🩼27 – Marion – Instructrice de locomotion pour prĂ©parer au chien guide

Dans cet Ă©pisode, je vous prĂ©sente je vous prĂ©sente Marion, qui est instructrice de locomotion Ă  l’école des chiens guides du Nord Ă  Lille. C’est en souhaitant revenir dans son nord natal que Marion, alors Ă©ducatrice spĂ©cialisĂ©e, dĂ©couvre l’opportunitĂ© de devenir instructeur de locomotion au sein de l’école de chiens guides du Nord. Mais quelle formation lui permet de se rĂ©orienter ? Et quelle place tient ce mĂ©tier dans le parcours vers l’obtention d’un chien guide ? De ses premiers pas toute jeune formĂ©e Ă  aujourd’hui, Marion revient pour nous sur les principaux moments oĂč elle intervient auprĂšs des personnes dĂ©ficientes visuelles ayant fait une demande de chien guide. Elle nous explique aussi comment elle travaille au quotidien en lien notamment avec ses collĂšgues Ă©ducateurs de chiens guides, afin de faire matcher tout de suite les binĂŽmes maĂźtres et chiens.

Retrouvez ci-dessous une retranscription synthétique avec pleins de photos :

Est-ce que tu peux te présenter rapidement ?

Je m’appelle Marion, j’ai 34 ans, et je suis instructrice de locomotion Ă  l’école des chiens guides du Nord depuis maintenant 5 ans.

Peux-tu nous dire comment tu t’es orientĂ©e vers ce mĂ©tier ?

A l’origine, je suis Ă©ducatrice spĂ©cialisĂ©e depuis 2009 et je travaillais en centre de rĂ©Ă©ducation sociale en rĂ©gion parisienne. C’est lors de mon retour dans le Nord que j’ai Ă©tĂ© un peu bloquĂ©e professionnellement, et je connaissais les chiens guides via ma grande sƓur qui est Ă©ducatrice de chiens guides depuis plus de 10 ans, et instructrice de locomotion depuis 7 ans, mĂ©tier que je ne connaissais pas du tout.

Un poste d’instructeur de locomotion Ă©tait ouvert Ă  l’école des chiens guides du Nord Ă  Lille, pour lequel j’ai Ă©tĂ© prise, avant d’ĂȘtre envoyĂ© en formation pour apprendre ce mĂ©tier Ă  Paris. La formation se dĂ©roule pendant 8 mois auprĂšs de la FĂ©dĂ©ration des Aveugles et des Amblyopes de France, et c’est bien souvent l’employeur qui envoie son salariĂ© en formation.

La formation est accessible aux personnes dĂ©tentrices de certains diplĂŽmes (Ă©ducateur spĂ©cialisĂ©, infirmier, psychomotricien, ergothĂ©rapeute et STAPS). On apprend la locomotion avec les techniques qui vont permettre grĂące aux autres sens que la vue, d’apprĂ©hender son environnement, de l’analyser, de le comprendre et de le maĂźtriser. Ce mĂ©tier peut aussi s’exercer dans des structures pour enfants (IJA), ou en centre de rĂ©adaptation pour adultes.

En tant qu’instructrice de locomotion, mon rĂŽle et mon travail au quotidien vont ĂȘtre d’apprendre aux personnes dĂ©ficientes visuelles qui arrivent Ă  l’école et qui vont vers le projet chien guide, Ă  ĂȘtre autonomes dans leurs dĂ©placements. Le chien guide est en effet un “outil” d’aide au dĂ©placement, mais ce n’est pas lui qui gĂšre. La plupart du temps, on va passer par la canne blanche qui va ĂȘtre le premier outil d’aide de dĂ©tection, en partant d’apprendre Ă  marcher droit sur un trottoir, se repĂ©rer et s’orienter dans l’espace, savoir se positionner Ă  un carrefour et l’analyser pour le traverser en prenant des repĂšres. On utilise souvent une plaque aimantĂ©e sur laquelle on schĂ©matise l’environnement pour le toucher.

On utilise beaucoup l’ouĂŻe, il y a Ă©normĂ©ment d’informations auditives dans l’environnement,  rien que la circulation et le bruit des voitures sont sources d’informations. On travaille aussi sur le podotactile avec les sensations sous les pieds, le sens des masses avec la perception des pleins et des vides, le sens kinesthĂ©sique avec les sensations du corps dans le mouvement, les dĂ©nivelĂ©s au niveau du sol, etc. Tous ces sens vont permettre de comprendre l’environnement, de se crĂ©er la reprĂ©sentation mais aussi de crĂ©er des repĂšres.

