√©e et une troublesonction g√©n√©ralis√©e. Fin de la maternelle, fin du coll√®ge, √ßa s’est plut√īt bien pass√© pour moi. Il y a eu quelques petites difficult√©s, forc√©ment. Au lyc√©e, √ßa ne s’est pas du tout bien pass√© parce que j’√©tais dans un tout petit coll√®ge avec des horaires am√©nag√©s pour faire la musique en m√™me temps. Et au lyc√©e, √† Toulouse, je suis pass√©e de 160 √† 1800 √©l√®ves dans l’√©tablissement. √áa n’a pas √©t√© tr√®s bien v√©cu pour moi, on va dire √ßa comme √ßa. Et du coup, j’ai commenc√© √† s√©cher. Ce qui est dr√īle, c’est que je s√®che d’une mani√®re assez originale. J’envoie un message √† ma m√®re: Je ne vais pas en cours. Et puis apr√®s, je rentrais √† la maison. Je ne faisais pas comme les autres, je ne s√©chais pas et je n’essaie pas de dissimuler. Non, je le disais √† chaque fois. Et du coup, au final, je n’y suis plus retourn√©e depuis janvier 2019. √áa a √©t√© un peu la d√©gringolade de se rendre compte qu’on n’arrive pas √† faire pareil que tout le monde.

 

L.

J’√©tais confront√©e au fait que ce n’√©tait pas le lyc√©e, le probl√®me en soi, c’√©tait vraiment le fait d’√™tre avec les autres, de ne pas r√©ussir √† rentrer dans la salle quand on est en retard ou ce genre de choses. Et du coup, √ßa a √©t√© tr√®s compliqu√© pour moi. Je me suis totalement referm√©e sur moi-m√™me et c’est dans ce contexte-l√† que Nala est arriv√©e.

 

E.

Oui, ce que tu me racontais quand on a pr√©par√© l’interview, c’est que la demande de chien, c’√©tait avant tout la demande d’un chien avant de parler de chien d’assistance. C’est aussi pour √ßa que tu le pr√©cises que quand les gens ont d√©barqu√© sur ton profil, l’Instagram, eux, ce qui les a titill√©s, c’est le chien d’assistance. Mais toi, √† ce moment-l√† de ta vie, quand tu as justement quitt√© un peu le monde scolaire parce que c’√©tait devenu trop compliqu√©, tu voulais un chien, un chien. Tu ne voulais pas un chien guide, tu ne voulais pas un chien d’assistance, tu voulais juste un chien. Et tu m’as confi√© qu’√† cette p√©riode-l√†, la communication √©tait un peu compliqu√©e pour toi et que la seule chose sur laquelle vous √©changeiez par quelques petits mots, je pense, c’√©tait ton d√©sir d’avoir un chien de compagnie √† tes c√īt√©s.

 

L.

En fait, √† cette p√©riode-l√†, c’√©tait une d√©pression, clairement. J’avais envie de rien. Je n’avais envie de rien, je les traitements, les prises en charge, tout √ßa. Je ne parlais presque plus, je n’avais plus envie de manger. Et la seule chose sur laquelle j’avais un petit peu d’entrain, de sourire, c’√©tait vraiment d’avoir un chien. On avait d’abord commenc√© par regarder pour adopter un Golden. Et au final, mes parents qui se sont pos√©s des questions de parents, ne savaient pas trop comment ils allaient g√©rer les vacances, l’√©ducation, tout √ßa. Ils m’ont expliqu√© que c’√©tait trop compliqu√© pour eux de s’engager sur un chien. Normal, en tout cas. Et puis apr√®s, ma m√®re m’a expliqu√© qu’elle avait d√©couvert les chiens d’assistance. Et du coup, c’est comme √ßa qu’on a d√©couvert la Fondation F√©d√©rique Gaillanne.

 

E.

