Courir un canicross avec un chien guide et son maitre

Alors que la Wamiz Run 2021 devait se tenir aujourd’hui, j’ai envie de vous partager l’expérience extraordinaire que j’ai pu vivre dans le prolongement de mon engagement en tant que famille relais pour l’école des chiens guides de Paris, et les grandes responsabilités que j’ai prises sans même m’en rendre compte. À plusieurs reprises en entraînements, puis deux années de suite à l’occasion de la Wamiz Run, j’ai couru en trio avec Francis et sa chienne guide Mandise de l’école de Paris, aussi appelée Moon pour les intimes.

Pourquoi courir un canicross à trois ?

La première question est souvent « mais pourquoi est-ce que tu cours avec eux ? » Derrière cette question se cachent deux principaux oublis : soit le fait que Francis est déficient visuel, soit le fait que sa chienne guide ne puisse pas le guider en courant.

Pour la première raison, avec ou sans chien, les déficients visuels peuvent avoir besoin d’un guide pour être en sécurité pendant leur séance de running, on a alors un binôme coureur / guide.

Pour la seconde raison, même avec un chien guide, il peut être difficile d’être en sécurité car le harnais de guidage du chien n’est pas compatible avec le running où le chien a besoin d’avoir un harnais lui dégageant les épaules pour ne pas l’entraver dans ses foulées. Je vous renvoie d’ailleurs sur l’article d’Andrea de RunWithUrDog sur les harnais de canicross si ça vous intéresse.

Ainsi, le chien est en traction devant et relié à son maitre par une longe élastique qui ne permet pas le guidage et la mise en sécurité pour le maitre la plupart du temps.

Quelle que soit la raison, cela varie aussi d’une personne à l’autre, en fonction de sa vision ou de ses habitudes, certains déficients vont tout à fait être capable d’être en sécurité (avec ou sans chien) pendant leur séance de running, mais d’autres préfèrent voire ont besoin d’être accompagnés pour être en sécurité, et cela reste un choix personnel.

Courir d’abord à deux, côte à côte

Pour ma part, j’ai fait la rencontre de Francis qui est guidé au quotidien par sa chienne guide Mandise des chiens guides de Paris suite à un message début 2018 sur un groupe Facebook indiquant qu’il était partant pour courir la Wamiz Run avec Mandise, mais cherchait un guide pour l’accompagner. Étant coureuse de mon côté, mais n’ayant pas de chien avec qui m’entrainer au quotidien du fait de mon rôle de famille relais, j’ai tout de suite répondu présente.

Avant de courir à trois, nous avons fait avec Francis une première séance à deux au Jardin des Plantes. Il m’a rapidement expliqué la théorie du guidage qui se fait à l’aide d’un lien (un lacet en boucle par exemple, ou le collier de Moon ensuite) que nous tenons tous les deux tendus en restant côte à côte. Grâce à ce lien, nous sommes connectés l’un à l’autre, et pour le guider, pour l’attirer de mon côté je tire sur ce lien, et pour le décaler de son côté je laisse du mou sur le lien, voire le pousse un peu.

Nous nous sommes ainsi lancés, et dès les premiers mètres j’ai pris la mesure des responsabilités dont, je dois l’avouer, j’étais loin de me douter. J’ai surtout pris conscience de beaucoup de choses que nous analysions par la vue, et dont Francis comme d’autres sont privés : les dénivelés même faibles, les affleurements de bouches d’égout ou autres, les creux de flaques d’eau (vides ou pleines !), la trajectoire des individus autour de nous que ce soit à pied, en poussette, en draisienne etc…

Au-delà de mes capacités à courir, mes sens sont dans ces moments de guidage mis à l’épreuve pour deux, avec la responsabilité d’un homme plus grand et plus costaud que moi ! Mais une fois cette prise de conscience faite, j’ai mis toute ma concentration à guider dans la vitesse mais en douceur, anticipant les creux, les bosses, en passant moi-même dessus car je pouvais les voir, slalomant doucement entre les familles, les autres coureurs à contre-sens, etc. A la fin de cette première séance, nous avions trouvé notre rythme, que ce soit au niveau de la course ou du guidage, Mandise serait de la partie pour la prochaine séance !

Prendre et garder le rythme à trois

Après ce premier entraînement à deux, Francis est venu avec Mandise, sa chienne guide de l’école de Paris, aussi appelée Moon pour les intimes. Au harnais de guidage, nous nous sommes rendus toujours au Jardin des Plantes, puis lui avons passé son harnais de canicross, alors que Francis installait sa ceinture de canicross et la longe élastique. 

Le premier tour à trois a permis à chacun de prendre ses marques : Moon d’abord de comprendre ce qui se tramait et progressivement de prendre la tête de notre trio, Francis de gérer la tension du chien (que j’essayais d’ajuster dans les premiers tours, encore quelque chose que nous analysons par la vue !), et moi-même comprenant les mouvements et positionnements de chacun de nous afin de nous guider sans accro parmi les autres occupants du jardin.

Nous nous sommes ainsi entraînés quelques fois de cette même manière au Jardin des Plantes en 2018, avant de participer enfin à notre premier canicross que nous visions depuis le départ, à l’occasion de la Wamiz Run le 28 mars 2018. C’était d’autant plus symbolique puisque les bénéfices de ce canicross, et de la canimarche associée sont versés à l’école des chiens guides de Paris.

Nous avons donc parcouru presque 7 km en courant en trio, et j’avoue que ma concentration a de nouveau été mise à l’épreuve puisque le terrain n’était pas toujours très stable ou très dégagé, que ce soit au sol ou en hauteur dans les passages en forêt ! Une composante supplémentaire a aussi été la présence d’autres chiens et leurs interactions avec Moon, puisqu’au Jardin des Plantes elle était au contraire le seul chien en tant que chien guide d’aveugle. Mais quelle fierté de passer la ligne d’arrivée à 3 pour la première fois cette année-là, et quelle aventure humaine que d’avoir pu y participer !

Et on ne change pas une équipe qui gagne, nous avons réitéré l’expérience pour la Wamiz Run 2019 avec quelques entraînements toujours au Jardin des Plantes, puis un départ avec l’ensemble des bénévoles et équipes des chiens guides Paris, et enfin un passage de la ligne d’arrivée à trois le 31 mars 2019. 

Malheureusement la Wamiz Run a dû être annulée en plein confinement en 2020, et cette année aussi en 2021… mais je ne désespère pas de la courir l’an prochain, avec Francis ou un.e autre maître.sse et leur chien guide de Paris, affaire à suivre 😉

2 réflexions sur “Courir un canicross avec un chien guide et son maitre

  1. Ping : Timothée et Japlou – Un chien guide pour courir plus loin – Futur Chien Guide

  2. Ping : Romain et Osha – Un coup de foudre immédiat – Futur Chien Guide

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s