Dans cet Ă©pisode, je vous prĂ©sente Fabienne, qui a Ă©tĂ© guidĂ©e pendant des annĂ©es par Finlay, son chien guide de l’Ă©cole de Paris. Malvoyante de naissance, Fabienne s’est longtemps guidĂ©e Ă  la canne avant de faire sa demande de chien guide. Après l’évidence de sa rencontre avec Finlay, ce duo de choc a parcouru le monde, entre la scène et les plateaux tĂ©lĂ©, jusqu’à la mise Ă  la retraite de Finlay. Mais comment envisager cette sĂ©paration après une dizaine d’annĂ©es passĂ©es ensemble ? Et quelle suite de l’histoire pour Finlay et sa famille de retraite ? Fabienne revient pour nous sur toutes ces annĂ©es magiques oĂą elle a Ă©tĂ© guidĂ©e par Finlay, de la crĂ©ation de son association Danse les yeux fermĂ©s aux publicitĂ©s tournĂ©es Ă  deux, en passant par la scène de La France a un Incroyable Talent. Elle nous raconte aussi comment  elle a anticipĂ© la mise Ă  la retraite de Finlay, et ce depuis le dĂ©but de leur aventure, mais aussi le casting qu’elle a fait pour lui offrir une vie au vert dans une famille de retraite au top ! 

Retrouvez ci-dessous une retranscription synthétique avec plein de photos de l’épisode :

Est-ce que tu peux te présenter rapidement ?

Je m’appelle Fabienne Haustant, je suis danseuse professionnelle, mais aussi fondatrice et prĂ©sidente de l’association Danse les yeux fermĂ©s depuis 2012 pour laquelle je fais beaucoup d’ateliers. Ces ateliers sont accessibles Ă  tous, et sont un appel Ă  la dĂ©couverte de mon univers pour le transmettre, et surtout montrer que rien ne nous empĂŞche de faire ce qu’on a envie.

Actuellement les ateliers que je donne en visio sont pour les adhérents, mais suite à mon passage dans C8, je réfléchis à des ateliers bien-être les yeux fermés.

Pour revenir sur ton lien avec les chiens guides d’aveugles, quand et comment en es-tu arrivĂ©e ĂŞtre accompagnĂ©e d’un chien guide ? 

Je suis malvoyante de naissance, on ne l’a pas dĂ©tectĂ© tout de suite quand j’étais enfant, mais seulement Ă  13 ans. Je n’ai jamais Ă©tĂ© bonne Ă©lève Ă  l’école, puis on a enfin mis des mots sur ce que je vivais, mais rien n’a changĂ© pour autant. Quand j’ai vieilli, j’ai vite pris la canne dès l’an 2000 et ça m’a permis d’accepter qui je suis, mĂŞme si je n’aime pas le mot “handicap” qui veut dire “ne peut pas faire”, alors qu’on peut faire des tonnes de choses quand mĂŞme.

En 2010, j’ai fait ma demande de chien guide, mais c’est vraiment venu petit Ă  petit, ayant toujours Ă©tĂ© très Ă  l’aise avec mon handicap. En dĂ©cembre 2012 on m’a proposĂ© quelques chiens, dont Finlay qui a Ă©tĂ© une Ă©vidence tout de suite ! Il faut le dire, ça chamboule d’avoir un chien du jour au lendemain Ă  la maison, car il faut aussi incruster le chien dans la famille, dans ma bande comme je l’appelle. D’ailleurs, j’ai tout fait en mĂŞme temps, car c’était aussi l’annĂ©e de la crĂ©ation de mon association Danse les yeux fermĂ©s.

On a fait le tour du monde ensemble : on a fait des publicités (dont Alexa d’Amazon), du train, de l’avion, des spectacles avec La Horde, Quotidien avec Yann Barthès, mais aussi La France a un Incroyable Talent, ou encore égérie de la campagne de communication de la Fédération Française de Chiens Guides (FFAC). On avait ensemble une vie d’artiste !

