Justine et Naya – Un chien guide libérateur dans la ville rose

Dans cet épisode, je vous présente Justine qui est accompagnée au quotidien par Naya, sa chienne guide de l’école de Toulouse. Malvoyante de naissance, Justine perd une grande partie de sa vision à l’adolescence, et s’équipe d’une canne blanche pour sa sécurité à son arrivée dans la ville rose, mais comment se diriger dans une ville en mouvement permanent ? Justine nous raconte sa première rencontre avec Naya, et revient aussi sur le débat de l’individualisation de l’Allocation Adulte Handicapé souhaitant s’installer avec son copain au risque de devenir dépendante de lui financièrement.

Retrouvez ci-dessous une retranscription raccourcie et illustrée de l’épisode :

Pour commencer, est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Justine, j’ai 22 ans et je suis étudiante en musicologie à Toulouse. Je suis actuellement en année de césure dans un théâtre où je m’occupe de la programmation, et je suis accompagnée depuis quelques années par Naya, ma chienne guide.

Justement, est-ce que tu peux nous raconter comment et quand les chiens guides d’aveugles sont entrés dans ta vie ?

Je suis malvoyante de naissance, j’ai perdu une grande partie de ma vision après des complications lors d’une opération qui aurait dû améliorer ma vision à l’adolescence… Lors de mon arrivée à Toulouse pour mes études supérieures, j’ai dû m’équiper d’une canne blanche que j’ai très mal vécu, pour me mettre en sécurité dans cette ville que je connaissais peu. Au sujet des chiens guides d’aveugles, étant malvoyante je n’avais du tout en tête que je pouvais en demander un, pensant que c’était réservé aux aveugles.

Au centre où j’apprenais le braille, j’ai eu un échange avec un des maîtres chiens guides qui m’a donné les coordonnées de l’école de Toulouse en juin 2018. J’ai contacté l’école qui a débouché sur un premier rendez-vous avec moi-même et mes proches. Dès août 2018, j’ai fait un premier essai avec deux futurs chiens guides afin de savoir si la démarche qui me convenait en théorie, me correspondait aussi en pratique : Mango en fin d’éducation mais marchait trop vite, et Naya en tout début de son éducation qui m’a totalement fait craquer.

Entre septembre et décembre 2018, j’ai dû prendre quelques cours de locomotion pour sécuriser mes déplacements. Puis en janvier 2019, j’ai rencontré deux futurs chiens guides dans l’optique d’une remise, parmi lesquels j’espérais secrètement qu’il y ait Naya, ce qui a été le cas en effet !

Je l’ai choisie comme une évidence et elle m’a donc été remise en mars 2019. Suite à cette remise, je me suis investie dans l’association et j’ai fait beaucoup d’actions de sensibilisation pour remercier toutes les personnes qui m’ont permis d’avoir Naya !

J’ai vu récemment que tu avais parlé de l’Allocation Adultes Handicapés, est-ce que tu pourrais nous en dire plus ?

En effet, quand on est une personne handicapée évaluée à plus de 80% d’invalidité, on peut prétendre à l’Allocation Adulte Handicapée (AAH) qui s’élève à 900€/mois pour compenser le fait qu’on ne peut pas travailler ou trouver un emploi stable et rémunérateur. Mais si la personne handicapée vit en couple, son allocation va baisser en fonction du salaire de son conjoint, et c’est profondément injuste ! Je souhaite aujourd’hui m’installer avec mon compagnon, mais cela suppose que mon allocation soit réduite à 220€/mois du fait du salaire de mon conjoint, et donc que je devienne dépendante de lui financièrement.

Je vous invite d’ailleurs à écouter la chronique de 3 minutes de Nicole Ferroni à ce sujet, ou encore la chronique plus récente de 5 minutes de Guillaume Meurice, mais aussi à aller signer la pétition sur le site du Sénat

Pour finir, quelle est ta plus grosse honte avec Naya ?

J’ai eu du mal à trouver, mais en mars 2019, une des premières fois où j’allais à la fac avec elle, Naya a ronflé de manière très forte pendant un moment de silence dans un cours.

Et pour contrebalancer, ton plus grand moment de fierté avec Naya ?

Cela aurait dû arriver en 2020 avec mon année d’échange universitaire en Irlande avec Naya, mais au final ça reste le premier grand voyage que j’ai fait à Paris et dans les Vosges avec Naya, en toute autonomie.

Merci à Justine pour tous ces échanges riches et passionnants, j’en ai encore appris beaucoup ! On vous souhaite le meilleur avec Naya, même si c’est bien parti, et à bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s