Qui remettait √† cette √©poque-l√† encore quelques chiens d’assistance. Oui. On en a parl√© dans les diff√©rents √©pisodes de la Fondation. Et c’est vrai que Marina, particuli√®rement charg√©e de communication, qui √©tait dans l’√©pisode 70 avec moi, m’en racontait en d√©but cette ann√©e que ce projet de remettre des chiens d’assistance avait un petit peu √©t√© mis de c√īt√© cette heure-ci pour se recentrer sur le cŇďur du sujet, √† savoir remettre des chiens guides √† des enfants, ce qui n’est pas le cas ailleurs, alors que les chiens d’assistance peuvent √™tre remis par d’autres associations en France aujourd’hui, notamment Dix chiens et d’autres. Mais toi, √† ce moment-l√†, dans ce que tu m’as racont√©, c’est que tu n’arrivais plus √† trop parler, tu n’arrivais plus √† te cobranger, tu n’arrivais m√™me plus √† sortir toute seule et tu refusais tout traitement. Et je crois aussi que le point de refus par rapport √† ce golden que tu avais si tant envisag√©, on va dire, √ßa a √©t√© un peu compliqu√© aussi √† accepter. Et heureusement, peut-√™tre qu’il y a eu cette solution pour toi qui, finalement, a trouv√© beaucoup d’√©cho dans ton d√©sir.

 

L.

Clairement, je pense que mes parents, ils ont attendu d’avoir une solution alternative √† me proposer avant de m’annoncer parce que c’√©tait un moment o√Ļ j’allais tellement bien qu’il fallait vraiment On va y aller tr√®s doucement, on va dire √ßa comme √ßa.

 

E.

Et alors, √† partir du moment o√Ļ tu d√©couvres la fondation, qu’est-ce qui se passe ?

 

L.

D√©j√†, je craque sur la race des Saint-Pierre, parce qu’ils sont beaucoup trop mignons et beaucoup trop beaux.

 

E.

√áa, c’est pas dessus. Tu cr√®ches une convaincue, l√†.

 

L.

J’ai √©t√© en contact avec Chantal Roubault, qui est la r√©f√©rente des enfants, pour avoir le chien. On a fait un petit test qui s’appelle le test du pubicuble.

 

E.

On en a déjà un petit peu parlé. Moi, je connais. Je ne sais pas si les auditeurs vous en ont déjà parlé. Tu peux le redécrire peut-être en quelques mots ?

 

L.

On s’est d√©plac√©, je me souviens tr√®s bien, parce que mes deux parents √©taient venus, on avait pris la voiture. On est arriv√© dans une pi√®ce, c’est une pi√®ce qui est am√©nag√©e un peu √† la mani√®re d’une chambre pour enfants. Sans le lit, parce qu’on ne va pas dormir, mais il y a des jeux, de quoi dessiner, des jeux de soci√©t√©, des tapis, plein de choses, des livres. Cette pi√®ce est enti√®rement film√©e et le Le but du test du Cubicup, c’est que l’enfant de ses deux mois, avec un des parents, rentre dans la pi√®ce qui est film√©e et derri√®re, il y a, je pense, des √©ducateurs, des psychologues ou m√™me des personnes de la fondation. Je ne sais pas exactement qui, mais on a 20 minutes √† peu pr√®s pour s’habituer √† la pi√®ce, essayer de faire des choses et tout √ßa. Et au bout de 20 minutes, ils font rentrer un chien. Alors l√†, c’√©tait Jasty qui est aussi, je crois, la chienne qui a permis √† L√©ana d’aimer un peu plus les chiens et de combattre sa peur des chiens.

 

E.

Je crois aussi. L√©ana de l’√©pisode 71 dont tu parles.

 

L.

Oui. Je crois que √ßa a marqu√© beaucoup de personnes parce que quand on est rentr√© dans la pi√®ce, moi, je n’ai vraiment rien voulu faire et j’ai commenc√© √† faire ce qu’on appelle des st√©r√©otypies. C’est des mouvements r√©p√©titifs et Ma m√®re, elle essayait de me proposer des choses, mais √† chaque fois, je ne voulais pas. Je restais dans ma bu, on va dire √ßa comme √ßa, et clairement, j’attendais le chien. Et du coup, au bout de 20 minutes, j’ai entendu les petits pas derri√®re la porte du chien qui s’est approch√©. Et quand le chien est arriv√©, on m’a dit: Tiens, voil√†, je te pr√©sente Jessie, je te passe des petites croquettes. Il y a une brosse, si tu veux la brosser, lui faire des c√Ęlins, tout √ßa. Et du coup, elle va √™tre avec toi pour les prochaines minutes. Quand elle est arriv√©e, je me suis mis √† genoux, je l’ai prise dans mes bras et l√†, je me suis mise √† pleurer, mais je n’arrivais pas √† me calmer. Et je me souviens tr√®s bien de ce moment-l√† parce que ma m√®re, elle me me faisait des caresses dans le dos, elle me demandait si je voulais faire autre chose avec le chien et moi, j’ai fait des caresses.

