Aujourd’hui, je vous présente Élodie et vous emmène au centre de la France, mais aussi au centre du réseau d’élevage des chiens guides d’aveugles, puisqu’elle est famille d’élevage d’Opale pour le CESECAH. Élodie a toujours su qu’ils prendraient un chien avec son conjoint, et connaissant déjà le CESECAH, cœur du réseau d’élevage de la Fédération Française des Associations de Chiens Guides, devenir famille d’élevage était une évidence. Mais quel est le rôle et les missions d’une famille d’élevage pour le CESECAH ? Et comment s’organise son quotidien ? De l’arrivée d’Opale à ses deux mois à aujourd’hui, en passant par ses deux portées aux tailles extrêmes, Élodie revient pour nous sur toute son aventure en tant que famille d’élevage. Elle nous explique aussi l’organisation de son rôle de famille d’élevage au rythme des portées d’Opale, mais aussi tout le suivi assidu qu’elle fait du devenir des petits futurs chiens guides.

Retrouvez la transcription intĂ©grale en fin de page.  

Est-ce que tu peux te présenter rapidement ?

Je m’appelle Élodie, j’ai 33 ans et je suis infirmière au CHU de Clermont-Ferrand, et je suis famille d’élevage depuis 2018 de Opale, une belle bergère allemande.

Comment as-tu dĂ©couvert les chiens guides d’aveugles ? 

Alors je ne connaissais pas, c’est que mon conjoint qui a un ami dont sa femme travaille au CESECAH. On a toujours su depuis qu’on est ensemble qu’on prendrait un chien un jour, et j’ai trouvé que la symbolique du chien guide était quelque chose de tellement belle, c’était un peu une évidence de prendre un chien du CESECAH. Dès qu’on a eu notre maison, on a été au CESECAH pour leur demander de faire un dossier, on peut donner des préférences de race (entre labrador, golden retriever ou berger allemand). Sans avoir de préférence, on a su que Jelly, une bergère allemande, allait avoir des petits début 2018 dont nous aurions une femelle.

Jelly est d’ailleurs la maman de Nox des chiens guides de Paris, que j’avais eu en relais et avec qui j’ai passé mes premières vacances en bonne compagnie

On a pu suivre la fin de gestation de Jelly, jusqu’à sa mise-bas le 6 fĂ©vrier 2018 de 5 petits : 3 mâles et 2 femelles dont Opale. Au final, trois de ses frères et sĹ“urs sont chiens guides aujourd’hui, et un a Ă©tĂ© rĂ©formĂ©s pour un problème de dysplasie au niveau de ses coudes. C’est une fiertĂ© de savoir que ses frères et sĹ“urs Ă©taient guides, qu’ils avaient rĂ©ussi leur certificat.

En avril 2018, Opale est arrivĂ©e chez nous Ă  l’âge de 2 mois, au moment oĂą ses frères et sĹ“urs sont partis dans les autres Ă©coles qui viennent les rĂ©cupĂ©rer. Notre rĂ´le de famille d’élevage est de lui donner une bonne Ă©ducation, et Opale est repartie une semaine par mois au centre pour s’habituer, et suivre son Ă©ducation (la marche en laisse, le stop assis, le rappel, les escalators, etc), et un samedi par mois de cours collectif qui reste très enrichissant, on se sent moins seuls ! D’ailleurs on possède un dossard bleu de « maman de chien guide Â» pour les emmener partout.

Corinne de l’épisode 7 nous avait raconté son rôle est famille d’élevage pour l’école de Paris qui est un peu différent puisque Malice était au départ chez eux en tant que futur chien guide.

L’arrivĂ©e d’Opale a Ă©tĂ© un peu un grand chamboulement, car Opale a un caractère assez tĂŞtu ! On a serrĂ© un peu la vis et ça a fonctionnĂ©, mais le plus dur au dĂ©but Ă©tait les nuits dans la varicanel oĂą Opale hurlait toute la nuit. Un jour on a tentĂ© de la mettre dans une cage ouverte Ă  360°, et ça a Ă©tĂ© beaucoup mieux et nous a changĂ© la vie, sans pour autant la laisser libre.

Avant de rentrer dans le circuit de reproductrice, il y a plein d’examens, au niveau médical (tares oculaires, dysplasie des hanches et des coudes, etc) mais aussi un test de comportement pour voir leur réaction aux parapluies, aux ventilateurs, aux congénères etc. Ce test filmé, leur permet de voir le profil de la future maman (ou du futur papa) pour faire les associations en contrebalançant les petits points négatifs de l’un avec les points positifs de l’autre.

Le test d’Opale courant 2019

Une fois le test passĂ©, il y a un suivi des chaleurs qui est fait par le CESECAH : quand elle est en chaleur, elle retourne au centre le temps de ses chaleurs. Ensuite c’est eux qui choisissent sur quelle chaleur elle va ĂŞtre mise Ă  la reproduction, souvent c’est insĂ©mination dès les premières chaleurs après avoir passĂ© les examens (s’il n’y a pas trop de chiennes dĂ©jĂ  gestantes). Du cĂ´tĂ© d’Opale, elle a passĂ© tous les tests courant 2019, et a eu ses premières chaleurs « de reproduction Â» en fĂ©vrier 2020 oĂą elle a Ă©tĂ© insĂ©minĂ©e avant de revenir Ă  la maison. Ensuite il y a une Ă©chographie de contrĂ´le Ă  un mois, pour vĂ©rifier qu’elle est bien gestante, et Ă©valuer le nombre de petits : Opale Ă©tait bien gestante et entre 10 et 11 petits Ă©taient visibles sans ĂŞtre sĂ»r. Elle retourne enfin au centre une semaine avant la mise-bas, c’est le CESECAH qui gère le cĂ´tĂ© mise-bas et les 2 mois avec les petits. Opale a eu 14 petits entre le 30 mars et le 1er avril 2020. D’ailleurs quand le CESECAH l’a annoncĂ© sur sa page Facebook, certains ont cru que c’était un poisson d’avril avec autant de petits, c’est en effet un record pour une insĂ©mination congelĂ©e. Quand ils ont des grosses portĂ©es, ils essaient de faire adopter quelques chiots Ă  une autre chienne qui aurait mis bas rĂ©cemment, c’est ce qu’ils ont fait pour 3 petits d’Opale avec une petite golden retriever qui avait eu 9 petits, pour avoir deux portĂ©es de 11 chiots au final.