On a formé un duo de choc pendant des années, même si j’avais déjà en tête qu’il allait être à la retraite, et qu’au même titre que quand il était chiot, il vivrait son aventure avec d’autres. C’est important d’ailleurs en tant que maître de chien guide, de savoir se séparer de son duo. Je savais que Finaly allait être à la retraite en mai 2021, mais étant confinés en 2020 et ayant réduit le rythme de notre vie habituellement à cent à l’heure, j’ai avancé sa retraite.

Je n’ai pas du tout abordĂ© sa retraite sous un angle larmoyant, au contraire j’étais sereine. Je ne souhaitais pas le garder dans mon entourage, je n’avais pas envie et voulais lui offrir un coin de nature loin de Paris, avec une famille dynamique, car on a toujours Ă©tĂ© dynamiques. On a fait le casting pour choisir sa famille de retraite sur proposition de l’école, et j’ai trouvĂ© la famille dont je rĂŞvais pour Finlay ! Ça s’est fait rapidement après la rencontre.

J’ai gardĂ© tous mes souvenirs dans ma tĂŞte, et depuis dĂ©cembre qu’il est dans sa famille de retraite, j’ai plein de nouvelles de lui. Je saurais aussi le jour oĂą il partira, et c’est l’essentiel. D’ailleurs on parle peu de la retraite des chiens guides d’aveugles par rapport Ă  leur jeunesse et leur Ă©ducation, mais c’est important de savoir qu’il y a ensuite de superbes familles. Ce n’est pas un abandon, c’est une fiertĂ© de donner son chien avec qui on a fait un bout de chemin, de 2012 Ă  2020 pour Finlay et moi, et c’est tout Ă  notre honneur de lui permettre de vivre sa retraite !

De mon côté, j’étais très positive et j’ai repris la canne que je prenais déjà à l’étranger. Je ne reprends pas de chien guide pour l’instant, car j’envisage de déménager à la Réunion, et je préfère voir comment ça se passe sur place avant de m’engager à nouveau sur 10 ans ! Mais en attendant j’ai mon chat guide, Django, qui m’accompagne dans toute la maison, et qui est dans la pièce où je suis systématiquement. Il y aura sûrement un nouveau chien guide dans ma vie, pas tout de suite, mais un jour oui, quand je serai devenu totalement aveugle peut-être ou avant.

D’ailleurs, est-ce qu’il y a quelque chose que tu as découvert avec Finlay ?

Le fait d’avoir un chien guide, c’est incroyable le lien social que ça amène, même avec les gens qui ont peur des chiens. Au final, le fait d’avoir eu un chien guide a créé du lien car les gens en parlaient, me disaient qu’il était beau et voulaient le caresser et cela m’a donné beaucoup de confiance en soi car on est deux.

D’ailleurs maintenant que je n’ai plus Finlay, j’ai toujours cette confiance qu’il m’a apportée. Et même à la canne aujourd’hui, je suis forte et j’ai confiance en moi, mais personne ne veut caresser ma canne par contre !

Pour finir, quelle est ta plus grosse honte et ta plus grande fierté avec Finlay ?

Une Ă©norme honte, lorsqu’on est partis au Portugal et qu’il Ă©tait en diarrhĂ©e totale, tellement que j’anticipais dans la rue en mettant des alaises pour ramasser quand il faisait ses besoins.

Ma plus grande fierté a été quand on a fait la photo pour la campagne des chiens guides, Finlay était magnifique ! Et puis sur tous les plateaux télé où il faisait tellement le beau, en fait je me mettais sur mon 31, mais lui il s’y met dans sa tête et se tient tellement droit et tout fier.

Merci beaucoup à Fabienne pour ton témoignage sur votre duo de choc avec Finlay, mais aussi sur ton témoignage sur la retraite ! Hâte de continuer à suivre tes aventures, et qui sait un jour auprès d’un autre chien guide !

D’ailleurs on n’a fini d’entendre parler des aventures de Finlay, Ă  suivre !

RĂ©pondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 commentaires sur “🦮15 – Fabienne et Finlay – Un duo de choc et une retraite bien mĂ©ritĂ©e