 

L.

Et au final, √ßa s’est tr√®s vite d√©bloqu√©. Et puis, ce qui a chang√© ensuite encore, c’est que du coup, on a fini le test. Ma m√®re est all√©e parler avec les personnes de la fondation Faudal Ghaillane. Et l√†, j’ai demand√© si je pouvais sortir avec le chien. Et donc, tout le monde √©tait un peu √©tonn√©. Et au moment de sortir, je me suis mise √† courir avec Justy, on a jou√© ensemble. Je sais que √ßa a beaucoup marqu√© Chantal Roubault, notamment, parce que ma m√®re et mon p√®re se sont mis √† pleurer et lui ont dit: Vous savez, √ßa fait des mois qu’on ne l’a pas vu sourire et jouer comme √ßa. Donc c’est des moments tr√®s forts en √©motions.

 

E.

Oui, on le ressent, √ßa m’√©meut aussi. C’est vrai qu’aujourd’hui, on le voit sur ton compte comment Nala agit au quotidien et √ßa nous para√ģt un peu logique quand on aper√ßoit. Et c’est vrai que quand on retourne un petit peu dans le pass√©, qui n’est pas si pass√© que √ßa, parce que √ßa date d’il y a quelques ann√©es seulement, c’est impressionnant de voir l’impact qu’a pu avoir Nala et Jastier en premier, sur toi, vraiment, ce revirement de situation et la magie peuvent avoir ces chiens-l√† dans vos vies, tout simplement. Je suis un peu √©mue. Tu m’avais dit, tu ne is plus du tout toute seule. Et l√†, le fait de demander √† sortir, m√™me au sein de la Fondation F√©minin, la Fondation F√©minin, la Fondation F√©minin, qui me signe tr√®s fort et je n’imagine m√™me pas l’√©motion de tes parents apr√®s toutes ces difficult√©s et la perspective d’ouverture que √ßa a pu t’apporter √† toi, d√©j√†, dans ta vie future et puis aussi √† tes parents. Ils ont C’est quelque chose de magique, c’est chien quand m√™me. Aujourd’hui, Nala est √† tes c√īt√©s. Comment elle agit dans ton quotidien ? Qu’est-ce qui est le plus int√©ressant, le plus important pour toi de cette petite boule de poil de folie d’amour et de sourire ?

 

L.

Son accompagnement, il a √©volu√© au fur et √† mesure qu’on se conna√ģt, parce qu’au d√©but, je n’avais pas du tout les m√™mes besoins que maintenant. Au d√©but, c’√©tait surtout le fait d’√™tre oblig√©e de s’occuper de Nala pour la sortir. √áa a √©t√© d’abord √ßa. Pour pour moi aussi √™tre oblig√©e de sortir, s’occuper de moi aussi, pareil. Maintenant, il y a un √©norme r√īle sur la gestion des √©motions et du stress. J’aime bien imager √ßa en expliquant que c’est un peu celle qui permet de vider le verre d’eau de temps en temps avant qu’il d√©borde, parce que je trouve que c’est une belle image. √áa permet d’√©viter des gros moments o√Ļ √ßa ne va pas du tout. √áa permet que √ßa reste stable, on va dire √ßa comme Sinon, elle m’aide √©norm√©ment dans les d√©placements, parce que sortir dans la rue, √™tre dans la foule, c’est toujours tr√®s compliqu√© pour moi. Et aller dans des lieux tels que la fac, le Conservatoire, le m√©tro, tout √ßa, elle m’aide √©norm√©ment. Je pense que c’est le fait… Parce que dans mon trouble, il y a un probl√®me. Moi, je le prends comme un probl√®me parce que √ßa me g√™ne souvent.

 

L.

C’est une hyper sensorialit√©, donc c’est tous les sens qui sont ressentis trop fort. Ou alors m√™me on n’arrive pas √† dissocier les sens. C’est-√†-dire que quand on est dans un restaurant, par exemple, et qu’il y a plusieurs personnes qui parlent, j’entends le bruit de fond √† la m√™me hauteur, on va dire √ßa comme √ßa, que la personne qui me parle. C’est une difficult√© √† dissocier les √©l√©ments de stimuli ext√©rieurs, sensoriels, utiles des inutiles. Donc, √ßa peut devenir tr√®s envahissant. Si on s’imagine dans le m√©tro, il y a les odeurs, il y a les lumi√®res, il y a les couleurs, il y a les gens, il y a les v√™tements. √áa peut devenir tout de suite tr√®s anxiog√®ne. Et le fait d’avoir Nala, √ßa me permet de me recentrer sur quelque chose parce que Nala, je la connais. Je sais qu’elle a le poil tout doux, je sais qu’elle va me prendre la main, qu’elle me regarde et puis je peux lui parler. √áa aussi, √ßa m’aide √† rester concentr√©e sur elle et √ßa me permet de me dire qu’il y a tout √ßa qui arrive d’un coup sur moi et c’est vachement bien pour √ßa.

 

L.

Je pense aussi, elle m’a donn√© √©norm√©ment confiance en moi.

 

E.

C’est ce que j’allais dire, tu fais quand m√™me des grosses sorties. Ce week-end, c’est la WhoFest √† Lyon. Je crois que tu es de la partie. Et la derni√®re WhoFest, tu as fait le parcours quand m√™me de Camille Cros. Est-ce que C’est quand m√™me des choses qui sont exceptionnelles par rapport √† ce que tu aurais pu envisager. Est-ce que tu pensais que Nala te permettrait autant de t’√©panouir ?

 

L.

J’esp√©rais qu’elle m’aiderait parce que comme j’√©tais tr√®s mal, je me suis dit ou Au moins, √ßa ira mieux, mais je ne pensais pas qu’on irait aussi loin.

 

E.

Non, c’est vrai que quand tu d√©finis ce trouble, ce mutisme dans lequel tu √©tais m√Ľr√©e par toi-m√™me, malgr√© toi en tout cas, moi, quand je vois des images Aujourd’hui, je me dis: Ouah. Je pense que toi, encore plus de l’int√©rieur, en tout cas, c’est quelque chose qui est vraiment magique, comme on le disait. Est-ce qu’il y a d’ailleurs quelque chose que tu as appris ou que tu as d√©couvert que tu n’envisageais pas du tout avec Nala ? On a compris que tu ne pensais pas qu’elle t’emm√®nerait si loin, mais est-ce qu’il y a un truc sur lequel tu avais plus du tout envisag√© qu’elle t’aiderait et en fait, c’est devenu indispensable.

 

L.

D√©j√†, je ne pensais pas du tout qu’on deviendrait des vedettes sur les r√©seaux sociaux. Parce que c’est vrai que d’avoir pris ce r√īle de porte-parole, je ne pensais pas que j’en serais capable. J’esp√©rais que Nala m’aiderait √† reprendre confiance en moi et √† √™tre bien dans ma peau. Mais de l√† √† m’exposer et √† prendre la parole sur ces sujets, clairement, je pense que l√†, c’est gr√Ęce √† Nala et c’est √ßa qui m’a pouss√©e √† le faire.

 

E.

C’est s√Ľr que tu as fait du combi, on ne l’a pas dit. On en a parl√© en pr√©parant l’interview, mais c’est des sujets et des m√©dias qui sont quand m√™me tr√®s √©cout√©s, tr√®s lus, tr√®s regard√©. Et √ßa, c’est beaucoup quand on vient de l√† o√Ļ tu viens. Est-ce que parmi tout ce que Nala te fait vivre, il y a des choses o√Ļ tu as √©t√© vraiment bluff√©e par elle ? Dans son comportement, dans son √©ducation qu’elle a eue via sa famille d’accueil, aussi son √©ducation √† la Fondation Fr√©d√©ric Gaillanne ?

 

L.