Sur les 14 petits, le CESECAH a gardĂ© une chienne pour la reproduction qui a dĂ©jĂ  fait sa première portĂ©e, un mâle est parti Ă  Handi’Chiens, un autre en Espagne (pour contribuer aux Ă©changes entre centres d’élevage), une chienne gestante est partie rĂ©cemment aux Etats-Unis pour ĂŞtre reproductrice lĂ -bas, et les autres sont partis partout en France dans les Ă©coles de chiens guides, certains ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© remis comme du cĂ´tĂ© de Paris avec Raven et Rykka. C’est une vraie fiertĂ© pour nous sa famille d’accueil, de savoir que ses petits guident dĂ©sormais !

Opale a fait une deuxième portée en 2021, elle avait 3 petits visibles à l’écho mais seulement 1 est né vivant et par césarienne, car un des autres petits mort-nés obstruait la sortie… Ce seul petit a été confié et adopté par une autre chienne qui n’en avait fait que 4, elle n’a pas connu son petit et ça a été assez dur les deux semaines avec une petite dépression, mais tout va mieux.

Avec des chaleurs tous les 5 mois, Opale a une chaleur « de repos Â» alternĂ©e avec une chaleur « de reproduction Â», sauf la dernière que le CESECAH a sautĂ© car il y avait dĂ©jĂ  beaucoup de chiennes qui avaient Ă©tĂ© insĂ©minĂ©es dans la mĂŞme pĂ©riode. Elle devrait refaire des petits en fin d’annĂ©e sur sa prochaine chaleur de septembre a priori. En totalitĂ©, les chiennes font 4 Ă  5 portĂ©es par chienne, mĂŞme si ça dĂ©pend beaucoup de comment se sont passĂ©s les mises-bas etc. Après elles sont rĂ©formĂ©es, le CESECAH les stĂ©rilise, puis elles appartiennent Ă  leurs familles. Ce qui est pratique en tant que famille d’élevage pour le CESECAH, c’est qu’on a un bon suivi Ă©ducatif, le centre s’occupe du mĂ©dical (radio, examen, puces/tiques, vaccination…), de l’alimentation et tout le post-partum aussi est pris en charge au cas oĂą il arrive quelque chose. Par contre, en cas d’accident domestique, ce n’est pas dans le contrat et c’est Ă  notre charge.

Ce qui est assez magique, c’est que nous avons Ă©tĂ© enceintes avec Opale ! Elle Ă©tait avec nous pour la fin de grossesse et a pu voir notre petite grandir, et aussi nous revenir Ă  la maison Ă  trois. Opale a dĂ©barbouillĂ©e notre petite Juliette dans son cosy Ă  son arrivĂ©e Ă  la maison. Elles ont une grande complicitĂ©, d’autant plus qu’elle Ă©tait dĂ©jĂ  très fusionnelle avec moi.

D’ailleurs, est-ce qu’il y a quelque chose que tu as découvert avec les chiens guides ?

C’est une grande famille, la famille des chiens guides !

Est-ce qu’il y a des inconvĂ©nients ou au contraire des avantages, et Ă©ventuellement les Ă©lĂ©ments Ă  prendre en compte si on souhaite ĂŞtre famille d’élevage pour le CESECAH ?

Le seul inconvĂ©nient est quand il faut laisser Opale au centre pendant ses chaleurs, ou pour ses portĂ©es. L’avantage est le suivi pour l’éducation, et la plus belle rĂ©compense est que ses petits soient chiens guides !

Est-ce que tu as Ă©tĂ© bluffĂ©e par Opale ?

Alors c’est plus les autres qui sont bluffés par l’éducation d’Opale, notamment quand on laisse passer des congénères en balade, en demandant à Opale de s’asseoir et attendre.

As-tu fait une rencontre exceptionnelle grâce aux chiens guides ?

Le personnel du CESECAH, on a une copine qui y travaille, mais j’ai rencontré plein d’autres personnes avec qui on est en contact, on se voit souvent, toutes les personnes qui y travaillent.

Pour finir, quel est ton pire et ton meilleur moment avec les chiens guides ?

Le meilleur moment c’est sa première portĂ©e, ses 14 bĂ©bĂ©s ! Et la galère les nuits en varicanel, mais aussi le premier Ă©tĂ© oĂą on l’a eu et qu’elle avait Ă©tĂ© malade pendant notre absence du fait de trop grosses chaleurs, elle avait repeint la maison… On Ă©tait tellement mal pour elle !

Merci à Élodie de nous avoir raconté sa belle aventure de famille d’élevage pour le CESECAH, qui vous aura permis de découvrir j’espère ce rôle spécifique dans l’univers des chiens guides.

La transcription intégrale

 

BientĂ´t la transcription ici !

RĂ©pondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *