Arthur et Loya – Mon chien guide comme déclic pour se battre

Dans cet épisode, je vous présente Arthur qui est accompagné au quotidien par Loya, sa chienne guide de l’école de Paris. Progressivement malvoyant dès l’adolescence, Arthur découvre à l’arrivée de Loya tous les effets positifs sur sa vie, et subit aussi son premier refus d’accès. Mais comment défendre ses droits et surtout ceux de sa chienne guide ? Arthur nous raconte comment cet événement a fait naître en lui pour Loya une revendication combative et l’a fait basculer dans la défense des personnes handicapées dans un monde qui peine à s’adapter à la diversité.

Retrouvez ci-dessous une retranscription synthétique et illustrée de l’épisode :

Pour commencer, est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Arthur, j’ai 28 ans, je vis à Lille depuis 8 ans et je suis cofondateur de l’association Handi-Voice depuis mai 2019, afin de représenter et défendre les personnes en situation de handicap, notamment au Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH). J’étais avant dans l’audiovisuel depuis mes 17 ans et j’ai basculé dans ce milieu de représentation du handicap il y a quelques années seulement.

Dans tout ça, comment les chiens guides d’aveugles sont arrivés dans ta vie ?

Après avoir appris que j’étais malvoyant à mes 13 ans, lors du diagnostic de la maladie de Stargardt, mes parents n’ont pas refusé d’avoir un chien de compagnie que je demandais et Spicy a rejoint donc la famille à mon adolescence. Après le décès de Spicy en mai 2016, j’ai tout de suite su que j’allais de nouveau prendre un chien, et je me suis orienté vers les chiens guides pour joindre l’utile à l’agréable.

J’ai eu de nombreux échanges avec l’école de chiens guides de Paris et déposé mon dossier en septembre 2016 en me disant qu’il serait plus facile pour un chien guide de Paris de s’adapter à Lille qu’inversement. C’est suite à ma demande de chien guide que j’ai été initié aux déplacements à la canne, avant je m’adaptais en comptant plutôt sur le fait que les autres personnes m’évitent…

Fin septembre 2017, j’ai rencontré Loya, une bergère allemande de 2 ans et demi, pour la première fois. C’est le seul chien qui m’ait été présenté car mon profil était assez atypique (dynamique, constamment entre Paris et Lille, etc.). Ça a tout de suite matché et nous avons commencé l’aventure ensemble, et fait encore plus de choses que je faisais, et notamment des voyages ! 

On a d’ailleurs été un peu médiatisé fin septembre 2018 lorsqu’on a subi un refus d’accès à Monoprix à Marseille. Cela aurait pu être une toute autre enseigne, mais le gérant de ce magasin a souhaité mettre Loya dehors, j’ai tenté d’expliquer les choses calmement, et mon ami a eu le réflexe de filmer la deuxième partie de notre échange qui était plus violente… Suite à ce refus, j’ai fait d’autres communications même si cette première image a fait beaucoup de bruits. J’ai notamment pu participer fin septembre 2019 à une conférence Tedx à Vincennes afin de véhiculer d’autres messages, sur la malvoyance, sur ce que je suis capable de faire et ce que Loya me permet de faire aussi. C’était génial de pouvoir passer ces messages.

D’ailleurs, on n’a pas parlé du lien entre nous, mais j’ai croisé Loya en mode Pop’art !

Oui, en effet son éducateur Thibault avait défendu la race berger allemand avec Loya comme effigie lors d’une bataille aux couleurs des différentes races au sein de l’école des chiens guides de Paris. De nombreux visuels avaient été créés pour parler de la cause des chiens guides à cette occasion, et Loya avait été adaptée en Pop’art pour la Team Loya !

Est-ce que tu as quelque chose que tu as appris ou découvert avec les chiens guides ?

Grâce à mon chien guide, je suis devenu visible et surtout remarquable. Les gens ont une autre approche du handicap, et mon regard sur moi-même aussi à changer, plus positif sur mon handicap que j’ai pu accepter. Avec Loya j’ai compris que je pouvais me battre pour elle, puis aussi pour moi et pour toutes les causes, ce qu’on continue de faire ensemble désormais.

Pour finir avec plus de légèreté, quelle est ta plus grosse honte avec Loya ?

C’était dans un parc à côté de chez moi, avec un espace de jeu pour les enfants, une maman m’a indiqué que c’était interdit aux chiens. Je lui ai expliqué que les chiens guides étaient bien éduqués, qu’ils faisaient leurs besoins aux caniveaux etc. Et Loya était en train de faire pipi en plein milieu de l’aire de jeu !

Et pour contrebalancer, ton plus grand moment de fierté avec Loya ?

Il y en a tellement ! Je suis super fière d’elle puisqu’elle m’a permis de m’accepter et de m’affirmer suite à notre déconvenue au Monoprix. Je l’ai fait pour elle, puis pour moi, et on a continué à le faire ensemble.

Merci beaucoup à Arthur pour cet échange enrichissant et cette belle leçon de vie ! Bonne continuation avec Loya et au plaisir de se croiser bientôt pour une belle détente sur Lille ou Paris !

2 réflexions sur “Arthur et Loya – Mon chien guide comme déclic pour se battre

  1. Ping : Thibaut – Éducateur de chiens guides, un travail collectif – Futur Chien Guide

  2. Ping : Keren et Miami – Un chien guide pour un esprit libéré – Futur Chien Guide

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s