En soi, Nala me bluffe tous les jours parce qu’il y a toujours des moments o√Ļ je me dis: Mais comment elle fait ? Il y a des choses par rapport √† l’instinct du chien qui m’ont √©norm√©ment bluff√©. Par exemple, √† un moment, au tout d√©but, je n’√©tais pas encore au lyc√©e, j’√©tais en train de faire un contr√īle du CNED. J’avais pris du retard sur mon programme de la journ√©e et c’√©tait encore un moment o√Ļ j’√©tais tr√®s, tr√®s, tr√®s, tr√®s, tr√®s l’air de dire: Tu devrais v√©rifier l’heure, il faut y aller. Effectivement, il fallait y aller. Et √ßa, √ßa m’avait bluff√©, je m’en souviens encore. Apr√®s, il y avait aussi eu un moment, on √©tait arriv√©s √† la mer en vacances et il faisait noir, puisque c’est un peu loin. Et c’√©tait la nuit, on avait d√©cid√© de faire une balade sur la plage. Au final, mes parents, ils √©taient plus trop partants, donc ils sont repartis dans la voiture parce qu’ils faisaient trop froid. Et moi, je me suis dit: √áa fait 5 heures de voiture, c’est long quand m√™me. Et au final, on a commenc√© √† marcher un peu et Lala, elle ne voulait pas du tout y aller.

 

L.

Mais vraiment, elle ne voulait pas du tout. Elle a commenc√© √† m’attraper le manteau, elle tirait dans l’autre sens et au final, moi, j’ai dit: Si tu ne veux pas y aller, on ne dit pas pas. Le lendemain matin, mes parents m’ont dit: Tu sais, hier soir, il y a eu une temp√™te. Je pense que c’est pour √ßa que Nala ne voulait pas qu’on y aille.

 

E.

Et justement, tu nous parlais des lieux o√Ļ tu es all√©e. Je sais aussi que Nala t’a compagne beaucoup au Conservatoire, jusqu’√† sur sc√®ne, quand m√™me. Elle a le droit √† sa petite ovation aussi. Et puis, elle s’allume. Oui, c’est rigolo parce qu’√† la base, j’ai eu Nala par la Fondation de Gaillane.

 

L.

Je l’ai directement pris au Conservatoire. L’√©ducation, c’est venu d√®s le premier coup parce que pour moi, je voulais vraiment qu’elle vienne partout avec moi, donc directement, on y allait ensemble. Assez rapidement, j’ai d√Ľ faire une audition de guitare. C’√©tait une esp√®ce de petit spectacle entre parents. Chaque √©l√®ve jouait et on pouvait jouer nos morceaux. Comme c’√©tait assez r√©cent que j’avais Nala, que je ne savais pas comment elle allait r√©agir, que j’√©tais stress√©e et que c’√©tait quelque chose o√Ļ il avait vraiment besoin d’√™tre concentr√©. Je m’√©tais dit: Je pr√©f√®re que mon p√®re, il la garde dans le public. Mon prof de guitare, je me souviens, il m’a dit: Non, mais tu devrais essayer. On est en petit comit√©, ce serait bien et tout √ßa. Je lui ai dit: Non, non, je veux pas, moi. Au final, mon p√®re, il a pas pu assister √† ma prestation puisque Nala, d√®s que je me suis mise sur sc√®ne et qu’elle a √©t√© s√©par√©e de plus d’un m√®tre de distance de moi, elle s’est mise √† couiner, pleurer, elle ne voulait se coucher et mon p√®re, il n’a pas r√©ussi. Et du coup, il a √©t√© oblig√© de sortir.

 

L.

Et je me souviens de mon prof de guitare qui est venu me voir à la fin. Il a fait: Elle voulait venir avec toi, on aurait pu essayer. Et donc voilà.

 

E.

Et depuis, elle vient avec toi à tes pieds ?

 

L.

Depuis, elle vient tout le temps. Je me suis m√™me amus√©e √† lui apprendre le salut. √áa me fait rire. Je me souviens d’un spectacle que j’avais fait en d√©cembre. C’√©tait une tr√®s grande salle, c’√©tait impressionnant. Il devait y avoir 300 personnes √† peu pr√®s. C’√©tait la premi√®re partie d’un spectacle. On est arriv√©es avec Nala et je me suis assise sur la chaise. Nala √©tait debout encore. L√†, je n’ai m√™me pas eu besoin de lui dire de se coucher. Elle s’est couch√©e, mais √† la mani√®re d’un chien bien fatigu√©, elle s’est ramass√©e par terre, on a entendu boum.

 

E.

Et l√†, j’ai entendu les 350 personnes explos√©es de rire.

 

L.