A la suite du dĂ©pĂŽt de leur dossier pour demander un chien guide d’aveugle, les personnes viennent en stage d’accueil/dĂ©couverte ce qui leur permet de rencontrer tous les acteurs de l’école (Ă©ducateur de chiens guides d’aveugle, psychologue et un instructeur de locomotion). C’est Ă  cette occasion que j’interviens pour un premier bilan afin de dĂ©tecter leurs difficultĂ©s et leurs besoins en termes de dĂ©placement sur un petit parcours en ville. Certaines personnes ont dĂ©jĂ  eu des sĂ©ances de locomotion dans d’autres structures, et ça me permet d’évaluer si on peut les accompagner vers le chien guide, et si c’est toujours leur objectif.

A partir de ce premier bilan, je vais pouvoir dĂ©buter mon accompagnement sur des pĂ©riodes plus ou moins longues selon leurs besoins, d’une journĂ©e Ă  quinze jours. On va apprendre les techniques de locomotion dans un lieu inconnu avant de les transposer dans leur lieu de vie pour prendre des repĂšres et comprendre l’environnement.

J’interviens Ă  nouveau peu de temps avant la remise du chien guide, pour travailler la transition entre le dĂ©placement Ă  la canne blanche, et celui avec le chien guide d’aveugle. Les repĂšres et le type de fonctionnement ne sont pas tout Ă  fait pareil, on s’adapte donc. Je peux aussi intervenir sur l’acquisition de nouveaux trajets, en binĂŽme avec les Ă©ducateurs.

Dans le cadre de mon mĂ©tier, je fais aussi un peu d’administratifs en rĂ©digeant les bilans et suivis pour que mes collĂšgues puissent ĂȘtre au courant des avancĂ©es, on travaille aussi en Ă©quipe avec les Ă©ducateurs pour faire matcher les bonnes personnes aux bons chiens. J’ai aussi toute une mission de sensibilisation que j’apprĂ©cie auprĂšs d’un public plus mĂ©dical, mais aussi auprĂšs des communautĂ©s de communes pour amĂ©liorer l’accessibilitĂ© de tous.

Par rapport Ă  mon mĂ©tier prĂ©cĂ©dent d’éducatrice spĂ©cialisĂ©e, il y a forcĂ©ment des aspects dont je me sers aujourd’hui, comme l’écoute, l’empathie mais aussi l’accompagnement de la personne autour de mes missions et objectifs. Je reste Ă©ducatrice spĂ©cialisĂ©e dans l’ñme.

D’ailleurs, est-ce qu’il y a quelque chose que tu as appris ou dĂ©couvert avec les chiens guides ?

Tout simplement j’y ai appris mon mĂ©tier, et j’ai dĂ©couvert le monde de la dĂ©ficience visuelle et du chien guide. Ma sƓur travaille ici depuis bien plus longtemps que moi, je connaissais globalement par nos Ă©changes ou les portes ouvertes auxquelles j’ai assistĂ©. Mais je me suis rendue compte de l’aspect technique, de toutes les capacitĂ©s possibles pour repousser les limites, ça a Ă©tĂ© une grande dĂ©couverte dĂšs ma formation d’instructeur en locomotion.

As-tu fait une rencontre exceptionnelle grĂące aux chiens guides ?

J’ai pas une personne spĂ©cifiquement, mais plutĂŽt des personnes dĂ©ficientes visuelles avec une force de rebond impressionnante, notamment quand ils ont perdu la vue d’un coup.

Pour finir, quel est ton pire et ton meilleur moment avec les chiens guides ?

Les moments que j’affectionne beaucoup sont les fins de remise, et les remises officielles oĂč la personne peut s’exprimer sur son parcours, et nous aussi on peut dire quelques mots Ă  cette occasion. 

Merci beaucoup Ă  Marion qui m’a dĂ©voilĂ© en toute simplicitĂ© les dessous de son mĂ©tier des plus mĂ©connus au sein du mouvement chien guide ! Et merci encore Ă  l’Ă©quipe de l’école du Nord pour son accueil chaleureux !

Une réflexion sur “🩼27 – Marion – Instructrice de locomotion pour prĂ©parer au chien guide

  1. Ping : BĂ©rĂ©nice et Opium – Avoir un chien guide dĂšs le collĂšge – Futur Chien Guide

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s