Cyrielle – Accueillir un chien guide avec des jeunes enfants

Dans ce 20ème épisode, je vous présente Cyrielle, qui est famille d’accueil pour l’école des chiens guides de Paris depuis des années, et plus récemment la maman de 2 jeunes enfants. Depuis le début de son engagement, Cyrielle a vécu de belles aventures et est devenue maman, sans pour autant laisser son rôle de famille d’accueil. Mais comment gérer son rôle de jeune maman et de famille d’accueil, tout en ayant un travail prenant ? Cyrielle nous raconte les débuts de sa vie de famille d’accueil alors jeune célibataire, puis comment après une pause forcée, elle a adapté son organisation avec l’arrivée de ses jumeaux. Elle revient aussi sur les similitudes et les avantages d’avoir appris à élever un futur chien guide, avant d’élever ses deux petits garçons. Enfin, on parle à nouveau de Loya, comme dans les épisodes 11, 12 et 13, puisque c’est grâce à elle que Cyrielle et Arthur se sont rencontrés !

Retrouvez ci-dessous une retranscription synthétique avec plein de photos :

Est-ce que tu peux te présenter rapidement ?

Je m’appelle Cyrielle, je suis une professionnelle dans le secteur du handicap : je travaille dans les plaidoyers pour essayer d’améliorer les politiques publiques pour une société plus inclusive et accessible à tous. Par ailleurs, je suis maman de petits jumeaux qui ont 3 ans et demi.

Pour bien comprendre, comment les chiens guides d’aveugles sont arrivés dans ta vie ?

Par le biais de mon travail où je m’occupais du handicap, au détour d’une conversation, je me suis rendue compte qu’une de mes collègues allait régulièrement à l’école de Paris pour promener les chiens guides le week-end. Ayant toujours eu des chiens (jusqu’à une quinzaine) c’est quelque chose qui me manquait tellement à Paris, et ça a été la découverte. J’ai assisté à la réunion des familles d’accueil et déposé mon dossier immédiatement en 2007.

Trois mois après, j’ai accueilli Flynt, un croisé labrador golden sable, avec un stress monstrueux de peur de ne pas y arriver, un peu comme quelqu’un qui apprend qu’elle va être maman (appréhension que je n’ai même pas ressentie en devenant maman ensuite !). Et puis en échangeant avec d’autres familles d’accueil et avec l’accompagnement de l’école, tout s’est bien passé. Flynt est resté au total 2 ans avec moi, car il a eu quelques problèmes de santé entre-temps.

Je n’ai eu aucun questionnement pour renouveler l’aventure, j’ai organisé ma vie autour de ça, même en tant que jeune célibataire, donc ce n’était même pas un sujet. J’ai donc accueilli Hippy (berger blanc suisse), puis Irus (flatcoat retriever), Joslo (labrador roux), Loya et Manza des bergères allemandes, puis Jixie (golden retriever) et aujourd’hui Rykka (bergère allemande).

Je suis donc toujours famille d’accueil, même si j’ai eu une interruption pendant mon aventure avec Manza qui avait eu un problème de suspicion de parasites, situation risquée pour moi à l’époque puisque j’étais enceinte de mes jumeaux. J’ai donc passé le relais, puis j’ai eu les jumeaux, et Jixie est arrivée vers leurs 10 mois. Ce n’était pas un chiot car elle avait déjà eu une maîtresse, elle était calme et avait une de ces patiences d’ange avec eux ! Elle est restée un an, et je me posais beaucoup de questions sur la réaction des garçons à son départ, et en fait ils sont déconcertants d’acceptation, ils ont juste décrit son absence.

Quand Rykka est arrivée à 3-4 mois, les garçons avaient 2 ans et demi et ça a été autre chose. Il fallait éviter l’effet meute, qu’elle ne les prenne pas pour des chiots mais bien pour des humains. De même avec les enfants, en leur expliquant les règles de vie avec un chiot. Comme avec Jixie, Rykka m’accompagne à la crèche pour les emmener et les chercher. La seule difficulté avec un chiot a été l’apprentissage de la propreté tout en ayant les garçons à gérer, mais finalement ça s’est bien passé. Ayant été éduquée avec des chiens, je ne voyais pas non plus mes enfants sans chien, c’est très bien pour eux aussi, c’est structurant surtout quand on les implique aussi dans l’éducation.

Alors il faut un peu d’organisation pour les sorties de la crèche, avec mon sac de fille, mon sac d’ordinateur, la chienne et la poussette double. Mais aussi il faut prévoir de multiplier les sorties car la détente du chien guide ne peut pas se faire sur l’aire de jeux des enfants. Autre conseil : bien distinguer les jouets des enfants de ceux du chien pour éviter les confusions ! Surtout bien poser les bases du “non” et du “pas toucher”, mais avec les pouic-pouic au sol… Bien sûr, ne pas laisser un enfant seul avec un chien, comme pour tous les autres chiens.

Ces deux rôles de famille d’accueil et de maman sont compatibles selon notre fatigabilité, je pense que c’est bien d’avoir été famille d’accueil avant d’accueillir en même temps un enfant, même si tout est possible, mais il nous manque tout de même une partie des données.

D’ailleurs, est-ce qu’il y a quelque chose que tu as découvert avec les chiens guides ?

Alors que j’avais connu petite une culture de l’éducation canine avec la domination par la peur, l’éducation bienveillante des chiens guides à l’école m’a super bien convenu. En fait, j’ai conscientisé des mécanismes que j’utilisais et qui marchaient bien, de manière méthodique. L’observation et l’analyse des besoins fonctionnent en effet mieux, chez le chien ou l’enfant, la communication non verbale est la même, d’ailleurs j’ai pu le faire avec les enfants.

As-tu fait une rencontre exceptionnelle grâce aux chiens guides ?

Sans surprise, Arthur, le maître de Loya dont j’ai été la seconde famille d’accueil. On s’est tout de suite bien entendus, les enfants avaient 8 mois, et on a vraiment sympathisé. Il m’a contacté avant de publier la vidéo de son refus d’accès à Monoprix, qui a été très dure pour moi, d’une part pour Loya, aussi pour Arthur, mais également pour tout mon engagement professionnel qui était bafoué. Suite à cet événement et aux réunions qui s’en sont suivies, j’ai dit à Arthur qu’il fallait qu’il mette ses qualités de communicant au service du collectif. Depuis il a intégré différentes structures, et on se croise professionnellement avec Loya !

Pour finir, quel est ton meilleur moment avec les chiens guides ?

Tout plein, car ce n’est que du bonheur ! Peut-être avec Irus, qui attendait tous les matin ma cheffe devant l’ascenseur pour la conduire à son bureau, tout en vocalisant !

Merci beaucoup Cyrielle pour ton temps et ton témoignage de famille d’accueil et de maman de jeunes enfants  ! A très bientôt pour une balade avec tout ton petit monde !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s