C’√©tait tr√®s dr√īle. Je pense, √ßa m’a fait beaucoup rire.

 

E.

√áa a bien d√©tendu l’atmosph√®re pour tout le monde.

 

L.

Oui, on va dire ça comme ça.

 

E.

Et √† la fin, elle salue en m√™me temps que toi. C’est √ßa.

 

L.

Et les applaudissements, elle s’en fiche. Je sais que les gens posent beaucoup de questions, mais les applaudissements…

 

E.

Elle a l’habitude maintenant.

 

L.

Oui.

 

E.

Est-ce qu’il y a d’autres lieux un peu exceptionnels o√Ļ tu es all√©e avec Nala, o√Ļ tu n’aurais jamais √©t√© sans elle avant ?

 

L.

Moi, je dirais que Rien que la Fondation Fr√©d√©ric Gaillane, c’est un lieu exceptionnel o√Ļ je suis all√©e gr√Ęce √† Nala. C’est vraiment un lieu tr√®s chaleureux, on s’y sent bien. Les gens sont vraiment hyper attentionn√©s avec nous. Il y a plein de chiens partout, des amis. Et puis, le parcours d’essence, il est vraiment hyper chouette, c’est un lieu tr√®s agr√©able.

 

E.

J’ai eu l’occasion d’y mettre les pieds en octobre et j’y retournerai pour les JPO √† la rentr√©e. En tout cas, c’est vrai que √ßa fait partie des lieux o√Ļ, comme tu dis, on se sent un peu comme √† la maison, mais dans le sens pas on met les pieds de la table, mais on est dans une bonne ambiance et en tout cas, on se sent en confiance. Je me demandais, on arrive un petit peu vers la fin, on est sur des heures s√©ries, donc on fait plus court et je sais que toi comme moi, √ßa nous convient aussi. Est-ce que dans cette aventure avec Nala, tu as un pire et un meilleur moment √† nous confier en commen√ßant par le pire pour finir avec le meilleur ?

 

L.

Le pire moment ? Je sais qu’au d√©but, quand je l’ai eue, forc√©ment, comme on se connaissait pas trop, elle m’a fait des belles b√™tises, on va dire √ßa comme √ßa. Je me souviens d’un moment, on √©tait all√© chez le v√©t√©rinaire, je l’ai d√©tach√©e pour qu’elle puisse faire ses besoins avant. Elle a trouv√© par terre un truc √† manger. Et du coup, Elle l’a pris. Elle a vu que moi, j’allais aller venir lui enlever parce que c’√©tait quand m√™me assez gros. Je ne sais pas si c’√©tait un saucisson ou une baguette. Quand elle a vu que j’allais lui prendre, elle est partie en courant avec son truc √† manger. Et je me souviens qu’elle est all√©e sur une rue tr√®s, tr√®s passante, face √† un tr√®s gros boulevard √† Toulouse. Et les voitures se sont arr√™t√©es. On a entendu les coups de frein et tout. J’ai eu vraiment tr√®s peur ce jour-l√†. Au final, elle a fini son saucisson ou sa baguette devant les voitures. Je suis all√©e la chercher, elle est revenue comme une fleur. Je suis revenue, mais moi, je n’√©tais pas tr√®s contente.

 

E.

L√†, j’imagine quelle peur tu as d√Ľ avoir d’entendre tous les gens qui freinent et tout. Il est le meilleur, ou les meilleurs.

 

L.

Les meilleurs. C’est tout le temps rien que d’avoir Nala √† c√īt√© de moi. C’est un meilleur moment √† chaque fois.

 

E.

Elle est allong√©e √† c√īt√© de toi, l√† ?

 

L.

Elle est juste là.

 

E.

Les auditeurs ne la voient pas, mais elle est allong√©e de tout son long c√īt√© de toi. Donc l’avoir √† cause de toi, c’est un des meilleurs moments. Toujours un meilleur moment.

 

L.

C’est √ßa. Comme dit ma m√®re, quand il y en a l√†, c’est s√Ľr, √ßa va.

 

E.

C’est un bon slogan √† retenir, en tout cas. Et puis, elle a aussi d√Ľ beaucoup te rassurer quand les m√©diatisations que tu as faites ont d√Ľ √™tre un peu stressantes avec les cam√©ras pour certaines, etc. √áa s’est bien pass√© parce qu’elle √©tait l√† aussi, au final.

 

L.

Oui.

 

E.

Et tu as plein de projets encore. Je crois qu’on en a parl√© hier. Tu peux nous teaser, nous dire ce dont tu as le droit de parler. Je sais qu’il y a toujours un d√©lai dans la m√©diatisation. D√©j√†, on a parl√© de ce week-end, donc ce sera d√©j√† pass√©. Tu vas et tu √©tais √† la Whoof-Fest de Lyon. Tu as d’autres rendez-vous pour le printemps-√©t√© qui arrivent ?

 

L.

Il y a une interview de Wamis qui va sortir. Je ne sais pas de quand, mais qui va sortir. S√Ľrement avant aussi. Je sais aussi qu’on est invit√©s pour un autre petit podcast. Il y a s√Ľrement une interview avec un journal qui sensibilise sur le handicap en r√®gle g√©n√©rale. L√†, je ne vais pas dire le nom parce que c’est assez connu.

 

E.

C’est Je cr√©e. Je n’ai pas encore planifi√©. √áa t’apporte une petite activit√©, du coup, √† c√īt√© du Conservatoire des Cours, tu ne t’en souviens plus du tout, l√†, je crois.

 

L.

Non, plus du tout. Sinon, j’ai la BD qui continuent d’avancer parce que je fais une BD avec une illustratrice pour parler du quotidien avec un chien d’assistance. √áa va se pr√©senter sur la forme. On va faire tout ce qui est l’acquisition de Nala, donc le avant et apr√®s Nala qu’on mettra en parall√®le. Et aussi, on parlera un peu de l’√©ducation des chiens. Il y aura une partie plus sketch avec tout ce qu’on peut avoir comme remarque sur les fins d’assistance et le handicap invisible, mais avec humour, toujours.

 

E.

Comme sur ton compte, du coup.

 

L.

Voilà.

 

E.

C’est vrai que sur ton compte, les contenus sont tr√®s souvent vid√©os. C’est un contenu que tu aimes beaucoup, c’est √ßa ?

 

L.

Oui, le format de vid√©o, il est plus simple parce que je trouve que c’est plus interactif. C’est aussi mieux mis en avant par Instagram. Du coup, on en profite aussi par rapport √† √ßa.

 

E.

C’est cool en tout cas. Je vous invite vraiment √† aller suivre Nala et Higav√©in quand m√™me, puisque ce n’est pas encore Nala qui tape avec ses grosses pattes. Mais du coup, on suivra les aventures, donc c’est Instagram @unep√Ęteatypique. Et puis moi, je relaillerai de tes nouvelles r√©guli√®rement aussi pour ceux qui sont abonn√©s √† ma newsletter, dont le lien est sur ma page futurchenille. Fr. En tout cas, je suis √† fond sur ta page. Toujours, Je suis toutes tes actus. Je sais que je ne suis pas la seule, vu qu’on est 12 500 followers √† le faire. Je pense qu’on a encore beaucoup de choses √† d√©couvrir sur toi, sur ton aventure. Et on te souhaite en tout cas les plus belles aventures avec Nala. Mais elles ont d√©j√† bien commenc√©. Et cette sensibilisation, comme tu le disais, √† l’autisme, √† la diff√©rence, √† la st√©r√©otypie, sur ce que tu fais avec vraiment beaucoup de… C’est joli, c’est beau, c’est avec de l’humour. C’est √ßa que je voulais te dire. Et puis, j’ai h√Ęte de voir tes prochaines actues et un jour de tenir ta BD dans mes mains.

 

L.

Oui, j’esp√®re aussi.

 

E.

Merci beaucoup. En tout cas, Li√©valine, fais une grosse caresse, un gros c√Ęlin √† Nala qui est √† c√īt√© de toi. Et puis, on aura le plaisir de se croiser, j’esp√®re, √† la journ√©e Porte Ouverte pour les 10 ans de la fondation. En tout cas, je compte bien y aller.

 

L.

Et nous aussi, on y sera.

 

E.

Super. On se donne rendez-vous le dernier week-end de septembre. Sorgue, en m√™me temps que je serai la veille √† Lyon. Mais ne vous inqui√©tez pas, je m’organiserai. √Ä tr√®s bient√īt.

 

L.

Merci beaucoup pour l’√©change.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *